Roberto Barboni travaille presque exclusivement avec du bois de la région. De ses mains, il fabrique de véritables bijoux, dont chaque pièce est unique.

Quand toucher du bois se fait art

Traditions Le Tessinois Roberto Barboni se consacre corps et âme au tournage sur bois. La nature est sa source d’inspiration.

Cavigliano, localité du Centovalli. Devant l’étable transformée en atelier, de vieux ceps de vigne s’amoncellent, tandis que de lourds troncs d’arbres attendent sous l’appentis. Tout ce bois ne finira pas dans la cheminée; il sera transformé en petites œuvres d’art. Roberto Barboni (45 ans) est, en effet, l’un des rares tourneurs sur bois de Suisse. Il a acquis son savoir-faire en autodidacte. «J’ai toujours bien aimé bricoler le bois, mais quand il a fallu choisir une voie, je me suis tourné vers le commerce. Il fallait bien apprendre un vrai métier», rit-il.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Moulins à poivre, stylos, planches

Il a fondé sa propre entreprise de sécurité. À la suite de l’introduction de la libre circulation des personnes, il y a six ans, ce marché s’est effondré. Un bouleversement salvateur. Au lieu de se laisser abattre, il a fait de sa passion son métier. «Cet artisanat renaît depuis peu de ses cendres, surtout en Amérique et en Angleterre. J’aime travailler les matériaux naturels. J’adore la nature et cela me plaît de donner une nouvelle vie à un vieux morceau de bois.»

«

C’est le châtaignier que je préfère travailler»

Roberto Barboni, tourneur sur bois

Tourner le bois exige des trésors de patience. Il lui faut plusieurs heures pour fabriquer un moulin à poivre, une pièce unique, entièrement façonnée à la main, 100% swiss made. Les mécanismes qui complètent ses moulins sont eux aussi fabriqués en Suisse. L’artisan peut travailler presque toutes les essences, «sauf le sapin qui est trop tendre et résineux», explique-t-il avant d’ajouter que ce qu’il préfère «c’est le châtaignier, car il représente bien le Tessin.»

Lorsqu’il tourne le bois, Roberto Barboni se laisse inspirer par la nature. «Le bois me révèle quel objet il souhaite devenir, à travers ses veinures.» La technique rappelle de très loin celle utilisée sur un tour de potier.

De ce travail manuel naissent d’innombrables objets. Pour la boutique de la Supercard Coop, il fabrique des moulins à poivre, des stylos à bille, des bouchons pour bouteilles de vin et des planches à découper. Il a aussi un autre projet en tête: «J’aimerais ouvrir un petit musée du bois pour les écoles.»

La boutique des primes Supercard (www.supercard.ch) propose également en éditions limitées des produits fabriqués à la main en Suisse. Vous trouverez tout aussi bien des sacs créés à partir de ceintures de sécurité que des poteries tessinoises traditionnelles, des horloges fabriquées avec de vieux vinyles ou des coques pour iPhone en bois d’arolle. Roberto Barboni fournit, quant à lui, les moulins à poivre, les stylos à bille, les bouchons pour bouteilles de vin et les planches à découper. Le moulin à poivre s’échange par exemple contre 10 000 superpoints.
Vous fabriquez vous aussi un objet de manière artisanale et aimeriez le proposer dans la boutique des primes? Envoyez votre candidature à l’équipe Supercard à l’adresse suivante: handmade@coop.ch

www.supercard.ch

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Stefan Fehlmann

Rédacteur

Photo:
Claudio Bader
Publication:
lundi 02.11.2015, 14:40 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?