1 von 7


Drôle d’impression que de se trouver nez à nez avec un stégosaure...

Le megaloceros, le plus grand cervidé qu’ait connu la terre.

Le camping de Réclère compte aussi des yourtes.

Le tarbosaure, qui était un proche cousin du tyrannosaure.

Les grottes de Réclère, qui ont été découvertes en 1886.

Le tarbosaure, très apprécié des enfants.

L’hypsilophodon, un herbivore qui était particulièrement bien adapté à la course.

Retour vers la préhistoire

Excursion familiale Le Préhisto-Parc de Réclère (JU) familiarise parents et enfants aux habitants du passé tout en leur faisant prendre du bon temps. Ou comment joindre l’utile à l’agréable.

L’ aventure vers la préhistoire commence par la route. De Delémont, capitale du canton du Jura, il faut compter une quarantaine de minutes pour rejoindre Réclère, en Haute-Ajoie, à deux pas de la frontière française.

Au fur et à mesure que l’on s’approche du Préhisto-Parc, on perd le contact avec la civilisation, car les villages deviennent plus rares, la verdure et les forêts plus abondantes. Sur place, avant d’entrer dans le sanctuaire, il y a déjà un avant-goût de ce qui nous attend via le centre d’accueil. Un mammouth aux défenses impressionnantes côtoie des têtes d’animaux d’antan. Les enfants sont intrigués. Un panorama de la faune jurassienne avec 120 animaux dans leur milieu naturel reconstitué complète le tableau. Puis l’épopée commence.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Près de 50 spécimens

Un chemin en pente douce, praticable aussi pour les poussettes, nous fait pénétrer dans une vaste forêt mystérieuse. Tout à coup, un panneau informatif attire le regard. En fonction de la période de l’année et de la densité de la végétation, ouvrir l’œil s’avère indispensable pour voir l’endroit où se cache le spécimen. Une sorte de mini-jeu de piste humoristique, qui enchante parents et enfants.

Bien sûr, les plus grosses bêtes s’aperçoivent de loin et les bambins trépignent d’impatience. Parmi les plus impressionnants des 45 modèles grandeur nature posant fièrement, citons le styracosaure avec sa longue corne nasale et les défenses de sa collerette (on le surnomme reptile piquant); le tarbosaure, proche cousin du tyrannosaure et prototype même de l’idée que l’on se fait du dinosaure dans l’inconscient collectif; le deinonychus ou «griffes terribles», car, avec leurs 13 cm de long, elles constituaient une arme redoutable chez ce prédateur rapide et intelligent.

Concours: 1 nuitée en bungalow pour 2 adultes et 2 enfants et des bons d'entrée au Préhisto-Parc à gagner

Jeu de vilains entre le mosasaure (à gauche) et l’élasmosaure.

Lac peuplé de monstres marins

Un coin particulièrement agréable où faire halte est le lac agrémenté d’une cascade où le mosasaure (ancêtre du varan), l’élasmosaure et son cou gigantesque aux 71 vertèbres(!), le plésiosaure et ses faux airs d’otarie, ainsi que l’ichtyosaure, qui ressemble à s’y méprendre à un dauphin sans appartenir à la même famille, font trempette. Une passerelle suspendue surplombe ce joli monde et donne un autre angle à la scène. À quelques encablures de la fin du parcours (2 km), un escalier métallique en colimaçon permet d’accéder à une tour d’observation sur la sauvage vallée du Doubs, où la rivière se prélasse en contrebas.

Au détour d’une clairière, le styracosaure vous souhaite la bienvenue.

Ce voyage au plus profond de l’histoire dure une heure, dont on sort ébahi et enrichi d’infos. Le Préhisto-Parc retrace toute l’évolution animale et explique les grandes étapes de ce processus. La visite s’inscrit dans un cadre contextuel puisqu’on rappellera que des traces de dinosaures d’un intérêt scientifique international ont été mises au jour non loin de Réclère, soit à Courtedoux, il y a plusieurs années.

Pôle de Loisirs

Vue sur le camping de Réclère (ici, les maisonnettes installées à l’année).

Le site touristique de Réclère, qui accueille 50 000 visiteurs par an, comprend également un hôtel-
restaurant, des bungalows, des yourtes et un camping. Niveau loisirs, des randonnées à cheval, entre autres, sont proposées et une piste de nordic walking est également à disposition. Pour se rendre sur place à partir de Porrentruy, deuxième ville du canton du Jura, suivre la direction Besançon, puis les panneaux touristiques «Grottes de Réclère/Préhisto-Parc».

Transports publics: de la gare de Porrentruy, CarPostal accède au site (arrêt «Les Grottes»).

www.prehisto.ch

Au centre de la terre

Découvertes en 1886, les grottes de Réclère offrent un spectacle naturel fascinant, lentement élaboré au fil des millénaires. Suivez le guide (impératif)!

Le Dôme, 13 m de haut et 250 000 ans d’âge, plus grande stalagmite de Suisse.

Le voyage au centre de la terre dans les grottes de Réclère, dont l’entrée est située à côté de celle du Préhisto-Parc, est le complément idéal aux dinos. Là, au bout de 500 marches, un autre monde captivant s’ouvre à vous (il convient d’être habillé assez chaudement, car même si le taux d’humidité est extrêmement élevé (90-95%), la température s’affiche à 7 °C toute l’année).

Petit lac à -92 mètres

Les gouttelettes perlent invariablement de la voûte dans un bruit caractéristique, façonnant patiemment stalactites et stalagmites (les premières tombent, alors que les autres montent), qui poussent d’1 cm par... siècle!

Mais ça vaut la peine d’attendre, eu égard aux œuvres d’art ainsi confectionnées. Par exemple le gigantesque Dôme, 250 000 ans d’âge et plus grande stalagmite de Suisse avec ses 13 m de haut.
Autre point fort: le manteau de Napoléon (6 tonnes), stalactite la plus volumineuse des grottes. Au point le plus bas (-92 m), une grande pièce d’eau héberge quelques petites crevettes aveugles, qui se nourrissent des insectes rapportés par les chauves-souris.

La balade d’1,5 km et de 50 minutes se conclut par un petit exercice physique consistant à grimper les 80 marches conduisant à l’air libre. On aura bien mérité d’y souffler un peu.

Pour davantage d’infos sur les autres découvertes paléontologiques dans le Jura:
www.jurassica.ch

Didier Walzer

Rédacteur

Photo:
Nicolas de neve
Publication:
lundi 28.09.2015, 14:14 heure

Didier Walzer

Rédacteur

.

Publication:
lundi 28.09.2015, 14:14 heure