Le chemin jusqu’aux prochaines toilettes est souvent très long en Inde. À g.: avec le soutien de la Fondation bioRe et de Coop, des centaines de WC de ce genre vont être construits.

Toilettes: pas une évidence pour tout le monde

Hygiène En Inde, beaucoup n’ont pas accès aux toilettes. Avec l’aide de Coop, la Fondation bioRe veut changer la donne. Un travail d’information est nécessaire.

L’Inde est le deuxième pays le plus peuplé au monde. Le manque de toilettes constitue un problème majeur. Plus de la moitié de la population ne dispose en effet pas de lieux d’aisance. Environ 600 millions d’Indiens se soulagent dans la nature. Les conséquences sont lourdes: les matières fécales s’infiltrent dans le sol et se retrouvent dans l’eau potable, diffusant bactéries et virus dans les champs et les rivières.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Des maladies comme l’hépatite, le typhus ou le choléra peuvent ainsi se propager, avec des répercussions dramatiques: chaque année, en Inde, quelque 600 000 personnes meurent de maladies diarrhéiques. Dont de nombreux enfants. La construction de toilettes peut contribuer à améliorer cette situation pénible. D’après certains experts, leur invention a permis de sauver plus de vies humaines que la ­pénicilline… Après avoir pris la mesure du problème, le Premier ministre indien, Narendra Modi, considère l’amélioration des conditions hygiéniques dans son pays comme une mission des pouvoirs publics. Il veut ainsi faire construire plus de 100 millions de toilettes d’ici à 2019.

Sensibilisation cruciale

Dans l’État indien du Madhya Pradesh, la Fondation bioRe montre de manière exemplaire comment ça pourrait se dérouler.
L’institution soutient la production de coton bio pour Coop Naturaline. Elle veut améliorer la situation sanitaire de ses producteurs en leur fournissant un accès à des WC. «Nous construisons dans un premier temps 100 toilettes», annonce Aashish Joshi. Responsable de projet en Inde pour l’institution bioRe, il sait que la construction de WC ne suffit pas à elle seule. «Les gens doivent être sensibilisés et changer leurs habitudes.»
Pour en prouver les avantages, il cite les femmes, qui souffrent particulièrement de l’absence de toilettes. «Elles sont nombreuses à parcourir de longues distances afin de trouver un emplacement sûr pour y faire leurs besoins. Par peur d’être harcelées ou par honte, beaucoup attendent l’obscurité pour se soulager.»

Le rôle-clé des femmes

En Inde, ce sont les femmes qui sont responsables des enfants. Elles jouent donc un rôle-clé dans l’éducation durable de la société.
La construction d’un WC coûte environ 300 francs suisses. La moitié de ce montant est fournie par les agriculteurs, le reste est pris en charge par Coop. Les familles participent à sa construction et en assument l’entretien. On prévoit de réaliser des toilettes à la turque, simples, avec une fosse septique et un réservoir d’eau. D’autres toilettes sont prévues ultérieurement. «Il est cependant indispensable que la campagne de sensibilisation porte ses fruits, insiste Aashish Joshi, car faire ses besoins près d’une maison est considéré comme quelque chose de très impur. C’est encore pire lorsque c’est à l’intérieur de celle-ci. D’où l’habitude d’aller dans les champs.»

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/193
Toutes les paroles aux actes
Stefan Fehlmann

Rédacteur

Source: ONU

Photos: Keystone, SP

Publication:
lundi 07.03.2016, 13:30 heure

Retrouvez toutes nos recettes