Avec l’application «30 Day Fitness Challenges», Cristina réalise chaque jour ses exercices de sport.

Smartphone: le monde entier au bout des doigts

Interagir Il est devenu un acteur incontournable de nos vies hyper-connectées. Du haut de ses 120 grammes, il immerge nos quotidiens dans un univers numérique où tout semble désormais possible.

À 23 ans, Cristina Monti, habitante de Cadenazzo (TI), est une experte en smartphones. «J’ai des dizaines d’applications sur mon téléphone, et je les utilise pratiquement toutes.» Ses cheveux rouge vif ne passent pas inaperçus: «Je voulais essayer le turquoise, mais mon copain Mattia me l’a interdit. J’aurais pourtant tout loisir de le faire: après tout, je suis coiffeuse.»
Passionnée de tatouages et d’animaux, elle apprécie surtout les chats… et les pandas: «Quand je vois un panda, je perds la tête», avoue-t-elle en souriant. Nous avons «espionné» Cristina tout au long d’une journée smart: du matin au soir, nous avons suivi ses mouvements pour découvrir comment les smartphones ont transformé nos habitudes. Par ailleurs, un expert de la sphère numérique, l’entrepreneur Davide Gai, a suivi et commenté au fur et à mesure les heures passées en compagnie de la jeune addicte. Dans un monde où le nombre de connexions a dépassé à ce jour le nombre d’habitants (7,3 milliards de connexions pour 7,2 milliards de personnes selon GSMA), Cristina n’est qu’une utilisatrice lambda, mais représentative de l’addiction qui s’est emparée de toute la planète.

Plusieurs applications permettent de reconnaître des morceaux de musique.

Du matin au soir

Et c’est parti pour une journée «100% app» qui commence au son du réveille-matin du smartphone. «Je ne suis pas encore debout mais déjà connectée. Je consulte d’abord la météo, puis les courriels et les tâches de la journée. Je n’oublie pas non plus les réseaux sociaux: Facebook, Instagram et Twitter», détaille Cristina. Mais comme l’explique Davide Gai, «le défi principal se situe au niveau de la santé. Nous commençons tout juste à voir apparaître les premiers capteurs qui enregistrent nos différents mouvements au cours de la journée, notamment avec le lancement de Microsoft Health. Il existe également des applications qui proposent un programme d’entraînement pour rester en forme.» Une opportunité que Cristina a saisie sur-le-champ: «Oui, j’en ai une qui s’appelle 30 Day Fitness Challenges et qui propose des exercices au jour le jour.»

L’application des CFF est l’une des plus téléchargées en Suisse.

Un mode de vie

Aujourd’hui, la jeune femme ne travaille pas: c’est donc parti pour une promenade. «Mattia est libre, je vais lui dire de me rejoindre dans le train», s’exclame-t-elle en pianotant. «Je réalise une capture d’écran des horaires sur Mobile CFF et la lui envoie sur Whats-app.» L’application des CFF compte parmi les plus téléchargées au niveau national. «En Suisse alémanique, les enfants ne vont plus à l’école en vélo, remarque Davide Gai, ils préfèrent les transports en commun qui leur permettent de jouer avec leur smartphone. Autrefois, la voiture était un rêve lié à l’indépendance, à la maturité, mais aujourd’hui, elle est associée au trafic, à la pollution et à des restrictions en matière de liberté et de communication.»
«Je suis en train de mettre en ligne quelques photos sur Instagram», s’amuse notre interlocutrice. D’ailleurs, on estime à près d’un demi-milliard le nombre de photos partagées en ligne en une journée. «Attention, toutefois, au danger des déchets numériques, avertit l’expert. L’espace du Cloud est devenu infini: aucun document n’est plus supprimé, au risque de ne plus rien retrouver et de se noyer dans une véritable soupe de gigaoctets. Il faut veiller à sélectionner nos données et à jeter celles qui sont inutiles ou dénuées d’intérêt.» En bref: utiliser le monde numérique de manière consciente.

Les applications jalonnent la journée.

