Caroline Fortier, son fils Antoine (13 mois) et le chien Toubkal avalent de nombreux kilomètres ensemble, sur tous types de routes et chemins, y compris en forêt, sur le plat ou à la montée.

Le sport en compagnie de bébé 

Pour rester en forme et éviter de faire garder ses enfants trop souvent, certains parents les emmènent avec eux à l’entraînement. Le jogging avec une poussette est tendance.

Les parents sportifs ont trouvé une astuce pour rester actifs sans s’inquiéter pour leurs enfants: courir avec eux, installés confortablement dans la poussette ou le pousse-pousse!
Sarah Viollier habite au centre-ville de Lausanne. En congé maternité, cette psychologue de profession aime partir en jogging au bord du lac avec Camissa, sa deuxième fille, qui a 7 semaines: «Le sport me donne de l’énergie, je suis plus zen après en avoir fait.»

«

Le jogging avec une poussette est une bonne idée, car il permet de sortir et de garder la forme»

Elle estime qu’emmener son bébé est la meilleure manière de se défouler dans de bonnes conditions. Camissa s’endort et sa maman ne stresse pas, alors que ce serait le cas si elle faisait garder sa fille.
Le week-end, il arrive à Sarah Viollier et à son compagnon d’aller courir avec leurs deux filles. Chaque parent pousse une poussette! La plus grande, Lena, a presque 2 ans. Le couple s’est lancé un défi: s’entraîner pour participer à Sierre-Zinal l’année prochaine!
Aux yeux de Marie-Catherine Béguin, infirmière consultante en prévention petite enfance, le jogging avec une poussette est une bonne idée, car il permet de sortir et de garder la forme. Elle précise qu’il faut juste s’assurer que l’enfant soit bien attaché et qu’on a de l’espace pour courir, afin d’éviter les risques de collisions et un renversement potentiel de la poussette.

Maman d’un petit Antoine (13 mois), Caroline Fortier (34 ans) a suivi des études en activités physiques et promotion de la santé. Cette Québécoise s’est spécialisée dans les exercices pré et postnataux. Installée à Lausanne depuis quatre ans, elle propose des cours de gymnastique poussette en plein air, toute l’année et par tous les temps!
Les mamans qui ont envie de bouger après leur accouchement viennent suivre ses cours, adaptés à leur condition physique: «Je leur dis comme blague qu’on s’adapte au périnée de chacune!» Pas besoin de faire garder bébé: il accompagne maman à la gym et reste dans son «véhicule».
Caroline Fortier peut travailler en compagnie de son fils: «Je suis chanceuse!» Celle qui a un
passé de footballeuse pratique le jogging avec lui dans le pousse-pousse à titre personnel. Amoureuse de la montagne, elle se lancera en juillet dans la «Traversée» (61 km) du Trail Verbier Saint-Bernard. «Quand on commence la course en montagne, on ne la lâche pas, c’est comme une drogue. On souffre, mais on aime ça…» Lorsqu’elle prépare une telle compétition, elle augmente la distance et le dénivelé de ses entraînements. Antoine est habitué à voir du pays au rythme de la foulée de sa maman depuis son plus jeune âge! Idem pour Toubkal, le chien de la famille, qui porte le nom du plus haut sommet du Maroc. Caroline court sur tous types de chemins.

Aux parents qui se lancent dans le jogging avec une poussette, elle recommande d’être à l’aise avec le terrain choisi et de veiller à garder le dos droit en courant, sans s’appuyer sur la poussette.

«

Je leur dis comme blague qu’on s’adapte au périnée de chacune»

Milana (2 ans et demi) et Liam (1 an) aiment aller voir des animaux en course avec leur maman, Vanessa Wyss.

Vanessa Wyss (34 ans) multiplie les mouvements avec ses enfants. Elle les emmène en course à pied, en roller ou à vélo.
Le sport est plus qu’une passion chez les Wyss: le cycliste professionnel Danilo Wyss est le père de famille. Enseignante, Vanessa a besoin de se dépenser pour se sentir bien. Elle s’entraîne une fois par semaine seule, quand sa famille ou sa belle-famille garde les enfants. Et deux fois avec Milana (2 ans et demi) et Liam (1 an). Le trio en profite pour aller dire bonjour aux poules et aux autres animaux de leur ville et de ses environs,
Estavayer-le-Lac: «Les enfants adorent!»

