«J’adore jouer avec mon image!»

Priscilla Formaz Paroles hilarantes, vidéoclips déjantés et rock qui balance: la chanteuse Forma, y en a point comme elle. Elle sera en concert à la Fête de la musique le 21 juin à Lausanne et le 24 juin au Locle.

Forma (26 ans) avec son groupe – les musiciens de Bastian Baker, en mode rock riant et déjanté!

Forma (26 ans) avec son groupe – les musiciens de Bastian Baker, en mode rock riant et déjanté!
http://www.cooperation.ch/Priscilla+Formaz Forma (26 ans) avec son groupe – les musiciens de Bastian Baker, en mode rock riant et déjanté!

Les yeux pétillants et l’humour au bout des lèvres, la chanteuse et musicienne, Priscilla Formaz, nous accueille dans un bar lausannois. Avec son rock qui balance chanté en français, la Valaisanne s’est donné pour mission de  nous faire danser en nous faisant marrer! La jeune femme fraîchement diplômée de la Haute École de musique de Lausanne (HEMU) décoche aussi bien des paroles aux vertus zygomatiques que des vidéoclips hilarants, où elle se déguise à souhait. Oh oui, c’est rafraîchissant! Forte d’un 4-titres sorti en avril, elle se lance dans une série de concerts qui débute aux Fêtes de la musique de Lausanne et du Locle.

«

Mon groupe de prédilection, c’est Queen! Je me réveille avec ça tous les matins»

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Priscilla, pourquoi avoir choisi Forma comme nom d’artiste?
C’est mon surnom. Tout le monde m’appelle Forma. J’ai enlevé le «z» pour que ma famille ne soit pas trop impliquée dans mes blagues!

Quand êtes-vous tombée dans la potion magique de la musique?
Je pense que j’y baignais déjà dans le liquide amniotique du ventre de maman. Elle est musicienne et joue de la flûte traversière. Mon papa écoute aussi beaucoup de musique, du rock et de la chanson française. À 4 ans, j’ai dit à mes parents: «Je veux faire du violon!» Depuis, je n’ai jamais arrêté la musique. J’ai ensuite appris le piano, puis le chant.

Vos influences musicales?
J’écoute beaucoup de trucs, je suis très curieuse. Ma base, c’est la musique classique, la chanson française. Ensuite, mon groupe de prédilection, c’est Queen! Je me réveille avec ça tous les matins. C’est une musique qui m’habite et c’est aussi ça qui m’a donné envie de me lancer dans le rock, parce que ça me transporte, ça me donne envie de danser, d’être folle, d’être de bonne humeur et si je peux transmettre ça aux gens, eh bien, c’est parfait!

Vous avez été choriste de Bastian Baker…
Je le suis encore. J’ai commencé en 2013 quand je suis entrée à la Haute École de musique, où j’ai rencontré ses musiciens. Ils cherchaient quelqu’un pour faire les chœurs et jouer des instruments comme le violon et le tambourin. J’ai dit: «Banco, c’est parti!»

Et maintenant ses musiciens jouent dans votre groupe…
Eh oui, je lui ai volé tous ses musiciens, sauf le pianiste!

Quand est né le projet Forma?
En septembre passé. Quand j’ai une idée, il faut que ça file! En un mois, j’avais composé huit à neuf chansons et on commençait à répéter. En janvier, on a fait notre premier concert, puis on est
entré en studio. Et le clip de la chanson «J’ai menti» est sorti au mois d’avril. Il fallait que ça aille vite, j’ai besoin de ça!

Justement, ce vidéoclip est très pro, genre à l’américaine. Une prison de femmes, où il n’y a qu’une seule femme… Vous avez décidé de mettre le paquet pour la chanson-titre?
Oui. C’est un aspect du travail que j’ai toujours voulu garder: on fait des blagues et on fait rire les gens, mais derrière ça doit suivre au niveau du sérieux. Musicalement, ça doit être irréprochable. Au niveau de l’image aussi. Je veux un projet abouti. Faire rire oui, mais le faire bien en respectant l’art qu’on propose!

Parlons de vos racines valaisannes. Vous avez même composé une chanson sur le FC Sion et le Valais!
Une semaine avant la finale de la Coupe de Suisse, j’ai eu cette idée parce que j’adore le foot et parce que les Valaisans, c’est mon cœur! Du coup, j’avais une semaine pour composer une chanson et faire la vidéo (ndlr: elle y est déguisée en fan avec moustache et perruque). J’ai aussi un homestudio dans mon appart à Lausanne, ça permet donc d’aller vite! Le Valais, c’est mes racines. J’adore les Valaisans, j’adore cet esprit familial, du verre de l’amitié, de l’apéro, d’être hyper soudé et de ne pas être prise de tête… en général!

