1 von 9


La Neuchâteloise Melina M’Poy (à gauche) rayonne dans son premier grand rôle.








Sous le signe du Roi Lion

La comédie musicale sortira ses griffes au Musical Theater de Bâle en anglais dès mars 2015. Une Romande en est la reine. Impressions.

Nous sommes ici dans la ville portuaire britannique de triste mémoire puisque, le 10 avril 1912, le Titanic appareillait pour un futur aussi bref que sombre. Et on pourra même ajouter glacé. Rien de tel au chaleureux Mayflower Theatre, le troisième plus grand d’Angleterre avec ses 2300 places, qui célèbre la comédie musicale Le Roi Lion, qui cartonne sur les planches de la planète depuis une bonne quinzaine d’années.

Dessin animé à l’origine (sorti en 1994), le spectacle raconte l’avènement d’un lionceau, Simba, qui vit un drame familial avant d’être forcé à l’exil et de revenir plus fort que jamais en véritable seigneur de la jungle. Il va s’imposer par son vécu, son charisme et son amour pour sa reine, Nala (interprétée par la Chaux-de-Fonnière Melina M’Poy, interview page 14). En filigrane, il y a surtout une histoire d’évolution, d’émancipation, de passation de pouvoirs. Et on en prend plein les mirettes.
Côté interactif, tous les animaux de la savane descendent littéralement de la salle pour débouler sur l’estrade dans un grondement impressionnant. La réalisatrice de cette comédie musicale estampillée Disney, Julie Taymor, a poussé le souci du détail (une constante chez Disney) jusqu’à faire en sorte que les comédiens qui se glissent dans la peau des bêtes adoptent leur démarche…

Les comédiens se fondent littéralement dans les animaux qu’ils interprètent.

Comme si on y était

Par moments, 50 personnes (!) s’ébattent sur scène. Le rythme est endiablé, les costumes et décors somptueux. On se croirait vraiment dans les plaines infinies d’Afrique noire.
Lorsqu’on a la chance de guigner dans les coulisses, comme ce fut notre cas au Mayflower, on reste interdit devant tant de matériel, de tenues différentes, de masques, d’échafaudages, de projecteurs, etc. Et, dans le feu de l’action, on imagine quelles précision et rapidité sont obligatoires pour ne pas s’emmêler les pinceaux (au propre comme au figuré)! Du grand art, vu depuis la salle et backstage.
Si le succès des comédies musicales anglo-saxonnes, les fameux «musicals», ne s’est jamais démenti dans les pays de langue anglaise, Grande-Bretagne et États-Unis en tête (surtout Broadway, à New York), à l’image de Cats ou du Fantôme de l’Opéra, c’est d’abord pour une question culturelle. Britanniques et Américains s’y bousculent comme d’autres au cinéma.

Les retrouvailles entre Simba et Nala, qui s’étaient perdus de vue depuis l’enfance.

«Notre-Dame de Paris» et c’est reparti

Dans le monde francophone, la comédie musicale a connu un retour en grâce avec Notre-Dame de Paris (1998), du Québécois Luc Plamondon, show qui a notamment révélé le chanteur Garou.
Le précédent spectacle à avoir pareillement cartonné, c’était Starmania, de Michel Berger et Luc Plamondon (déjà!), l’un des premiers opéras rock francophones entièrement chantés. Mais il datait de 1978.

Depuis Notre-Dame de Paris, les triomphes en français se sont succédé: Les Dix Commandements, Le Roi Soleil, 1789: Les Amants de la Bastille, Mozart l’opéra rock, Robin des Bois, etc. «La différence majeure entre les comédies musicales francophones et anglo-saxonnes, c’est que, dans ce dernier cas, on achète le CD en sortant de la salle. Le succès des premières est basé sur l’accueil des chansons avant même que le spectacle initial n’ait eu lieu.
Autrement dit, si le disque ne marche pas, le spectacle peut très bien ne pas voir le jour…», note un organisateur de concerts.
Le très populaire The Lion King, lui, s’installera sur son trône bâlois dès le 12 mars prochain au Musical Theater. Une première visite en Suisse, après avoir traversé dix-neuf pays. Sur les bords du Rhin, plus de 150 000 spectateurs sont attendus. The show must go on.

«Jouer en Suisse: énorme!»

