Des animaux sociables, qu’il faut toujours élever à deux au moins!

Protégeons-les du froid 

Si les chats préfèrent passer la saison hivernale sur le canapé, la plupart des chiens adorent la neige. 

Aimer le froid, pourquoi pas? La saison glaciale exige quelques aménagements concernant la protection du corps. C’est pareil pour les chiens et les chats. Car hormis les races typi-quement nordiques, dont les pelages et fourrures sont de vrais manteaux d’hiver, les poilus ont besoin de soins, voire de vêtements adaptés et de quelques attentions.

Pour le chat, hormis le pauvre malheureux qui a été abandonné, c’est vite vu: l’aventure hivernale se déroule principalement sur canapé, coussin ou radiateurs!
Si le chien a l’habitude de vivre souvent à l’extérieur, il est absolument nécessaire de lui fournir un abri pour le protéger du vent, de la neige et de l’humidité. Un tapis au sol apporte une isolation. Dès que les températures sont négatives, l’animal verra sa ration de nourriture augmenter de 20%. Veiller à changer l’eau dès qu’elle gèle.
Le chien dont la vie se déroule à l’intérieur n’a pas besoin de manger davantage, car alors l’embonpoint le guetterait. Par contre, un manteau à sa taille est indispensable. Car nos quatre pattes, tout comme nous, sont la proie des maux imputés à Sieur Hiver, rhume(qui peut virer bronchite ou même pneumonie), coups de froid, gastro. Attentif à son compagnon, le maître détecte tout de suite que ça ne tourne pas rond pour lui. En cas de perte d’appétit, abattement, écoulement nasal, yeux trop larmoyants,essoufflement, vomissements, diarrhée, un seul réflexe: visite chez le vétérinaire.

Dès que la neige s’en mêle, ou le gel – particulièrement agressif pour les coussinets – la surveillance des extrémités se fera de manière systématique sur le chat qui rentre, et après la balade avec le chien. Essuyer soigneusement pattes et ventre. Laver les pattounes à l’eau douce une fois par jour afin d’en retirer le sel.
Et gare à l’antigel des voitures déversé dehors: mortel pour nos compagnons, attirés par son goût sucré. Quant au félin errant, il se réfugie volontiers dans le moteur des voitures. Soyez attentif avant de démarrer.

Vie féline
: Basquiat et 
Paprika

Indépendant, élégant, agressif avec tout mâle qui se permet de passer le seuil de la porte d’entrée – ou tombant malade si le matou en question est d’une taille très supérieure à la sienne – Basquiat est un siamois particulièrement malin, qui trouve toujours le moyen d’ouvrir une porte, une boîte, un sac contenant n’importe quoi qu’il estime destiné à son estomac. Il aime aussi bien le poisson que les légumes, certains fruits ou le pain. Un vrai macho qui roule les mécaniques et se la joue «je suis le meilleur». Basquiat a un point faible qui se nomme Paprika, une chatte guadeloupéenne très caractérielle. Ils dorment ensemble, se léchouillent, se papouillent, jouent, s’insultent manière féline.Parfois, agacé, papa Siam balance une claque à Paprika pour qu’elle lui fiche la paix. Mais si une autre chatte lui cherche des noises, les yeux bleusdéfient l’ennemie et c’est toutes griffes dehors que le bodyguard en fourrure défend sa protégée.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Bernadette Richard

Journaliste, écrivaine et astrologue

Photo:
Getty Images
Publication:
mardi 07.01.2014, 08:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?