Les T-shirts Naturaline sont pourvus d’un numéro grâce auquel l’acheteur peut retracer le chemin parcouru par le produit.

T-shirt: il est possible de les suivre à la trace

Les vêtements viennent de loin. Une chose qu’on ne peut pas éviter, car le coton ne pousse que dans les régions chaudes. Naturaline donne maintenant à ses clients la possibilité de savoir qui a fait quoi.

Aujourd’hui, en enfilant un T-shirt, on se sent parfois un peu mal à l’aise. D’où vient la matière première? Qui a cultivé le coton? Qui l’a transformé? La couturière a-t-elle été assez payée? Qui contrôle que toutes les promesses faites par les labels bio et équitable soient vraiment tenues?

La traçabilité permet à Coop de répondre à toutes ces questions de ses clients. Toujours plus de vêtements sont pourvus d’un numéro. Grâce à cela, l’acheteur peut remonter le chemin parcouru par le produit, jusqu’à la région où le coton a été cultivé. Les voies sont multiples, car la matière première vient d’Inde et de Tanzanie.

La plupart du temps, le coton est filé sur place; dans certains cas, il y est encore tissé et teint, puis l’étoffe est utilisée pour la confection des vêtements. Cependant, le fil peut aussi être envoyé dans d’autres pays pour transformation. Pour cette raison, Coop travaille avec des entreprises du monde entier, et pas uniquement indiennes.
Toutes les étapes de la production – des cultures biologiques au produit fini, en passant par la transformation – sont soumises à des exigences écologiques et sociales strictes. Des organismes indépendants sont responsables de leur contrôle. Sur la page ci-contre, nous montrons l’un des itinéraires parcouru par le coton bio avant de devenir un T-shirt Naturaline.  

L’origine du coton biologique est retraçable jusqu’à la région de production, mais pas jusqu’au niveau du paysan lui-même. «La raison en est très simple», explique Markus Kunz, de la société Remei qui fabrique une grande partie des vêtements Naturaline vendus par Coop. Pour assurer une qualité constante du fil, on mélange le coton brut du plus grand nombre possible de producteurs. Au total, ce sont plusieurs milliers de petits paysans qui livrent leur coton bio à Remei.

1. Culture et égrenage (Tanzanie)

Le coton provient de Tanzanie, où il est cultivé dans le respect de directives bio strictes. L’utilisation d’engrais organiques, et non pas chimiques, et la rotation des cultures permettent de maintenir la fertilité des sols. Le recours à des semences génétiquement modifiées et aux produits phytosanitaires synthétiques n’est pas autorisé. Les paysans ont la garantie de pouvoir écouler leur récolte de coton. Celle-ci est achetée en gros par «bioRe Tanzania» à Mwamishali. Les producteurs reçoivent une prime bio en plus du prix conventionnel du marché. Le coton est ensuite égrené dans l’usine d’égrenage Bibity Ginners à Meatu.
La Fondation bioRe offre en outre aux paysans des cuisinières efficaces, afin de compenser les émissions de CO2 produites lors de la fabrication.

2. Filature (Inde)

Une fois le coton brut égrené, il est filé par la société Eurotex à Kolhapur. Les grandes balles de fibres de coton pressées sont d’abord décompactées. Dans d’immenses lignes de production, les fibres sont ensuite mélangées, nettoyées, filées et enroulées sur de petites broches. 

3. Tissage et teinture (Inde)

L’entreprise Arvind Mills à Gujarat tisse le fil et teint les étoffes. Des règles claires sont appliquées concernant les teintures et les autres produits, de même que les procédures d’utilisation. Les tissus ne sont blanchis qu’à l’oxygène et les teintures utilisées ne sont pas toxiques pour la peau et l’environnement. 

4. Impression (Inde)

L’entreprise Wellknit Industries Printing à Coimbatore est chargée de l’impression des étoffes. A ce stade de la production également, l’utilisation des pigments et des autres produits est clairement réglementée pour Naturaline. Par exemple, les pigments ne doivent pas contenir de métaux lourds toxiques.

5. Confection (Inde)

La confection est assurée pres-que au même endroit par l’entreprise Wellknit Industries. Là les étoffes sont transformées en T-shirts, pyjamas et bien d’autres vêtements. Comme pour les autres étapes de la chaîne de production Naturaline, Wellknit Industries verse des salaires justes à ses ouvriers et ouvrières. Ceux-ci bénéficient en outre de conditions de travail réglementées et dignes, régulièrement contrôlées par des sociétés indépendantes.

6. Vente (Suisse)

On trouve les textiles Naturaline dans les grands supermarchés Coop et l’ensemble de l’assortiment dans les boutiques Naturaline des grands magasins Coop City. Pionnière en la matière, Coop est la principale entreprise de commercialisation de textiles biologiques et équitables. Coop veut, grâce à Naturaline, que l’être humain soit en harmonie avec la nature, et ce, tout au long de la filière de production.

Coop Naturaline: tendance, écologique, équitable

Coop est le plus grand distributeur au monde de textiles équitables en coton bio. Quelque 8000
agriculteurs biologiques participent à la production du coton, transformé dans le respect de normes sociales et écologiques strictes. Les avantages de Naturaline:

  • du coton produit sans engrais chimiques, ni agents défoliants, ni produits phytosanitaires
  • de synthèse;
  • des cultures exemptes de semences génétiquement modifiées;
  • des projets sociaux et des centres de formation pour les agriculteurs bio en Inde et en Tanzanie;
  • des normes sociales strictes à tous les niveaux de production;
  • une utilisation économe de l’eau;
  • des colorants exempts de métaux lourds toxiques;
  • des textiles blanchis sans chlore.
www.coop.ch/naturaline

Thomas Compagno

Rédacteur

Photo:
Christian Lanz
Publication:
lundi 17.06.2013, 08:00 heure