Une bonne hygiène chez l’animal garantit son bien-être. Et le vôtre aussi.

Tout beaux, tout propres

S’occuper de l’hygiène de nos animaux de compagnie n’est pas une option, mais une obligation. Mais gare aux produits utilisés! Certains sont synthétiques…

On ne le répétera jamais assez: la propreté fait partie du respect que l’on doit à nos amis à quatre et à deux pattes, à écailles, à nageoires et à plumes. Observez un chat: aussitôt sa litière changée, hop il saute dedans, ravi.

Une bonne hygiène et des produits adéquats contribuent à la santé de nos petits potes. Ils n’ont pas demandé à nous accompagner, à nous de leur offrir de bonnes conditions de vie. Or, des lecteurs s’interrogent: les produits de nettoyage, désinfectants et anti-odeurs sont chers et leur composition chimique les classe parmi de vrais dangers publics. Outre l’ammoniaque ou l’eau de Javel toujours sur le marché, mais nocifs pour leurs poumons, apparaissent de «nouveaux produits de synthèse dont nul ne connaît l’impact sur la nature et la vie, sans parler des tests réalisés sur les animaux en laboratoire, afin d’en déterminer la classe de toxicité», explique Mikaël Villard de L’Oasis des Vétérans, lui qui n’hésite pas à mettre la main à la poutze. Voici donc ses conseils garantis non polluants, «loin des emballages design et des grandes marques»: le vinaigre blanc nettoie robinets, éviers, vitres et sert d’adoucissant pour le linge, de désinfectant, dégraissant et anti-tartre. Il permet de nettoyer et désodoriser les litières, cages des oiseaux, terrariums. Pour les fins nez, il peut être parfumé avec une décoction de romarin, lavande, menthe, écorces de citron.

Le bicarbonate de soude va servir à nettoyer les sols (sans incommoder l’odorat des bestioles), la vaisselle et les lessives: «Dans une grande casserole, verser un litre d’eau et à feu doux, faites dissoudre une cuillère à soupe de savon noir ou savon de Marseille râpé. Ajouter une cuillère à soupe de bicarbonate de soude, laisser refroidir, conserver dans une bouteille fermée.» Vous lavez tout avec ce mélange, y compris les coussins et les linges, tissus utilisés pour les animaux. La maison est ainsi
tenue propre en ordre, sans nuire aux poilus ni aux ailés. Il suffit de deux bouteilles réutilisables et d’un peu de bonne volonté. Et ça ne coûte rien!

Corneilles: débrouillardise

A Neuchâtel, l’autre jour, une poubelle vomissait ses détritus sur des trottoirs impeccables. La preuve? Hormis les environs de la poubelle, pas un mégot à l’horizon. «Tiens, je me dis, un hurluberlu a passé là, qui déteste la propreté.» Il n’empêche, ça faisait tache dans ce quartier propret. Du coup, je me suis assise sur un mur, histoire de voir qui avait l’audace de souiller à ce point le macadam public. Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant trois couples de corneilles s’approcher et, dès que je fus immobile, reprendre leur danse des ordures, à la recherche de quelques miettes, un trognon de pomme, un morceau de fromage et même une cannette de bière sur laquelle l’un des sombres ailés passa une drôle de colère à coups de bec vengeurs – à moins qu’il ne s’agît d’une mélopée genre Tambours du Bronx. En moins de vingt minutes, le contenu sagement déposé par les humains dans l’endroit approprié était éparpillé sur plusieurs mètres. Quel talent!

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Bernadette Richard

Journaliste, écrivaine et astrologue

Photo:
Fotolia
Publication:
lundi 21.10.2013, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?