La famille Gremaud au complet dans son jardin de Marsens (FR). Un petit frère ou une petite soeur viendra agrandir la famille ces prochains jours!

Quatorze à la maison

Témoignage Les Gremaud ont douze enfants alors qu’un ménage moyen se compose de 2,25 personnes en Suisse. Comment vit-on au quotidien dans une si grande famille? Rencontre à Marsens (FR).

Lucien, Léo, Lily, Eloi, Agathe, Emile, Prune, Violette, Gaspard, Suzy, Roméo…Non, ce n’est pas la composition d’une équipe de foot mais celle de la famille Gremaud de Marsens (FR). Leurs parents Christelle et Lars (tous deux 41 ans) élèvent onze enfants et le 12e est attendu dans quelques jours! Comment vit-on au quotidien à quatorze alors qu’unménage helvétique est constitué de 2,25 personnes en moyenne? «J’aime bien être autant. On s’amuse beaucoup avec les plus jeunes», commente Lily (15 ans), première des cinq filles. «J’aime garder mes frères et soeurs et jouer avec. Quand on mange, on fait tous ensemble la vaisselle.» Si l’adolescente vit dans une famille nombreuse, elle souhaite «juste deux enfants quand je serai grande mais je veux faire un métier en lien avec les enfants». Son frère Léo (17 ans), deuxième de cette impressionnante fratrie, effectue un apprentissage de paysagiste. «Parfois, c’est un peu fatigant quand tu rentres après le boulot et ils te sautent dessus... Mais au moins on ne s’ennuie pas, il y a toujours de l’ambiance!» Leur petite soeur Violette (6 ans) partage leur avis: «C’est bien parce qu’il y a plein de monde! On peut jouer ensemble, c’est cool.»

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Tetris avec les chambres

Dans la grande maison jaune construite par Lars et Christelle au coeur du village fribourgeois, le premier étage est occupé par les sept chambres à coucher. Les deux aînés ont la chance d’en avoir une individuelle, d’autres frères et soeurs dorment à quatre dans la même pièce.
Des cloisons modulables en bois permettent de changer la configuration en tout temps. «Ça bouge toujours selon les âges», indique Lars, qui travaille dans un bureau d’architecture et est spécialiste des constructions en bois. Un terrain de unihockey a pris place sur le grand toit-terrasse de la bâtisse. Léo tape quelques balles avec un ami. Eloi est le plus assidu. Au rez-de-chaussée, les plus jeunes s’amusent dans la salle de jeux-salon TV. Dinosaures pour les garçons, poupées pour les filles. De l’autre côté de la maison, la cuisine-salle à manger donne sur un grand jardin où dorment trois bouledogues patauds. À côté de la table familiale trône un piano. Plusieurs enfants jouent de la musique.

«

C’est bien parce qu’il y a pleinde monde! On peut jouer ensemble»

Violette, 6 ans, quatrième fille

Chacun donne un coup de main pour les repas pris à la grande table familiale.

Attention aux dépenses

Pour les tâches ménagères, tout le monde met la main à la pâte, même si la cuisine reste le domaine de la mère de famille: «On a pas mal d’aide des grands, ça se fait naturellement. Ils sont beaucoup mis à contribution», souligne Christelle, son petit dernier Roméo (21 mois) dans les bras. Le frigo a bien sûr une taille XXL et la machine à laver la vaisselle professionnelle permet de ressortir couverts et assiettes propres après seulement trois minutes.
Étant aussi nombreux à table, la famille Gremaud doit faire attention aux dépenses: «C’est un gros travail pour avoir les bons prix au bonmoment. Nous mangeons sainement. Nous avons quelques poules», explique Lars. «Ce qui est cher, ce sont les à-côtés.» «Nous achetons surtout des produits de base: farine, oeufs, sucre», complète son épouse. «Je fais le pain moi-même.» La famille s’offre parfois un cochon ou même un demi-boeuf directement du producteur. Pour les habits et les équipements sportifs, les Gremaud récupèrent du vieux matériel et bénéficient de la générosité des villageois. «Nous recevons beaucoup en seconde main: des habits, des skis, rollers et vélos...»