À chacun son programme

Entre-temps, Cristina et Mattia sont arrivés aux châteaux de Bellinzone, où ils ont téléchargé l’application Patrimonio TI, un guide électronique des sites architecturaux et artistiques les plus admirés du Tessin. La journée touche à sa fin, le jeune couple décide de faire une halte au restaurant. «Eh, ça fait des semaines que je cherchais cette chanson!» s’exclame soudain Cristina en entendant les premières notes d’un morceau diffusé dans la salle.
Ni une ni deux, elle lance l’application Track ID: quelques secondes suffisent à celle-ci pour reconnaître le morceau. «On se tourne toujours plus vers des formules à la carte permettant d’écouter de la musique sans limite, indique l’expert. L’arrivée de Netflix en Suisse est l’un des symptômes de cette tendance: le streaming payant à la demande.»
«Pour consulter l’actualité? J’utilise l’application Newscron. Et s’il me reste encore du temps, j’ouvre Zattoo et je regarde un peu la télé. Je n’ai pas d’habitudes régulières, je consulte ce qui m’intéresse.» Davide Gai n’est pas surpris: «C’est tout à fait dans l’air du temps. S’il y a une grande perdante, c’est la télévision traditionnelle. Aujourd’hui ça n’a plus de sens d’attendre le journal du soir et de s’en tenir au choix proposé. Les actualités sont en ligne et chacun crée son propre programme au jour le jour.»
Cristina est arrivée chez elle et s’apprête à aller se coucher. «J’ai toujours du mal à m’endormir, mais j’ai déniché l’application Relax and sleep qui permet de configurer un bruit de fond qui induit le sommeil: ronronnement de chat, battement de cœur, vent ou encore ressac apaisant des vagues. On a le choix.» Alors, bonne nuit Cristina. Car demain, dit-elle encore pour conclure, «est une autre smartjournée!»

Près de 50 milliards de messages s’échangent chaque jour.

Activez les sous-titres en français (bouton qui se trouve à côté des paramètres).

Patrimoine, culture et terroir en quelques clics

Le spécialiste

Philippe Bonvin, patron de l’entreprise lausannoise EDSI-Tech

Philippe Bonvin, patron de l’entreprise lausannoise EDSI-Tech
Philippe Bonvin, patron de l’entreprise lausannoise EDSI-Tech

Innovation En créant des applications destinées aux offices de tourisme, une entreprise lausannoise propose de visiter la Suisse autrement.

Vous avez créé l’appli «Vaud: Guide» et celle sur «Les Vias du fromage». Une autre manière de visiter?
Oui et non. L’idée n’est pas que les utilisateurs visitent un lieu le nez rivé sur leur smartphone. Cela n’aurait pas de sens. On doit profiter de l’endroit avec le smartphone dans la poche.
Mais celui-ci peut vous avertir dès que vous arrivez près d’un centre d’intérêt touristique. C’est là toute la subtilité de ces applications.

Une application qui se fait discrète en somme?
Complètement. Cette technologie ne doit pas occuper tout le temps son utilisateur. C’est une valeur ajoutée. En revanche, elle est aujourd’hui nécessaire si on veut évoluer avec la génération qui utilise les outils sociaux au moindre déplacement. Le monde de l’application fait partie intégrante du mode de vie. Le tourisme ne peut pas y déroger.

Quel est l’intérêt pour les acteurs du tourisme?
Ces applications sont pilotées par le système MyCity qui permet d’obtenir de manière anonyme les recommandations personnalisées sur le comportement des visiteurs d’une région. La langue, le contexte de voyage, les points d’intérêt, l’heure de la visite, etc. Tout ceci fournit des indications précieuses sur ce qui fait ou non l’attractivité d’un lieu. À l’heure de la mondialisation du voyage et des réseaux sociaux où des avis sont échangés, le tourisme est devenu un univers qui doit interagir avec la clientèle.

Quelle est la valeur ajoutée pour le visiteur?
Ce sont des applications dites intelligentes. S’il pleut, elles ne vous proposeront pas de vous rendre à un point de vue extérieur. Tout est pris en compte en temps réel. C’est là tout l’intérêt: elles interagissent avec une efficience constante.

La question de la semaine

Pourriez-vous vivre sans votre téléphone portable?

Les vias du fromage

Disponible depuis fin août sur iPhone et Android, et ce en trois langues (français, allemand et anglais), l’application Les Vias du fromage apporte de nombreux avantages au promeneur. Outre les informations nécessaires au bon déroulement de la marche (carte, description des étapes, temps de marche, etc.) elle est entièrement géolocalisée, c’est à dire qu’elle vous informe sur votre environnement direct. L’application dispose d’innovations telles que la réalité augmentée et la recommandation intelligente des points d’intérêt. Aux heures des repas, les restaurants à proximité sont proposés. Des films sur la fabrication du fromage et l’histoire de son économie, par exemple le transport du fromage par ces mêmes chemins vers les foires françaises aux XVIIe et XVIIIe siècles, prolongent l’expérience une fois de retour à la maison.

