Stanislas Wawrinka (28 ans): «Le tournoi de Gstaad, c’est un cadre magnifique, une qualité d’accueil et d’organisation reconnue par les joueurs.»   

«J’ai un côté très famille»

Dixième joueur mondial, Stanislas Wawrinka dispute ces jours le tournoi de Gstaad (BE). Epanoui dans son tennis, le Vaudois se sent également fort à l’aise dans son rôle de père de famille. Echanges avec le champion.

Coopération. Le tennis, c’est venu comment?
Stanislas Wawrinka. Quand j’étais jeune, mes parents voulaient que mon frère et moi pratiquions un sport en dehors de l’école, juste pour avoir une activité physique. On avait un club à cinq minutes de chez nous. Et c’est  comme ça qu’on a commencé le tennis. Ça permettait de faire autre chose, voir d’autres copains. J’ai tout de suite bien aimé, car j’aime courir. Au début, c’était une fois par semaine, comme tout le monde, le mercredi après-midi.

Qu’est-ce qui rend ce sport si attractif pour vous?
Tous les sports ont leurs particularités. Mais en tennis, on est seul sur le terrain, on a notre destin en main. Et puis, la technique, la condition physique et le mental jouent un rôle équivalent. C’est une activité complète.  Pour gagner, il faut que ces trois paramètres soient au top. En outre, les endroits, les conditions changent en permanence. Tu peux jouer le même adversaire à une semaine d’intervalle et tu feras un match complètement différent, que tu gagneras ou perdras si tu te sens un peu moins bien en revers ou en coup droit. Tu ne sais jamais à quoi t’attendre.

Et les voyages?
Quand on est jeune, c’est assez incroyable de voir tous ces pays, toutes ces villes, de pouvoir faire le tour du monde plusieurs fois dans l’année.

«

Il y a une confiance mutuelle entre Roger Federer et moi»

Quelle est la différence d’ambiance entre un tournoi classique et un Grand Chelem comme Roland Garros ou Wimbledon?
Un tournoi du Grand Chelem, c’est vraiment l’objectif de tous les joueurs. C’est là qu’on veut être au top de sa forme, donc où il y a le plus de pression. La programmation de tout joueur est faite en fonction des quatre Grands Chelems. Ils font aussi la légende du tennis avec les matches en cinq sets, parfois d’une durée de quatre ou cinq heures.

Vous disputez cette semaine le tournoi de Gstaad, dans l’Oberland bernois. Un rendez-vous qui vous branche.
En effet, j’essaye d’y aller chaque année, car il n’y a pas beaucoup de tournois internationaux en Suisse. Et Gstaad fait partie des plus beaux tournois au monde. Beaucoup de joueurs y sont venus et en vantent le cadre magnifique, la qualité de l’accueil et de l’organisation. Ce n’est pas loin de chez moi, l’on peut jouer devant son public. C’est quelque chose d’incroyable, que j’adore.

Vos rapports avec Federer, qui joue aussi à Gstaad et dont seules cinq places vous séparent au classement?
Oui, mais il a des années d’avance avec tous ses résultats. Pour moi, c’est le plus grand joueur de tous les temps jusqu’à maintenant. Il a une carrière juste hallucinante et on ne peut que prendre exemple sur tout ce qu’il a fait et qu’il fait.
Mes rapports avec lui sont très bons. On a peu de contacts parce que nous sommes les deux très occupés avec notamment le tennis et la vie de famille. Maintenant, quand on se voit, on a de bonnes relations, on s’entend bien. On s’écrit également de temps en temps. Il y a une confiance mutuelle. Ça fait des années qu’on se connaît. On a vécu tellement de choses ensemble.

Deux tennismen suisses parmi les meilleurs du monde, pourtant, la relève masculine est inexistante. Pourquoi?
Ce qu’il faut voir, c’est la chance qu’on a eue toutes ces dernières années d’avoir autant de très bons éléments, hommes et femmes. C’est plutôt ça qui est surprenant. Martina Hingis et Roger sont des génies. On a aussi eu plusieurs joueurs dans le top ten: Hlasek, Rosset, Patty Schnyder. Pour un petit pays comme le nôtre, c’est remarquable. La France, un pays pas loin de dix fois plus grand que la Suisse, n’a eu personne dans le top ten pendant des années. J’espère jouer encore pas mal de temps. Roger aussi. D’ici là, il y aura peut-être d’autres générations qui vont arriver. Chez les filles, il y a le prodige Belinda
Bencic, qui vient de gagner Roland Garros et Wimbledon  juniors.

Que vous apporte votre nouveau coach, le Suédois Magnus Norman?
J’espère surtout une certaine stabilité d’être aussi haut dans le classement à long terme. Voire encore grimper. Il va aussi m’apporter son expérience de joueur. Il a été numéro deux mondial, finaliste à Roland Garros, a gagné des Masters 1000 (réd: les tournois les plus cotés après ceux du Grand Chelem). Il sait ce que c’est et ce qu’il faut pour y arriver.

Vos loisirs?...
J’essaye de passer un maximum de temps avec ma femme et ma fille Alexia, qui approche des 3 ans et demi. Ce qui n’est pas évident parce que je voyage beaucoup. J’aime vraiment ce côté papa, pouvoir profiter de la famille, d’un après-
midi à la piscine ou au lac avec elle. Les loisirs, après, c’est comme beaucoup, j’aime bien pouvoir regarder des films parce que dans les avions, c’est ça qui passe le temps et aide à déconnecter. Une bonne comédie, par exemple. J’apprécie également un repas entre amis.

Un joueur en or

Champion olympique

Bio. Stanislas Wawrinka est né le 28 mars 1985 à Lausanne. Il a longtemps vécu à Saint-Barthélemy (VD). Désormais, il habite entre Genève et Lausanne.

Vie privée. L’athlète est marié à Ilham Vuilloud, ex-modèle et présentatrice à la Télévision romande.

Carrière. Revenu dans les dix premiers mondiaux cette année, le Romand a remporté jusqu’à présent quatre tournois en simple, dont celui d’Estoril ce printemps. Il a été finaliste de trois autres au premier semestre 2013. En 2008, il empochait la
médaille d’or en double lors des Jeux olympiques de Pékin en compagnie de Roger Federer. En 2003, il s’est imposé en juniors à Roland Garros.

Signes particuliers. «Stan» est réputé comme étant l’un des tennismen professionnels avec la meilleure condition physique. Son revers à une main régale les puristes.

stanwawrinka.com
www.creditagricolesuisseopengstaad.ch

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Didier Walzer

Rédacteur

Photo:
Darrin Vanselow
Publication:
lundi 22.07.2013, 14:12 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?