Ensemble, 
Sylviane Gonthier 
(57 ans) et 
Bernard Bärtschi 
(62 ans) sont sur 
un petit nuage 
depuis treize ans.

Quand l’amour nous tombe dessus

Les affaires de cœur 
nous concernent tous, 
de l’enfance à un âge avancé. Quand Cupidon 
frappe à notre porte, 
on ne peut rien y faire… Témoignages. 

Emma et Naïm sont amoureux. Comme ils habitent dans le même immeuble, ils se voient presque tous les jours. Ils ont 5 ans: l’amour n’a pas d’âge… Ils grandiront, se perdront peut-être de vue. Leur cœur battra pour quelqu’un d’autre.
Les couples se cherchent, se forment, se testent. Beaucoup fondent des familles. Il arrive que l’amour dure toujours. Mais la vie réserve aussi de drôles de surprises. La flèche de Cupidon frappe souvent lorsqu’on ne l’attend pas. C’est ce qu’ont expérimenté Bernard Bärtschi (qui fête ses 62 ans ce mardi) et Sylviane Gonthier (57 ans) il y a treize ans. «C’est arrivé comme ça», avance-t-il. «Comme on voit dans les films. Ça nous tombe dessus on ne sait pas pourquoi», ajoute-t-elle.
Ces deux habitants de la Broye vaudoise étaient alors mariés chacun de leur côté, père et mère de famille, et presque voisins. Lorsqu’ils ont annoncé à leurs conjoints, leurs fils et fille respectifs qu’ils étaient ensemble, ça a été l’onde de choc. Le bonheur des uns fait le malheur des autres, c’est bien connu.

«Notre amour était plus fort que tout et on a assumé. Mais on regrette d’avoir fait du mal autour de nous», témoigne le couple.
Au moment qu’il surnomme le «coup de tonnerre», Bernard était municipal. Et officier d’état civil. On a jasé dans les chaumières. Aujourd’hui, le temps a passé et chacun a retrouvé de bonnes relations avec son ex-conjoint. Leurs enfants ont aussi fini par accepter la situation. Sylviane est grand-maman d’un petit Keilan, qui a 8 mois.
Bernard, conseiller en assurances, et Sylviane, gestionnaire de dossiers dans l’ordre judiciaire, ont décidé de s’arrêter de travailler en même temps, dans trois ans. Ils se réjouissent de ce moment. Installés dans une maison à Chavannes-sur-Moudon (VD), ils savourent la vie au vert.
Passionné de sport (il est directeur technique et directeur de course du Tour de Romandie), Bernard se prépare à une retraite active: «J’ai toujours fait deux ou trois choses en même temps», sourit-il. Quant à Sylviane, moins sportive, elle aura plus de temps pour s’occuper des siens et profiter de leur chalet, en Valais. «On espère bien vieillir ensemble, en bonne santé. On verra ce que l’avenir nous réserve», concluent-ils.

Son roman porte-bonheur 

Cornelia Gauthier (62 ans), de Thônex (GE), 
a entamé récemment une nouvelle relation.

C’est l’histoire d’une écrivaine qui sort avec son éditeur. Il ne s’agit pas d’un scénario… C’est ce qui est arrivé à Cornelia Gauthier, médecin psychosomaticienne de Thônex (GE). Elle a écrit un roman* sur le piège des rencontres virtuelles qui tournent à l’escroquerie financière. Lorsqu’elle est allée voir son éditeur à Paris pour signer son contrat, le tête-à-tête a viré à un échange sur leurs vies. Elle est repartie en ayant oublié de signer le contrat! «On s’est revu deux semaines plus tard, c’était génial. On est ensemble depuis dix mois, c’est une très belle relation», raconte-t-elle.
Cornelia Gauthier a 62 ans. Depuis deux ans, elle est légalement séparée de son ex-mari. Après le choc, sa famille a fini par comprendre. La doctoresse vit toujours au même endroit que le père de ses enfants: «Chacun vit sa vie, mais notre maison reste le lieu où tout le monde se rencontre, enfants et petits-enfants. On n’a pas voulu casser quelque chose qui n’avait pas de raison de l’être», explique la doctoresse. Passionnée par l’écriture, elle prévoit une retraite très active!