L’artiste

Melina M’Poy, danseuse et chanteuse (Nala)

Melina M’Poy, danseuse et chanteuse (Nala)
Melina M’Poy, danseuse et chanteuse (Nala)

Votre parcours avec «Le Roi Lion»?
Je tourne depuis sept ans. D’abord à Paris, puis Singapour, ensuite Londres et Southampton. J’ai été la doublure de plusieurs personnages, notamment Sarabi, la maman de Simba, et Nala. On m’a offert le rôle de Nala il y a quelques semaines.

Quelle impression ça vous fait de venir jouer à Bâle?
C’était totalement inattendu et une occasion énorme de vivre mon rêve devant le public de mon pays. Cerise sur le gâteau, je reverrai ma famille.

Que voyez-vous dans ce spectacle?
Un voyage initiatique, une recherche d’identité.  

Quel entraînement pour le show?
Beaucoup de natation. C’est parfait, car ça demande peu d’efforts pour les articulations. Je cours aussi, pour le souffle. Je dois faire des étirements avant et après le spectacle, car la relaxation est nécessaire au niveau des muscles du cou. Le plus important, c’est la confiance en soi. Au début, j’avais un peu d’appréhension, car je manquais de souffle.

Le spectacle a l’Afrique noire pour décors. Vous en êtes partiellement originaire. Y êtes-vous déjà allée?
Mon père vient en effet de République démocratique du Congo. Je suis allée une fois à Kinshasa et suis tombée malade! Je me souviens de l’hospitalité des gens. Ils n’avaient pas grand-chose, mais étaient heureux. Ça m’a donné le goût d’une vie plus simple.

L’appel de la jungle dans des décors royaux qui plongent le spectateur en pleine Afrique noire.

Critique: c’est la vie!

Les comédiens payent de leur personne, virevoltent d’un coin à l’autre de la tribune, donnent de la voix. Une liane d’émotion étreint le public lorsque Nala et Simba, futurs reine et roi de la jungle, entonnent une version chaloupée de «Can You Feel the Love Tonight», le tube d’Elton John. Une quinzaine de musiciens dans la fosse d’orchestre et les loges assurent l’accompagnement. «Le Roi Lion», c’est une histoire d’apprentissage de l’existence, de valeurs de base, de famille, de transmission. Avec, en toile de fond, la perpétuation de l’espèce humaine, animale. C’est le cercle de la vie. Et il enchantera petits et grands.

En chiffres de gros moyens

Séquence maquillage pour Melina, transformée en lionne!

Action Supercard

Sac en coton «The Lion King»

Avec la Supercard Coop, recevez un sac en coton (valeur: 15 fr.) pour tout achat de billets du show. Offre valable pour les représentations du mercredi soir, vendredi soir, samedi après-midi et dimanche après-midi. Les billets, qui incluent le bon d’achat pour le sac en coton, sont en vente au service clients des Coop City et chez Ticketcorner. Vous pouvez aussi les commander au tél. 0900 800 800 (1 fr. 19/min), sur www.ticketcorner.ch ou sur www.coop.ch/thelionking (ouvrir la box Supercard); quatre billets max. par Supercard. Dans la limite des stocks disponibles.
www.coop.ch/thelionking

Quiz: à vous de jouer!

 
01
sur
 

 

Solution du quiz (dans la version papier du journal n°39): SIMBA

Plein d’énergie en petites quantités

En-cas Un creux qui se pointe alors que le repas est encore loin? Ces produits vous reboosteront en un rien de temps.

Biber bio Naturaplan
Ce «Biber», pain d’épices originaire d’Appenzell, est estampillé bio Naturaplan, 1 fr. 25/62 g.

Thé vert Menthe du Maroc Bio Naturaplan
Boisson rafraîchissante au goût de menthe poivrée, 1 fr. 30/50 cl

Galettes de riz au miel Jamadu
Ces galettes de riz sont composées d’ingrédients issus du commerce équitable.
1 fr. 95/60 g

Jus de pomme douce Jamadu
Pour les grandes soifs, avec des fruits suisses, 2 dl, 65 ct.

Chouettes Jamadu
De petits biscuits croquants.
Les produits Jamadu contribuent dans une large mesure à une alimentation équilibrée.
Fr. 2.65

Lassi mango-Hibiscus Fine food
Le lassi est un yogourt indien à boire. Onctueux. 250 ml, 2 fr. 35

Commentaires (4)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Didier Walzer

Rédacteur

Texte: .

Photo:
© Disney, Johan Persson, Christoph Kaminski, Catherine Ashmore
Publication:
lundi 22.09.2014, 14:30 heure

Didier Walzer

Rédacteur

.

Publication:
lundi 22.09.2014, 14:30 heure


Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?