Kyra (12 ans) adore les agrès. Elle s’entraîne quatre heures par semaine à Saint-Prex (VD).

S’épanouir en dehors de l’école

Loisirs Une activité extrascolaire bien choisie devrait avant tout permettre à un enfant de renforcer sa confiance en lui, explique la psychologue Anne Jeger.

Sport, musique, danse, expression créative, apprentissage d’une langue… Ce n’est pas la variété qui manque en matière d’activités extrascolaires. Comment choisir la bonne discipline et trouver le juste équilibre entre l’école et la vie de famille? Les conseils d’Anne Jeger, psychologue clinicienne à Lausanne.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Qu’apportent les activités extrascolaires à un enfant?
Elles le sortent de la maison et du milieu scolaire, ce qui est plus que favorable pour son bien-être et son équilibre physique et psychologique. Le bénéfice le plus important, je pense, est de consolider la confiance en soi et l’estime de soi. L’enfant a besoin d’apprendre qu’il peut réussir autrement que dans telle ou telle matière scolaire, surtout s’il rencontre des difficultés. Une activité bien choisie doit également lui permettre de s’épanouir, de s’éveiller, d’avoir du plaisir, d’apprendre à être autonome, à se sociabiliser, à découvrir un talent, etc.

Quels sont les pièges à éviter?
Vouloir trop en faire. Sauf pour certains enfants qui ont davantage besoin de stimulations, pour la majorité, une activité par semaine suffit. L’activité extrascolaire doit rester une aire de repos, un espace ludique. Elle est là pour que l’enfant puisse décompresser en dehors de l’école, qui est déjà contraignante. Le bon rythme dépend également de l’enfant, de son caractère et de l’activité elle-même. Certains enfants apprécient par exemple d’aller plusieurs fois par semaine à un entraînement sportif par envie de progresser, ce qui est valorisant pour eux et leur apprend l’autodiscipline. Ce qui compte, c’est de trouver le bon équilibre. Un autre piège à éviter serait de priver son enfant de son activité extrascolaire parce qu’il a désobéi. Si on lui retire cet espace de liberté et de créativité, cela va plutôt générer un cercle vicieux car, pour certains enfants, les loisirs correspondent à une grande bouffée d’oxygène.

«

Un enfant a besoin de se réaliser par lui-même»

Anne Jeger, psychologue

Est-ce mieux que l’enfant choisisse lui-même une activité?
Oui, sinon on court le risque que l’activité reflète le désir des parents et ne réponde pas à un besoin de l’enfant. Parfois, des parents projettent inconsciemment un de leur vieux rêve: devenir musicien ou joueur de foot. L’enfant tentera alors de répondre à leurs attentes et les parents seront, sans doute, rarement satisfaits. Un enfant a besoin de se réaliser par lui-même et de s’investir dans une activité qu’il aime et qui lui corresponde.

Et si l’enfant ne sait pas quoi choisir?
Je conseille aux parents d’essayer et de tester avec l’enfant. Il est parfois possible de l’inscrire pour dix cours dans une discipline, ou d’aller à des portes ouvertes. Cela permettra de voir s’il aime une activité. Parfois l’enfant peut se révéler dans un domaine, se découvrir un talent dans un sport ou dans la musique par exemple.

Comment réagir quand un enfant demande d’arrêter une activité?
Il faut prendre le temps d’écouter sa demande, entendre les raisons de cet arrêt, peser le pour et le contre. Cela fait-il trop avec l’école? La relation avec le professeur n’est-elle pas bonne? S’il est important de lui parler de la notion d’engagement et de le responsabiliser dans ses choix, il ne faudrait pas non plus saboter les bénéfices de l’activité en faisant de celle-ci une contrainte.

La jeune Vaudoise en plein exercice d’étirement. Elle pratique la gym depuis neuf ans.

Elle jongle entre agrès et chinois

Polyvalente Kyra fait non seulement de la gymnastique mais aussi du dessin et prend des cours de chinois.

La gymnastique, Kyra est presque tombée dedans quand elle était petite! Elle n’avait que 2 ans et demi quand elle a commencé la gym parents-enfants. Aujourd’hui, la jeune Vaudoise d’Apples, en dessus de Morges, pratique cette discipline depuis neuf ans.
Il y a quelques années, elle s’est initiée aux agrès et a remporté la 8e place au Championnat vaudois d’athlétisme. «Ce que je préfère, ce sont les recks!», ces barres horizontales que l’on peut régler à différentes hauteurs.
Les quatre heures d’entraînement hebdomadaire de gym ne lui font pas peur. Au contraire! «J’ai du plaisir à y aller, parce que j’aime bien bouger. Et j’y retrouve aussi mes amis.»
Pleine d’énergie, Kyra ne se limite pas au sport. Elle suit un cours de dessin et un cours de chinois avec son frère Grégory. «C’est elle qui demande de faire plusieurs activités, commente Anne Hofmann, sa mère. Elle a besoin de faire beaucoup de choses. Une fois, elle était à peine rentrée d’un camp de ski qu’elle était déjà impatiente d’aller à son cours de gym. Si, pour une raison ou une autre, elle ne peut pas y aller, elle prend ça comme une punition!»
Avec des semaines aussi bien remplies, comment gère-t-elle son emploi du temps? «Le week-end, Kyra prend de l’avance sur ses devoirs pour qu’elle n’ait plus que des révisions à faire pendant la semaine», explique sa maman.
Si ses parents veillent à ce que sa passion pour la gym n’empiète pas trop sur l’école, ils l’encouragent à persévérer car ils reconnaissent que c’est une source de stimulation pour elle. «Elle s’est fait de nouveaux amis en dehors de l’école, et ça lui fait du bien physiquement et mentalement, ajoute Anne. En sport, quand elle voit quelqu’un faire quelque chose qu’elle n’a jamais fait, elle a toujours envie d’essayer, c’est comme un défi.»
Kyra admet aussi qu’elle se sent plus à l’aise à l’école pendant les cours de gym. Plus tard, elle aimerait devenir monitrice pour transmettre ce qu’elle a appris aux plus jeunes.

Kyra avec son papa, Rémy Hofmann, devant la salle de gym.

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Texte: Delphine Gachet

Photos: Darrin Vanselow

Publication:
lundi 14.03.2016, 14:15 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?