Institut de beauté à domicile

Le papa a appris aux enfants à skier. Cette saison, ne manque plus que la neige... Suzy (3 ans) est encoreunpeupetite pour le ski. Très sociable, elle estfière demontrer ses dessins. Elle grimpe dans mes bras: «On a fait onze koalas. Ce sont des scotchs avec aimants!» s’exclame la maman. L’avantage d’une sinombreuse progéniture? Pas besoin de baby-sitter, les grands gardent les petits. «On essaie de faire une sortie une fois par semaine en couple», explique Christelle, tout en préparant des pâtes pour le dîner. Pendant ce temps, les enfantsmettent la table. La mère de famille est bien occupée entre l’éducation, la cuisine et la lessive. Pourtant, cette battante trouve encore le temps de réaliser des soins! «J’ai mon institut de beauté ici depuis 18 ans. J’ai des clientesfidèles.Çamepermet d’avoir un contact avec l’extérieur.» «Et ça met du beurre dans les épinards!» lance Lars.
La famille bénéficie de subventions pour les primes d’assurance-maladie des enfants mais elle n’a pas obtenu la bourse sollicitée pour l’aîné. «C’est frustrant», commente le père de famille.

«Les enfants dérangent»

Comment les gens réagissent face à une si grande famille? «Parfois, on a l’impression que les enfants dérangent. La société veut des enfants parfaits», déplore Christelle. «Nous sortons peu, nous sommes bien ici. En face, les gens sont positifs mais parfois il y a des regards négatifs qui sont blessants», ajoute son époux. Quand on demande au couple s’il compte s’arrêter à douze enfants, Christelle s’exclame: «On vit au jour le jour! On verra bien. Mais douze, c’est un chiffre pair et mon mari trouve que ça suffit!» «Douze enfants, une belle histoire», résume Lars en souriant.

«Loin du record mondial»

Philippe Wanner, démographe, professeur à l’Université de Genève.

Philippe Wanner, démographe, professeur à l’Université de Genève.
Philippe Wanner, démographe, professeur à l’Université de Genève.

Avec 1,54 enfant par femme en 2014, la fécondité remonte légèrement. Une explication?
Rien ne permet de dire que cette tendance va se poursuivre. Cette légère augmentation est surtout due aux femmes migrantes des pays des Balkans, qui présentent un niveau de fécondité supérieur à celui des Suissesses ou des Européennes du Sud. Ces femmes sont de plus en plus représentées aux âges de la maternité. Elles attirent donc la moyenne vers le haut.

Seul 1,7% desménages suisses compte quatre enfants et plus. Est-ce qu’une famille de douze enfants est exceptionnelle?
Oui, bien sûr, mais c’est loin du record mondial détenu par une famille russe, celle de Feodor Vassilyev, qui aurait dénombré 69 naissances vivantes au XIXe siècle. Ce n’est pas non plus le record suisse. Il n’était pas rare jusqu’aux années 1980 d’observer des naissances de rang supérieur à douze.

Quels sont les facteurs principaux qui influencent le nombre d’enfants par famille?
Ce nombre est bien entendu le résultat d’aspirations individuelles, d’opportunités également, mais aussi de conditions-cadres: la situation économique du couple, les aides sur lesquelles il peut compter, que ce soient les aides étatiques, mais aussi des proches peuvent influencer légèrement le choix d’avoir ou pas un autre enfant.

Fin de l'enfant unique en Chine

En Chine, le gouvernement a décidé d’abandonner officiellement la politique de l’enfant unique, dès le 1er janvier dernier. Celle-ci avait été instaurée en 1979. Elle a donc duré pas moins de 36 ans. Les couples chinois pourront dorénavant avoir deux enfants. Le but de la démarche? Tenter de faire remonter le taux de natalité et contrer le vieillissement de la population.

3,58 millions

Nombre de ménages en Suisse

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Basile Weber

Rédacteur

Photo:
Charly Rappo
Publication:
lundi 18.01.2016, 14:25 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?