Comment naissent vos chansons?
Je suis tout le temps en alerte, parce que j’ai l’impression que n’importe quoi peut se transformer en chanson et faire rire. Comme je trouve que l’humour peut être très blessant, je préfère l’utiliser de manière à ce que je me moque de moi-même, comme ça je suis sûre de ne blesser personne et de faire rire quand même. J’adore tout tourner en autodérision!

Rockeuse et sexy. Dans votre univers, vous jouez beaucoup avec la mise en scène et les déguisements. Sans pour autant oublier votre féminité...
Je pense qu’on peut être drôle et femme. L’un n’empêche pas l’autre. On peut se déguiser avec un mono-sourcil et une moustache et faire des photos plus glamour à côté. J’aime jouer avec mon image. J’adore, par exemple, me déguiser en homme. Je ne sais pas pourquoi. Je dois creuser la question, il doit y avoir un problème là-derrière (rire)!

Votre dernier vidéoclip pour la chanson «Poil incarné» est un produit maison?
Oui, je l’ai tourné seule dans ma salle de bain. Mon papa est prof d’arts visuels, donc, depuis que je suis gamine, je tourne et monte des vidéos. Je fais aussi du stop-motion (ndlr: à voir dans le clip). Je préfère faire ça toute seule…  ça doit être tellement bête de voir quelqu’un avec des palmes dans sa baignoire!

Vidéaste, bricoleuse, couturière… Vous n’arrêtez pas d’être créative. Et la cuisine?
Ouh là là! Tout d’abord, mon plat préféré, c’est les pâtes mayo avec du parmesan! Là, Philippe Etchebest (ndlr: chef français), il a déjà fait une attaque. J’ai été élevée à ça. Sinon, j’adore essayer de nouvelles recettes, même si ça rate souvent! Ma dernière tentative? (Elle prend un accent aristocrate) Un saumon vapeur, sauce hollandaise!

Et vos autres passions, vous faites du sport?
J’ai le droit de mentir sur cette question? Je fais du sport de bistro, ça compte? C’est un sport en soi. C’est en tout cas un sport cantonal en Valais!

Vos traits de caractère?
Impulsive, tête de mule, bornée, sensible, un peu susceptible, altruiste et un peu dérangée! Je suis aussi impatiente au possible. Quand je décide un truc, il faut faire, il faut que ça aille vite, sinon ça m’emmerde!

Qui avez-vous pour modèles?
J’admire «Rodger». Ce que j’adore chez ce gars, c’est son humilité. J’aime les gens humbles. Il est au sommet et il est tellement cool! Pour moi, c’est un modèle de vie. Après, bien sûr, mes parents. Franchement, c’est cucul à dire, mais ils sont un modèle pour moi, parce qu’ils sont hyper heureux, hyper épanouis. Ils viennent de fêter leurs 31 ans de mariage, ils ont eu quatre gamins, c’est génial!

Et dans la musique?
Forcément, Freddie Mercury. Avant que Queen ne soit connu, il avait l’air d’avoir le blues et a dit à son pianiste: «Je ne veux pas juste devenir une popstar, je veux devenir une légende!» Le mec croyait à mort en son projet. Bien sûr, ce n’est pas très humble de tenir de tels propos, mais j’aime le fait de croire en ses projets et de tout sacrifier, tout donner pour réussir!

En concert: 21.06, 21 h 45, place de l’Europe, Lausanne. 24.06, 21 h, Le Locle. 3.08, Taverne, Monthey. 9.09, The Meuhday, Orsières (VS). 21.09, Zelig, Lausanne. 7.10, Foire du Valais, Martigny.

«Le rock me donne envie de danser, d’être folle, de bonne humeur et si je peux transmettre ça aux gens, c’est parfait!»

Hyperactive de la créativité

Fille d’une musicienne et d’un prof d’arts visuels, Priscilla Formaz (26 ans) grandit à Orsières, en Valais. Elle apprend le violon dès l’âge de 4 ans, puis y associe le piano. Elle se destinait à une carrière d’enseignante, mais après une année sur les bancs de l’Université de Genève, elle plaque tout pour s’adonner corps et âme à la musique. Elle suit alors les cours de la Haute École de musique de Lausanne en chant, avec le piano en deuxième instrument. Son bachelor en main à l’été 2016, elle lance tout de go son projet Forma... Ses armes non secrètes: l’humour, un homestudio, le montage de vidéos, la couture, le bricolage et un talent prolifique pour la composition! Vite, surfez sur sa chaîne Youtube!

Site officiel de Forma
Chaîne Youtube de Forma
Forma sur Facebook

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Alain Wey

Rédacteur

Photo:
Darrin Vanselow, DR/Fabrice Davit
Publication:
lundi 19.06.2017, 13:20 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?