Silence, on danse!

Phénomène Les «silent discos» répondent à l’envie de vibrer ensemble différemment sur la musique, dans des endroits spectaculaires et insolites. Décryptage.

Et soudain surgit face au vent/le vrai héros de tous les temps/Bob Morane contre tout chacal/ l’aventurier contre tout guerrier…» La foule d’environ 1600 personnes réunies dans le bassin olympique (vide) de la piscine à ciel ouvert de Pully, ne hurle pas les paroles du classique d’Indochine au diapason avec les décibels d’un concert de leurs héros méchés. Par contre, dans une ambiance survoltée où l’énergie positive pulse, les fêtards dansent et fredonnent, extatiques et dans un silence presque religieux sous leurs casques, les refrains de leurs hits préférés. Bienvenue dans le monde merveilleux des silent discos, littéralement les «discos silencieuses».

http://www.cooperation.ch/Silence_+on+danse_ Silence, on danse!
«

Nous touchons toutes les générations, de 8 à 60 ans»

Olivier Meylan, DJ et organisateur de «silent discos»

Une nouvelle manière de fêter

Importé des Pays-Bas il y a une dizaine d’années, le concept fait fureur un peu partout dans le monde, mais aussi dans le canton de Vaud où Olivier Meylan, fondateur du Pully For Noise, directeur de l’agence de communication Miss Camping, DJ et figure des nuits lausannoises, en organise régulièrement.
L’idée est aussi simple qu’efficace, en phase avec notre ère technologique: en arrivant, les participants se voient prêter un casque pour la soirée, qui leur donne accès à une playlist ou un set de DJ. Outre la quête du fun et l’expérience musicale différente, le concept permet théoriquement de faire la fête dans les endroits les plus insolites puisque a priori le silence évite les nuisances sonores, même en pleine ville. Et toujours de façon exclusivement événementielle.
C’est justement dans le cadre du regretté festival Pully For Noise, qu’une première silent disco, avait été organisée sous forme de showcase par l’un des partenaires de l’événement. Et comme on n’arrête pas le progrès, ces boums particulières ont connu un véritable essor il y a trois ans, lorsque les casques ont passé de deux à trois canaux et sont devenus identifiables par des voyants LED rouges, verts et bleus, permettant aux gens de visualiser qui écoute quoi autour d’eux. L’interaction entre les clubbers casqués, c’est ce détail, mais pas des moindres, qui a décidé Olivier Meylan de continuer l’aventure, au sein de son festival dans un premier temps, avant d’envahir d’autres endroits de la ville, notamment l’esplanade de la Cathédrale de Lausanne (où se tiendra une nouvelle soirée le 24 mai prochain) et les quais d’Ouchy. Ainsi que des soirées privées.
Les silent discos font allègrement le grand écart entre des choix musicaux rock, alternatif et d’autres purement festifs, rappelant au bon souvenir des années 1960 ou 1980: «Découvrir en s’amusant, c’est très important pour moi. Et au fil des soirées, nous touchons toutes les générations, de 8 à 60 ans.
Il n’est pas rare de croiser des quadras avec leurs enfants en début de soirée, observe l’organisateur. Et puis, j’aime cette logique du choix, ce côté actif de l’auditeur qui retrouve la musique qu’il aime sur la piste electro, rock ou main-stream. Ou encore des battles de DJ.»

Individualiste ou sympathique

Parmi le public, les sourires ne trompent pas: le phénomène séduit massivement. Pourtant, les avis sont tranchés. Là où certains «puristes» déplorent l’aspect trop individuel du casque, d’autres ne ratent aucune silent disco, comme ce fan de 26 ans: «Je préfère ça à une soirée en club où l’on ne s’entend pas parler. Dans une silent, tu peux enlever ton casque quand tu veux et discuter tranquillement.» Pour se faire sa propre opinion, rien ne vaut d’enfiler son casque et de tester soi-même.

Rendez-vous en terres vaudoises

À vos agendas et à vos casques! La «silent disco» revient sur l’esplanade de la Cathédrale à Lausanne mercredi 24 mai de 21 h à 2 h. L’an dernier, la première édition avait marqué les esprits et confirmé le succès des soirées silencieuses.

Silent disco / Cathédrale de Lausanne

 

À Pully, une soirée d’un même acabit se tiendra le 24 juin, dès 21 h devant le Prieuré.

www.soundsound.ch

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

texte:
Alexandre Lanz
Photo:
Keystone, DR
Publication:
lundi 15.05.2017, 13:15 heure

Retrouvez toutes nos recettes


Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?