* Cornelia Gauthier, «Qui es-tu, John? Escrocs de charme et cyber arnaques», Ed. Persée.

Le déclic de la petite annonce

Linus Züger (86 ans) 
et Doris Bänziger 
(85 ans) 
sont 
ensemble depuis 
deux ans.

Veufs depuis des années, Linus et Doris ont souffert de solitude avant leur rencontre.

Leur premier rendez-vous a été un désastre. En se rendant chez Linus à Obergesteln (VS), dans la vallée de Conches, Doris est restée bloquée à Göschenen à cause d’une avalanche. Elle est rentrée chez elle, à Zurich… Sa deuxième tentative en valait la peine. Arrivée jusqu’à la maison de Linus, ça a été le coup de foudre!
Doris Bänziger (85 ans) en avait marre d’être toujours seule. Idem pour Linus Züger (86 ans). Tous deux sont veufs depuis plusieurs années. Ils se sont rencontrés grâce à une petite annonce qu’a fait passer Linus dans un magazine pour les aînés: «Je voulais trouver quelqu’un avec qui discuter et passer du temps.» Onze femmes ont répondu à son annonce. Seule Doris lui a parfaitement convenu.

La cuisine, le jardinage et les balades sont quelques-unes des activités communes du couple. Chacun poursuit également ses loisirs personnels. Doris voyage en Europe, Linus fait des randonnées avec ses amis.

Thomas Compagno

Campagne de sensibilisation

L’expérience du grand âge compte

Si vivre longtemps est un rêve pour beaucoup, vivre vieux est une angoisse pour nombre d’entre nous. Avec la campagne «Un temps pour tout», Pro Senectute, les églises réformées de Suisse ainsi que Justice et Paix (ndlr: une commission laïque de l’Eglise qui traite de questions éthiques) souhaitent briser le tabou du grand âge et valoriser ce thème. Ses initiateurs préconisent de mener le débat autour du grand âge de manière plus globale, et de ne pas considérer les personnes très âgées sous un angle purement économique: elles sont une partie importante de notre société. Gerry Hofstetter donne un visage à ce projet en illuminant cette année des églises des quatre régions du pays. A travers diverses manifestations auxquelles la population est invitée, des tables ouvertes sont menées sur le grand âge. La campagne a pour but de sensibiliser le public aux possibilités de cohabitation sociale, afin que les personnes les plus âgées de la population soient aussi estimées que les autres.

www.un-temps-pour-tout.ch

Pro Senectute – Coop  

Au nom des aînés  

Forte d’une expérience de près de cent ans, Pro Senectute est la plus grande organisation profession- nelle au service des personnes âgées en Suisse. Au nom des aînés et de leur autonomie, Coop a donc choisi d’établir un étroit partena- riat avec elle en 2007. Pro Senec- tute et Coop poursuivent le même objectif: répondre toujours mieux aux besoins des personnes âgées en Suisse.
Au quotidien et grâce à plus de 130 bureaux de consultation, Pro Senectute offre une large palette de services et de cours aux aînés.

Pro Senectute:

  • fournit des services en faveur du maintien à domicile jusqu’à un âge avancé;
  • conseille les aînés et leurs proches gratuitement en toute discrétion;
  • soutient les personnes âgées confrontées à des difficultés financières;
  • dispose d’une vaste offre de cours de langues, d’activités créatrices, sportives et de mouvement ainsi que de préparation à la retraite;
  • s’engage pour l’intégration des personnes âgées dans la société grâce à des projets intergénérationnels et au travail social communautaire.

Informations sur les services de Pro Senectute dans votre région:
Pro Senectute Suisse
Rue du Simplon 23
1800 Vevey 1
Tél. 021 925 70 10
ou via l’organisation Pro Senectute la plus proche de chez vous. 


Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Joëlle Challandes

Rédactrice

Photo:
Charly Rappo / Arkive.ch / Thomas Andenmatten
Publication:
dimanche 25.05.2014, 16:30 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?