Les choses bougent sur l’alpage de Grossächerli, dans le canton d’Obwald: Bruno von Rotz (à dr.), le responsable de l’alpage, et ses associés planifient une nouvelle étable et une maison d’habitation.

Solidarité: l’alpe a besoin d’aide

Action petits pains du 1er Août Le Parrainage Coop s’engage pour sauver l’alpage de Grossächerli, dans le canton d’Obwald. Soutenez ce projet!

Après une longue randonnée dans le cadre magnifique du Stanserhorn et de Wirzweli, on n’a plus qu’une idée en tête: se rafraîchir. Sauf que la fontaine de l’alpage de Grossächerli, but d’excursion populaire dans la région, est déjà squattée par le chien d’un groupe de promeneurs. Ce bain canin ne semble déranger personne. Pas même les alpagistes qui, à une centaine de mètres de là, étudient les plans de rénovation d’une étable délabrée. Observant la scène avec un calme stoïque, Bruno von Rotz fait cependant remarquer: «Il s’agit en fait de l’abreuvoir. Quand un chien s’est trempé dedans, l’eau n’est plus potable pour les vaches.»

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Cet éleveur de 55 ans est responsable de l’alpage, il est l’«Alpvogt». Lui-même ainsi que ses six associés et leurs familles sont habitués à travailler dur et à affronter l’adversité. Alors, changer l’eau d’un abreuvoir n’est qu’un moindre mal. Leurs soucis sont ailleurs.
En effet, sur cet alpage exploité par sept familles, il y a urgence. L’étable vétuste n’est plus aux normes en matière de protection des animaux et des eaux. Et la maison d’habitation, ou plutôt le cabanon en pierre qui sert de maison, manque de tout: «Le bâtiment actuel remonte à 1798 et la dernière réfection a eu lieu en 1936», raconte Bruno von Rotz. La bâtisse est dans un état lamentable et quand il pleut, ce qui a souvent été le cas ce printemps, l’eau coule à travers la cuisine.

Investir ou partir

Pour les exploitants de l’alpage, cela veut dire qu’il faut soit abandonner les lieux, soit investir de manière conséquente. À inscrire tout de même au «crédit»: un cadre de toute beauté, de la bonne herbe où les familles d’alpagistes peuvent estiver une partie de leurs vaches, soit une cinquantaine de bêtes. Le lait – quelque 70 000 litres par saison – est transformé en fromage et en produits laitiers de qualité à 300 mètres de là, dans la petite fromagerie de Chieneren. Par exemple en un sbrinz d’alpage longuement affiné, quasi inégalable en son genre. Cette merveille s’est même fait une place dans les rayons des grands supermarchés Coop sous le label Pro Montagna.

Romantique? Peut-être, mais à long terme la cuisine de l’alpage ne sera plus habitable.

Coûts de rénovation élevés

Au «débit», en revanche, il y a des coûts de construction pour un montant d’un million de francs environ. Les explications du maître d’alpage, Bruno von Rotz: «Nous avons mis le projet sur les rails avec le service de l’agriculture d’Obwald. Mais plus nous planifiions de choses, plus les coûts augmentaient. Nous avons donc «allégé» le projet. Mais même après avoir renoncé à tout ce qui pouvait apparaître comme du «luxe», il faut encore de l’argent.»
Cette manne est censée provenir de diverses sources: de la Confédération, des cantons et naturellement des éleveurs eux-mêmes. En fin de compte, il manquera quand même 300 000 francs. Si ce montant ne peut pas être réuni, les jours de cet alpage remontant au XVIe siècle sont comptés, prévoit le paysan, qui ajoute, pensif: «Les bâtiments sont devenus inacceptables pour les animaux comme pour les gens. Si nous ne pouvons pas nous mettre aux normes, il n’y aura pas de paiements directs. Dans ce cas, on pourrait de toute façon tout oublier.»
Mais nous n’en sommes de loin pas là. Les sept familles qui exploitent l’alpage peuvent maintenant compter sur la solidarité des Suisses. Cette année, le produit intégral de la traditionnelle vente de petits pains du 1er Août sera affecté à la restauration de l’alpage de Grossächerli. Si les fonds peuvent être réunis, les anciennes structures seront remplacées par une stabulation libre moderne avec box combinés d’alimentation et de repos pour 56 vaches. Une salle de traite à cinq places répondant aux normes d’hygiène sera créée. Il est encore prévu de construire pour le personnel employé par les alpagistes un appartement simple, mais fonctionnel, au-dessus de l’étable.
Les sept familles exploitant les lieux doivent en effet s’occuper de leur propre ferme et ne peuvent pas être constamment sur place à l’alpage. Et cela malgré l’important travail à fournir en matière d’entretien du paysage et d’amélioration des chemins et des clôtures.

Potentiel pour l’avenir

Pour le maître d’alpage, cet appartement représenterait également un potentiel pour l’avenir: «Si nous arrivons à garantir un bon standard, même en faisant dans la simplicité, il pourrait accueillir une jeune famille avec enfants. Celle-ci pourrait être appelée à surveiller l’alpage sur le long terme.»
C’est tout ce que l’on souhaite à cet alpage et ses exploitants. Il ne reste qu’à espérer que les Suisses achètent quantité de petits pains du 1er Août. En plus de se régaler, ils feront une bonne action.

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/59
Toutes les paroles aux actes

Des petits pains aux grands effets

Ces jours-ci, l’achat des produits de charcuterie et de boulangerie portant une mention spéciale permet de contribuer directement à sauver l’alpage de Grossächerli. Jusqu’au 2 août, tous les magasins Coop proposent:

  • Petit pain bio du 1er Août, 80 g, 1 fr. 20. Votre don est de 20 ct.
  • Pain bio du 1er Août, 400 g, 3 fr. 50. Votre don est de 40 ct.
  • Petit pain au lard bio du 1er Août, 75 g, 1 fr. 50. Votre don est de 20 ct.
  • Cervelas du 1er Août, 100 g, 10 pièces pour 6 fr. 95. Votre don est de 50 ct.

La somme ainsi récoltée sera doublée par Coop et versée intégralement à l’alpage de Grossächerli, dans le canton d’Obwald, par le Parrainage Coop pour les régions de montagne. Coop propose en outre sous le label Pro Montagna une vaste gamme de spécialités de nos régions de montagne. En achetant ces produits, vous soutenez également le Parrainage Coop.

Je souhaite devenir membre

Bienvenue au Parrainage Coop pour les régions de montagne. Votre contribution annuelle de 10 fr. (mais vous pouvez donner davantage) sera intégralement investie dans des projets d’aide et d’assainissement. Coop prend à sa charge tous les frais administratifs.

Télécharger le coupon pour devenir membre
Devenir membre
Stefan Fehlmann

Rédacteur

Photo:
DR
Publication:
lundi 18.07.2016, 13:30 heure

Retrouvez toutes nos recettes