Pour télécharger l’application:
www.gruyerepaysdenhaut.ch/le-parc-propose/les-vias-du-fromage
http://get.mycity.travel/gruyerepaysdenhaut

Vaud: Guide

L’application fonctionne comme un guide interactif. En répondant à des questions relatives aux intérêts de l’utilisateur et en prenant en compte des éléments environnementaux, tels que sa position géographique, la météo ou encore l’heure, l’application propose des recommandations personnalisées pertinentes pour ce dernier.
Une carte permet au visiteur de repérer les points d’intérêt. Celle-ci peut aussi s’activer en mode réalité augmentée, permettant de visualiser dans l’espace les sites à proximité. L’application peut envoyer des notifications lorsque son utilisateur s’approche d’un point d’intérêt pouvant l’intéresser. Enfin, elle propose pour l’instant neuf itinéraires clé en main afin de visiter les villes. L’agenda des manifestations et la réservation en ligne sont aussi accessibles.
Gratuite et disponible en français, allemand et anglais, l’application est téléchargeable sur Apple Store et Google Play sous le nom Vaud:Guide. Une fois installée, elle s’utilise sans réseau internet (sauf pour la réservation en ligne), évitant ainsi tout frais d’itinérance. 

Pour télécharger l’application:
www.region-du-leman.ch/fr/vaudguide
http://get.mycity.travel/regionduleman

Des applications touristiques permettent désormais de visiter la Suisse différemment – ici à Bellinzone.

Conseils

Photos réussies

1. Temps d’exposition des photos
Il peut être réglé sur la plupart des smartphones. En général, le mode automatique convient bien, mais vous pouvez l’ajuster manuellement. Plus le temps d’exposition à la lumière est long, plus la photo sera lumineuse. Mais attention: plus on court aussi le risque d’obtenir une image floue.
2. Le stabilisateur d’image
Avec un temps d’exposition à la lumière plutôt long, enclenchez le stabilisateur d’image. Il évitera l’aspect flou encouru comme décrit dans le point 1.
3. Réglage de la valeur ISO
Elle influence la luminosité de l’image. Plus cette valeur est élevée, plus l’image sera lumineuse. Toutefois, en augmentant la valeur ISO, l’image peut devenir granuleuse. Il faut impérativement effectuer des essais avant de prendre la photo définitive.
4. Option «Prise de vue»
Elle a l’avantage de proposer une fonction panoramique avec laquelle on peut prendre des clichés très larges au moyen d’un mouvement panoramique.

Le smartphone de demain

L’expert

Otmar Hilliges, professeur et chercheur à l’EPF Zurich

Otmar Hilliges, professeur et chercheur à l’EPF Zurich
Otmar Hilliges, professeur et chercheur à l’EPF Zurich

La commande gestuelle sera-t-elle le mode d’utilisation de demain pour les smartphones?
Non, pas nécessairement. Actuellement c’est la reconnaissance vocale qui fait d’énormes progrès. La recherche s’intéresse aussi à la mesure des ondes électromagnétiques de notre activité cérébrale, c’est-à-dire à la lecture de la pensée. Il est difficile de prédire ce qui s’imposera.

Concrètement, ça veut dire…
Que nous porterons sur nous différents capteurs, ou bien ceux-ci seront répartis dans notre environnement et enregistreront en permanence notre activité. Au moyen d’algorithmes, le système comparera ces données pour calculer notre prochaine intention. Il ne sera alors pratiquement plus nécessaire d’effectuer aucune commande active.

Et comment fonctionnera la commande gestuelle?
Je peux imaginer que nous porterons des lunettes de données et que pour initier une commande, nous ferons des gestes discrets.

À quoi ressemblera le smartphone dans dix ans?
Le smartphone tel qu’on le connaît aujourd’hui n’existera plus dans dix ans. À l’heure actuelle, la tendance semble fortement s’orienter sur la technique des capteurs et des données partagées. Les montres connectées, ou smartwatches, n’en sont qu’un premier exemple.

Les propriétaires de Smartphone

Profils

Source: Media Use Index 2014 Y&R Group Switzerland

6 astuces pratiques pour votre smartphone

Xavier Willemin, auteur du blog le multimédia pour tous, nous partage six astuces pratiques à découvrir sur nos téléphones portables.

Lire l'article: 6 astuces pratiques pour votre smartphone

Quiz Etes-vous un geek du smartphone ?

 
01
sur
 

 

Solution du quiz (dans la version papier du journal n°46): CARTE

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Texte: Jona Mantovan

Avec la collaboration de Sophie Dürrenmatt et d'Annina Striebel

Photo:
Sandro Mahler, Federico Pedrotti, SP
Publication:
lundi 10.11.2014, 16:15 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?