Informations sur les cours de gym poussette de Caroline Fortier: www.gymnature.com

«Je me suis battue avec mon papa»

Sandrine Schornoz avec ses deux plus jeunes enfants: Nora (10 mois) et Zachary (4 ans et demi).

Pendant que son père luttait contre un cancer, Sandrine Schornoz a fait de la compétition. Aujourd’hui, cette maman de quatre enfants court toujours: elle en a besoin.

Elle a commencé à courir à 17 ans pour perdre du poids. Ce sport ne l’a plus quittée depuis. Cette athlétique Avenchoise a aujourd’hui 41 ans. Maman de quatre enfants de 15 ans, 13 ans et demi, 4 ans et demi et 10 mois, elle est accro à la course à pied et balade sa smala en trottant sur les routes broyardes.
Deux mois après la naissance de sa petite dernière, Nora (10 mois), elle a accompagné son mari – sportif lui aussi – à une course. Elle s’est alors élancée dans un semi-marathon avec Nora dans la poussette! «Ce n’était pas prévu, mais ça s’est fait», sourit-elle.
Il y a une petite dizaine d’années, Sandrine cartonnait en compétition, notamment dans les courses de montagne: «Je suis arrivée à un niveau auquel je ne m’attendais pas. Je volais dans certaines montées!»

Son entraînement avec ses deux premiers enfants l’a beaucoup stimulée. Elle les a emmenés longtemps dans une remorque transformable en poussette, «hyper-confortable pour eux, le top du top». Près de 40 kg de poids devant elle l’ont aidée à vaincre les montées comme une fusée lorsqu’elle était seule en compétition…
Un autre facteur a joué dans ses victoires sportives. Son père a été victime d’un cancer. «J’ai pris la course à pied comme un moyen de lien avec lui pour lutter dans sa maladie», explique-t-elle. Il suivait les performances de sa fille et l’encourageait. «Je courais en fonction de lui. Quand ça allait bien, je réalisais de super résultats et s’il avait un moment de mou, j’avais de la peine», se souvient Sandrine. Peu avant son décès, elle a senti que son corps la lâchait. Elle a eu le sentiment qu’une page se tournait pour tous les deux: celle de la vie pour son père, celle de la compétition pour elle.
Il a fallu du temps et un travail personnel pour que Sandrine retrouve le plaisir de courir et sa joie de vivre. Sa vie, c’est sa famille et la course à pied: «Sans elles, je ne suis pas bien.» Du haut de ses 4 ans et demi, Zachary a déjà bien compris pourquoi sa maman court: «Parce que tu en as besoin.»
Chaque matin, Zachary, Nora et Sandrine partent pour une heure et demie à deux heures d’entraînement. «On a plusieurs parcours possibles, avec toujours la même base. J’adapte selon la saison, le temps à disposition et l’humeur de l’équipage», précise la sportive en rigolant. Elle préfère la route aux sentiers caillouteux. Ses deux grands enfants font aussi du sport, mais pas de course à pied!

Courses populaires

Sans poussette, sauf exception

Pour des raisons de sécurité, les rendez-vous sportifs très fréquentés, comme les 20 km de Lausanne ou le Genève Marathon, n’acceptent pas les coureurs
accompagnés d’un pousse-pousse ou d’une poussette. «Si on disait oui et qu’ils se multipliaient, ce serait dangereux. L’un d’eux pourrait se renverser suite à un contact. On ne veut pas prendre la responsabilité de risquer l’accident», explique le secrétaire général des 20 km de Lausanne, Gaël Lasserre.
Il arrive qu’il en soit autrement dans de plus petites courses. La Noviodurun de Nyon, qui a lieu chaque 1er novembre, compte par exemple une catégorie «famille», dans laquelle les poussettes sont acceptées. «Il s’agit d’un parcours bon enfant, sans podium, où
chacun est le bienvenu», indique Eusebio Bochons, président du comité d’organisation.

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Joëlle Challandes

Rédactrice

Photo:
Charly Rappo/arkive.ch
Publication:
lundi 23.06.2014, 15:30 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?