Les moines ont aménagé les terrasses de Lavaux au XIe siècle.

Terroir mythique

Élément clé Qu’entend-on par terroir? Quelques éléments de réponse pour expliquer cette notion complexe, au gré d’un détour par les terroirs les plus étonnants du monde.

Terroir: un terme clé lorsqu’il est question de vin. «Un terroir d’exception!», «Un vrai vin de terroir!»: des expressions entendues maintes fois. Mais que signifie ce vocable? En substance, le terroir regroupe l’ensemble des facteurs conférant à un vin son caractère unique.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Numéro un: le sol  

Le facteur numéro un est le sol. Chaque type de sol se caractérise par un mélange de minéraux et un régime hydrique qui lui sont propres. Quel type de sol est idéal pour le vin? La réponse dépend du cépage: chaque variété répond à des besoins spécifiques. Les vignerons le savent par expérience, c’est pourquoi, dans le Bordelais par exemple, ils destinent les sols argileux à la production de merlot et les sols graveleux, perméables, à celle de cabernet sauvignon.

Numéro deux: le climat

Le facteur numéro deux est le climat. Quelle quantité de pluie la parcelle reçoit-elle? Quelle est la durée d’ensoleillement? Et qu’en est-il des vents? Le même constat s’applique ici aussi: le climat idéal n’existe pas.
Chaque type de climat marque le vin de son empreinte. On peut s’en rendre compte en comparant par exemple une syrah suisse avec un shiraz australien, produits à partir du même cépage. La fraîcheur du climat helvétique rend la syrah gouleyante alors que le shiraz, cultivé sous la chaleur australienne, se distingue par son opulence. Il existe cependant des variétés de raisins qui ne poussent pas n’importe où, comme la petite arvine.
Angelo Gaja, vigneron charismatique du Piémont, s’y est essayé une fois. Conclusion: «Un disastro!» Pas étonnant puisqu’il n’y a qu’en Valais qu’elle se sente bien.
Parmi les principaux facteurs qui façonnent le terroir, il en est un qui est souvent oublié: l’homme. Pourtant, c’est lui qui est à l’origine des décisions qui font que le vin est ce qu’il est. Chacun de ses choix – quand vendanger, avec quelle levure fermenter le vin, combien de temps le laisser en fûts? – influence le goût du vin. Il n’est pas rare non plus que ce soient les mains de l’homme qui créent les conditions propices à la viticulture. C’est le cas en Lavaux, où des moines ont aménagé, au XIe siècle, les premiers vignobles en terrasses sur les coteaux ensoleillés du Léman. Ce terroir unique, né de l’interaction entre l’homme et la nature, produit un vin de qualité depuis près d’un siècle.

Des curiosités  

L’ampélologue valaisan José Vouillamoz se consacre depuis plus de vingt ans à la vigne. Il a parcouru seize pays viticoles, découvrant des choses à peine croyables: «Sur l’île d’Ischia, dans le golfe de Naples, j’ai vu un vignoble quasiment à flanc de falaise au-dessus de la mer. Le vigneron presse le raisin sur place avant de charger le moût sur un bateau. Et sur l’île grecque de Santorin, la vigne pousse sur une terre volcanique noire. Pour la protéger contre les vents violents, les vignerons la tressent en forme de corbeille.» Sans oublier bien sûr Visperterminen, en Valais: «Le vignoble le plus haut d’Europe, où pousse le heida.» Du terroir, rien que du terroir!

Terroir: un terme utilisé dès 1920

Le sol est le facteur numéro un lors de l’installation d’un cépage.

Le sol est le facteur numéro un lors de l’installation d’un cépage.
Le sol est le facteur numéro un lors de l’installation d’un cépage.

Le mot «terroir» vient du latin «terra». Il a été inventé par les Français, qui l’utilisèrent tout d’abord pour des produits comme le fromage, la viande ou encore l’huile. «La cuisine du terroir» désigne les plats typiques d’une région. Ce n’est qu’à partir de 1920 et l’introduction des zones AOC que le terme a commencé à être utilisé pour le vin. Aujourd’hui, cette notion est employée parfois abusivement.
À l’ère de la production industrialisée de denrées alimentaires, elle est gage d’authenticité et d’attachement aux valeurs traditionnelles.

Fraîcheur agréable

L’experte

Marie Linder, spécialiste en vin

Marie Linder, spécialiste en vin
Marie Linder, spécialiste en vin

La Salamandre, c’est un chasselas au parfum printanier, des senteurs fleuries et une fraîcheur très agréable. Sa bouche est ronde, fruitée, sans une once de lourdeur avec une légère présence de gaz carbonique, d’amertume et de minéralité qui contribuent à l’équilibre de ce vin. Un chasselas facile et joyeux, simplement bon, qu’il est utile d’avoir sous la main lors d’un apéritif improvisé, pour le plaisir de trinquer. Son coté gouleyant sera aussi apprécié avec une entrée tout en légumes ou une terrine de poisson. L’idéal serait également d’emmener un jour au moins, toutes personnes non connaisseuses de Lavaux,
faire une balade panoramique dans la région. Découvrir ce magnifique vignoble classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2007 vaut le détour. Juché sur des terrasses abruptes, l’endroit offre une vue grandiose sur le lac Léman.

Lavaux AOC La Salamandre, 2014

Prix: 10 fr. 50/70 cl
Origine: Suisse, Vaud
Cépage: chasselas
Maturité: 2015-2016
Disponible: dans les grands points de vente ou sur:
www.coopathome.ch

.

www.mondovino.ch

Texte: Britta Wiegelmann

Photos: Alamy, SP

Publication:
lundi 22.02.2016, 13:50 heure

Concours photo:

Bon appétit!

Les gagnants sont connus!

Les votes sont terminés. Félicitations aux gagnants du concours «Bon appétit»!

Vers le concours

Retrouvez toutes nos recettes