Leyla Gali et Kurt Grunauer chargent la camionnette en denrées alimentaires.

Solidarité: de précieux excédents

Société Les invendus font parfois des heureux: une fois passée la date, les denrées sont redistribuées par Coop à des personnes dans le besoin. Par exemple dans le cadre du projet «Table Suisse».

Avec agilité, Leyla Gali, apprentie de 2e année, parcourt les rayons de la Coop de Muttenz Freidorf (BL) à la recherche de denrées dont la date serait passée: charcuterie, toasts, chips, yogourts, pâtes, etc. «Ces articles doivent être retirés de la vente», explique la jeune femme de 19 ans. «Bien entendu, nous nous efforçons d’avoir le moins d’invendus possible, sans jamais y parvenir complètement», précise Bruno Cabernard, du secteur Développement durable.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Ce qu’elle ne vend pas, Coop le remet à des organisations caritatives comme «Table couvre-toi» ou «Table Suisse», avec lesquelles elle collabore depuis 2005. Même quand la date est dépassée, les produits peuvent généralement être encore consommés, voire conservés un moment. Outre les denrées qu’elle leur livre, Coop soutient ces deux institutions à hauteur de 175 000 francs par an.

Tri et livraison

Le lendemain matin, peu avant 8 h, le véhicule frigorifique de Table Suisse fait halte devant le magasin Coop de Muttenz. Son chauffeur, Kurt Grunauer (68 ans), travaille à titre bénévole pour l’organisation depuis six ans. Épaulé par un civiliste, cet ancien enseignant fait le tour de toutes les succursales Coop de Bâle et environs.
Il sait exactement de quels produits les institutions d’utilité publique qu’il dessert ont besoin. «Le foyer pour hommes de Bâle, où l’on aime faire la cuisine, s’approvisionne en légumes, en pâtes et en viande la plupart du temps. Le centre pour requérants d’asile et les centres de désintoxication, en général, préfèrent les denrées directement consommables, comme le pain, les fruits, les yogourts et les sucreries», indique-t-il.
Kurt Grunauer trie lui-même les denrées reçues de Coop, pour ensuite les apporter directement aux institutions de la région. Et sans perdre de temps en détours inutiles! Pourquoi cet homme à qui la vie a manifestement souri s’engage-t-il ainsi? La réponse ne se fait pas attendre: «Pour être utile à la société.» Depuis qu’il est à la retraite, il a le temps.

Liste de priorités

L’offre en denrées alimentaires fluctue. «Lorsqu’il y a peu de marchandises, nous nous organisons selon une liste de priorités», confie Sonja Grässlin, qui coordonne les engagements de Table Suisse dans la région bâloise. «Parfois, nous nous limitons aux institutions qui en ont le plus besoin.»
L’offre dépend également des conditions météo et de la saison. «S’il pleut en été, poursuit la coordinatrice, nous distribuons davantage de pastèques.»

Emballages thématiques

Après Noël et Pâques, les produits exposés dans des emballages thématiques ne peuvent plus être vendus. Davantage de Pères Noël et de lapins en chocolat sont ainsi redistribués. Pour le plus grand plaisir des bénéficiaires de Table Suisse!

Dons en aliments 2015

En tonnes, de Coop à...

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/105
Toutes les paroles aux actes
Thomas Compagno

Rédacteur

Source: Table Suisse, Table couvre-toi

Infographie: Niki von Almen

Photo:
Stefan Bohrer
Publication:
lundi 01.02.2016, 13:55 heure

Retrouvez toutes nos recettes