Quand le chef réserve des surprises

En partageant sa passion des produits avec une trentaine d’adolescents, le chef Denis Martin en est ressorti scotché. Ses leçons de cuisine sont à voir chaque soir, à 18 h 20, sur RTS Un.

Toujours partant pour une nouvelle expérience, Denis Martin a adoré Le goût du jour, la série culinaire qu’il a imaginée et tournée en compagnie de 32 adolescents, filles et garçons. «Je me suis éclaté avec ces jeunes et ils se sont aussi bien amusés. On a parlé des produits, on est allés voir des fournisseurs. J’ai pu leur faire découvrir des choses que beaucoup ne connaissaient pas.» Pour sa série de huit émissions, le grand chef de Vevey a préparé 24 recettes, dont une vingtaine d’inédites. «J’ai aussi eu recours à du matériel ancien, auquel personne ne penserait. Comme une cafetière italienne pour cuire des champignons. Ça a surpris tout le monde, mais surtout, c’était bon.»

Les plats que l’on peut voir ces jours à la télévision sont donc à la portée de tout un chacun. «La preuve, c’est que les enfants ont réussi à les faire. Tout a été tourné en direct. On ne reprenait pas, on ne coupait pas. Les conditions étaient les mêmes que pour un direct.» Le cuisinier a été agréablement surpris par les rencontres qu’il a faites. «Tous ceux qui pensent que les jeunes sont dans la malbouffe se trompent. La génération de la malbouffe, c’est celle des 50 – 60 ans, la mienne. On a perdu la notion de nourriture, mais les jeunes y reviennent aujourd’hui. De plus, il est très difficile de montrer à des jeunes le résultat de la malbouffe. On en parle souvent, mais il n’y a rien de concret.»

Pour Denis Martin, les télévisions ont également contribué à changer les choses. «Ce qui a démonté la malbouffe est quelque chose que je ne cautionnais pas trop au début: les émissions style Top Chef, Masterchef, Un dîner presque parfait. Bien sûr qu’il y a de la téléréalité là-dedans, mais c’est grâce à cela qu’on voit des jeunes se retrouver le dimanche pour faire un truc à la maison. Ces émissions ont fait énormément de bien, même davantage que les Semaines du goût. Il n’y a qu’à voir le nombre de jeunes qui veulent devenir cuisiniers. On ne trouvait plus de candidats il y a quinze ans. Maintenant, il y en a plein. Dans une des émissions, les quatre jeunes sur le plateau veulent faire cuisinier.»
Fidèle à sa ligne, Denis Martin s’est fait la mémoire de la cuisine suisse. «Je travaille beaucoup sur de vieilles recettes que je modernise. Avec une équipe, on a utilisé des fers à bricelets. C’était la première fois qu’ils voyaient un tel engin de leur vie et les jeunes se sont mis à faire leurs bricelets, se brûlant les doigts en les roulant. En voyant cela à la télévision, certaines grands-mères doivent bien se marrer. Pour les anciens, faire des bricelets est quelque chose de naturel. Le geste se perd aussi en cuisine. Là, je leur ai montré comment se servir d’un fer à bricelets et je suis presque sûr qu’ils vont tôt ou tard en acheter un.»

Ravi, le chef de Vevey félicite les parents. «Je trouve génial d’avoir pris du temps pour emmener les enfants dans des émissions comme cela. Moi, je suis content d’avoir réussi un challenge. Les jeunes m’ont autant donné que j’ai pu leur apporter. C’était la toute première fois que je travaillais avec des jeunes. Ma femme et moi n’avons pas eu d’enfant, je n’ai donc pas trop l’habitude des gosses.»

http://www.rts.ch/emissions/le-gout-du-jour/

Recherche: As de la cuisine moléculaire

Le pape de la cuisine moléculaire n’a pas eu besoin de leur parler de «sa» cuisine. «Ils connaissaient et certains ont même été dans mon laboratoire. Tout le monde croit que la cuisine moléculaire, c’est de la chimie. Ce n’est pas vrai. On fait de la vraie recherche, on travaille avec des vrais produits. Ce n’est pas juste de l’azote posé sur une table comme certains l’ont fait. Du reste, ceux qui faisaient cela n’existent plus aujourd’hui. On est peut-être encore cinq ou six au monde à la faire sérieusement.»

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Anne-Marie Cuttat

Rédactrice

Photo:
RTS/Philippe christin
Publication:
lundi 30.12.2013, 11:16 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?