Précieux alpage: des amours de biquettes

Vocation Un jeune couple originaire de la Forêt-Noire s’est découvert une passion immodérée pour le métier de chevrier. Ils ont posé leurs valises en Basse-Engadine.

Quelque 50 chèvres passent l’été dans un alpage digne d’une carte postale au pied du Piz Buin: l’alpage Suot (GR), en amont du village de Guarda (Basse-Engadine). Ces biquettes appartiennent à plusieurs paysans et broutent pendant la saison d’estivage des herbes verdoyantes qui prodiguent à leur lait un caractère particulièrement aromatique.
Mais, n’imaginez pas ici croiser l’archétype du chevrier avec sa grande cloche au détour d’un sentier de ce lieu pittoresque. Aujourd’hui, ce sont Lukas Rübenacker et Tatjana Ochs qui gardent le troupeau. Et si vous vous attendez à un vieux couple de bergers noueux, vous risquez d’être surpris. Ils sont jeunes et débarquent tout droit du nord de la Forêt-Noire. Le photographe publicitaire de 26 ans et la cordonnière de 25 ans sont ce qu’on pourrait qualifier d’anticonformistes.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Un été décisif

En les observant au contact des chèvres, il est évident que ce couple sympathique a trouvé sa vocation. Mais qu’est-ce qui les a conduits à l’alpage Suot? «Le hasard, dit Lukas Rübenacker. Pendant deux ans, nous avons parcouru l’Europe à bord de notre camping-car. À un moment donné, nous avons eu envie de passer l’été à la montagne et de nous rendre utiles.» C’est ainsi qu’ils ont séjourné dans un alpage de brebis durant leur dernier été. «Et nous avons adoré!», précise Tatjana Ochs. Tous deux ont vite su qu’ils voulaient continuer sur cette voie. «Nous avons cherché et attendu longtemps une offre qui nous correspondait, ajoute le jeune homme. Nous avons suivi une formation de berger et appris à fabriquer du fromage.» Leur ardeur a été récompensée. Quand l’alpage Suot s’est mis en quête d’un berger, ils ont tout de suite déposé leur candidature en duo et ont rapidement trouvé un accord avec les propriétaires des lieux.

Loin de la vie citadine

Pourtant Lukas Rübenacker l’avoue: ils se sont aventurés en terre inconnue. «Ici, à Guarda, c’est un autre monde. Mais nous avons été très bien reçus. Les propriétaires nous conseillent et nous aident.» Ils ne se font donc pas de soucis: «Nous prenons les choses comme elles viennent et faisons de notre mieux, ajoute Tatjana Ochs. La vie citadine ne nous satisfaisait simplement pas. À présent, nous sommes heureux.»

Deux traites par jour

La vie à l’alpage n’a toutefois rien d’un long fleuve tranquille. Car, en effet, tandis que certains dorment encore paisiblement, nos deux jeunes bergers et leurs chèvres œuvrent déjà avec entrain: «À 6 heures du matin, au lever du soleil, nous rassemblons les chèvres pour la traite. C’est un beau moment qui nous procure du bonheur», confie Lukas Rübenacker. Ils doivent nourrir ensuite les animaux et entretenir l’alpage. «À 5 heures du soir, on recommence: on regroupe le troupeau et on trait les chèvres.» Le couple a encore beaucoup à apprendre, mais demeure confiant et s’est déjà pris d’affection pour ses biquettes. «On arrive déjà bien à toutes les distinguer. D’ici la fin de la saison, on connaîtra même leurs noms», déclare la jeune femme en riant. Il va sans dire que les chèvres sont entre de bonnes mains. Comme le confirme Lukas Rübenacker: «Peu de choses peuvent mal se passer. Et de toute façon, Tatjana est la Mère Teresa des animaux!»

Une filleule qui bêle

L’alpage Suot est l’un des quatre alpages grisons à participer au projet de parrainage de chèvre dans le cadre du Parrainage Coop pour les régions de montagne. Les personnes intéressées ont la possibilité de devenir parrains ou marraines d’une ou plusieurs chèvres pendant un été. Tous les acteurs de ce partenariat sont gagnants. Les parrains et marraines peuvent rendre visite à leur biquette dans un cadre magnifique. Les chèvres profitent d’un été de liberté dans des conditions respectueuses des animaux.
Quant à l’alpage, il est entretenu par les bergers et les animaux à l’appétit aiguisé. En effet, à cause du réchauffement climatique, les Alpes risquent d’être envahies par la forêt. Les chèvres broutent les pousses de sapin et contribuent à la préservation de ce paysage exceptionnel.

La chèvre en fête

http://www.cooperation.ch/Precieux+alpage_+des+amours+de+biquettes Précieux alpage: des amours de biquettes

Le samedi 30 septembre, le village de Guarda (GR) vivra sa désalpe des chèvres. Une excellente raison d’organiser une grande fête pour les biquettes! À cette occasion, le village accueillera un marché, le public pourra s’y restaurer et le point d’orgue sera incontestablement la parade de ces demoiselles dans les rues pittoresques.
À savoir également: l’alpage Suot (2018 m) peut être visité tous les jours en été de 16 h 30 à 18 h. Il est uniquement accessible à pied. Comptez 1 h 15 de marche depuis Guarda.

Parrainer une chèvre

Pour 95 francs, devenez parrain ou marraine d’une chèvre des montagnes grisonnes. Le Parrainage Coop soutient – par le biais des parrainages de chèvres – des projets permettant de préserver des alpages à chèvres ainsi que de sauvegarder des races caprines rares. En tant que parrain ou marraine, vous pourrez aller rendre visite à votre chèvre sur l’alpage. Vous recevrez aussi une photo d’elle ainsi qu’un morceau de fromage. Vous pouvez bien sûr également offrir ce parrainage.
Choisissez votre chèvre en ouvrant le lien ci-dessous.

Parrainer une chèvre

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/241
Toutes les paroles aux actes
Stefan Fehlmann

Rédacteur

Photo:
Heiner H. Schmitt
Publication:
lundi 26.06.2017, 12:55 heure

Retrouvez toutes nos recettes