Pourvu que ça mousse

En coulisses Le château de Feldschlösschen est l’un des plus connus de Suisse. Question légitime: la noblesse a-t-elle joué un rôle quelconque dans la fondation de la brasserie?

1 000 000 000

Feldschlösschen remplit annuellement 1 milliard de bouteilles. Alignées les unes aux autres, cela équivaut à une distance 61 000 km, soit une fois et demi le tour de la Terre.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Malt

La transformation du malt au cours du processus de brassage engendre annuellement plusieurs tonnes de drêche (résidus du malt lessivé), un sous-produit qui sert dans l’agriculture d’aliment concentré pour le bétail.

Énergie

La chaleur émise lors de la production de bière permet d’alimenter quelque 400 ménages de Rheinfelden en eau chaude, neutre en CO2, pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire.

Réutilisées

Chaque bouteille de bière réutilisable accomplit environ 25 cycles avant que le verre ne soit recyclé.

Quantité

En 2014, 4 657 180 hectolitres de bière ont été bus en Suisse.

Les chaînes de remplissage sont impressionnantes.

Non, le sang des fondateurs de Feldschlösschen n’avait vraiment rien de bleu! Ou alors tout au plus quand ils avaient trop goûté leur bière», s’exclame en riant Christian Hoch. On peut croire sur parole le maître brasseur de la plus grande brasserie de Suisse, car la bière est sa passion.
Donc, ni roi ni empereur derrière Feldschlösschen mais un dénommé Mathias Wüthrich, un agriculteur aux reins financièrement solides d’Olsberg (AG), et un certain Theophil Roniger, brasseur expérimenté de Magden (AG). Les deux partenaires ont fondé le 8 février 1876 la Kollektivgesellschaft Wüthrich & Roniger zum Feldschlösschen.

Le château s’est agrandi

Comparé à leurs concurrents, les deux fondateurs de Feldschlösschen étaient des visionnaires car si les quelque 500 brasseries alors existantes en Suisse se contentaient de livrer leur bière dans un rayon ne dépassant pas les capacités d’un char hippomobile (tiré par des chevaux), ils ont volontairement misé sur le chemin de fer.

Le château de Rheinfelden est l’un des édifices les plus surprenants et connus de Suisse.

C’est à Rheinfelden (AG), à proximité immédiate de la gare, qu’ils ont démarré. Et ce dans les bâtiments désaffectés d’une fabrique de produits chimiques familièrement surnommée Gifthüttli (la cabane à poisons) par les habitants du coin. «Aucun rapport avec la bière qu’on y brassait à l’époque», précise Christian Hoch en souriant.
En dépit de débuts difficiles, l’entreprise a néanmoins connu rapidement un grand succès puisque rien qu’au cours de l’année de fondation, on y a brassé quelque 2000 hectolitres de bière. Vingt-deux ans plus tard, le chiffre de 100 000 hectolitres était dépassé. Avec une tendance à la hausse.
Comme la «cabane à poisons» craquait sous toutes ses coutures, la brasserie a été agrandie. Constamment et sciemment sous la forme d’un château. Les affaires prospéraient et l’entreprise s’est mise à racheter à tour de bras, comme l’explique le maître brasseur: «Au cours des 130 dernières années, nous avons rachetés 36 brasseries. Si l’on y ajoute les marques de bière que les brasseries acquises avaient, elles aussi, rachetées, cela donne un total de 141 marques qui nous appartiennent aujourd’hui.»
Parmi celles-ci, les brasseries «zum Gurten», «Valaisanne», «Warteck» ou encore «Cardinal». La fermeture de «Cardinal», à Fribourg, avait engendré de vives protestations de la population en 1996. Mais c’est aussi vrai dans l’autre sens car depuis 2000, Feldschlösschen appartient au groupe danois Carlsberg. Ce qui n’a en rien altéré son succès ni ses traditions: bien au contraire! L’entreprise remplit aujourd’hui 2000 bouteilles par minute, 1300 collaborateurs se chargent de la production de la plus grande diversité de boissons de Suisse et le château est visité annuellement par quelque 25 000 personnes qui admirent les magnifiques cuves de brassage historiques en cuivre et les huit chevaux de brasserie encore utilisés de nos jours.

Les cuves de brassage historiques sont un des clous de la visite.

Feldschlösschen

Les jalons

1876: fondation le 8 février.

1889: liaison ferroviaire directe avec les CFF.

1898: Feldschlösschen devient le plus grand producteur de bière de Suisse avec une production de 100 000 hl.

1912: mise en service du premier camion.

1970: rachat de la brasserie «zum Gurten», à Wabern (BE).

1972: rachat de la brasserie «Valaisanne», à Sion.

1974: la production dépasse pour la première fois 1 million d’hectolitres.

1989: rachat de la brasserie «Warteck», à Bâle.

2000: Feldschlösschen est racheté par le groupe danois Carlsberg.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Stefan Fehlmann

Rédacteur

Photo:
Heiner H. Schmitt, SP
Publication:
lundi 06.07.2015, 14:40 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?