Transpirer pour la bonne cause

Sport Pédaler pour soutenir un projet, une idée typiquement suisse? On pourrait le croire, vu le nombre d’expéditions en cours pour mettre en avant une cause humanitaire, à force de sueur.

Tout quitter et partir voyager? Un rêve que de plus en plus de gens réalisent. Mais la quête de sens ne s’arrête pas au choix des destinations ou celui du moyen de transport. Beaucoup de routards choisissent d’ouvrir un blog et de profiter de cette visibilité pour mettre en avant un projet humanitaire. Et les causes défendues reflètent bien cette diversité: maladies orphelines, enfants en difficulté ou écoles dans le tiers-monde, il y en a pour toutes les affinités.
Toutefois pas besoin de voyager pour faire le bien. D’autres personnes au grand cœur, mais pas voyageuses pour un sou, mettent leurs talents multiples et hors du commun au service d’une cause.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Pédaler en Afrique pour une école

De Lausanne au Cap
Il a 26 ans et pédale depuis bientôt deux ans pour une école au Togo. «Depuis tout petit, j’ai toujours été intéressé par l’Afrique. À 12-13 ans, j’ai fait un exposé sur le Malawi. J’ai gardé l’envie d’y aller un jour», raconte Olivier Rochat. En 2012, alors pâtissier à Gryon, il met à profit sa passion du vélo pour récolter des fonds pour la construction d’une école au Togo, à coup de tours d’une ou deux semaines. Puis, il décide de visiter le continent noir à la force du mollet dans le sens des aiguilles d’une montre, et s’est donné deux ans pour le faire. «Avec mon meilleur ami, nous avons créé «Bike for Africa». Après la première construction d’école, en 2013, j’ai continué l’aventure et aujourd’hui, le deuxième projet a déjà récolté les fonds nécessaires. Nous regardons pour soutenir d’autres projets.»
Parti le 15 septembre 2014 de Lausanne, il avait prévu de rejoindre Le Cap, en Afrique du Sud, en un an et 17 000 kilomètres. Finalement, à force de détours et de coups de cœur, il lui a fallu vingt mois de route et plus de 31 000 kilomètres. Il est actuellement en Namibie.
«À ce stade de mon voyage, je relativise facilement, la solitude n’est que très passagère et les coups durs sont finalement les mêmes que ceux du quotidien: ils sont la suite de nos choix et de nos attentes.»
Son meilleur souvenir? «Mon arrivée sur les bords du lac Malawi avec mon frère qui m’avait accompagné trois semaines. Nous venions de traverser les montagnes de Livingstone sur des routes mauvaises, il avait gelé la nuit d’avant. La baignade fut inoubliable. J’ai prolongé mon visa deux fois, avant d’y revenir encore pour deux mois un peu plus tard.»

www.bikeforafrica.ch

Traverser l’Europe pour les enfants

Du cap Nord à Gibraltar
Andreas Isler et Marcus Niessl (tous deux 50 ans) ont grandi dans le même village zurichois. Quarante ans plus tard, leur amitié est intacte. Régulièrement, ils se retrouvent pour un tour à vélo.
En 2012, Andreas Isler traverse les États-Unis par la route 66 en deux-roues avec deux amis et récolte 124 000 francs pour un projet caritatif. «Nous voulions réaliser un projet qui a du sens, explique Andreas Isler. Nous sommes en bonne santé, et reconnaissants envers la vie.»
Durant un tour en montagne, fin 2013, le banquier et le biker décident de remettre ça et lancent «Jede Meile zählt 2», avec un itinéraire allant de la Norvège à Gibraltar. Départ: le 1er août prochain, 160 kilomètres par jour durant deux mois. Ils seront suivis par un minibus pour la logistique. «Nous pédalons pour le plaisir, ce n’est pas une course.» Les Zurichois sont à nouveau à la recherche de sponsors. «Tous les jours, des gens s’annoncent et, heureuse surprise, ce ne sont pas les mêmes qu’il y a quatre ans.» Andreas Isler et Marcus Niessl ont démarché les entreprises, dont leurs employeurs. Sherpa Tensing, qui appartient à Coop, leur fournira aussi du matériel: de la crème solaire et des sticks pour les lèvres.
Andreas Isler s’occupe de la recherche de fonds et des contacts avec les médias, tandis que Marcus Niessl prépare les vélos. «Chaque franc reçu va directement et entièrement aux deux projets choisis: le ROKJ (l’action de Rotary auprès des enfants et des jeunes défavorisés) et Pro Juventute. Les gens peuvent choisir quelle association ils souhaitent soutenir.»

www.jedemeilezaehlt.ch

Du lourd contre le cancer pédiatrique

Tirer une locomotive et ses wagons pour attirer l’attention
Pour la troisième année consécutive, le «Strongman» Paolo Sagliocco (37 ans), 129 kg pour 178 cm et un cœur «gros comme ça» pour les enfants atteints d’un cancer tirera des véhicules lourds pour la bonne cause.
À l’aide d’une corde accrochée à un harnais placé autour de son buste, l’athlète traînera des voitures, des trains et des camions. Grâce à ses efforts, Paolo Sagliocco récolte des fonds pour Greenhope, une fondation née en 2011 dans le canton du Tessin afin de sensibiliser la communauté sportive à la lutte contre le cancer des enfants. «Je me suis fait une promesse: tant que j’en suis capable, je ferai chaque année une démonstration en leur faveur.» En 2014, l’habitant de Bedano (TI) a récolté 510 francs en tirant un van de 2,25 tonnes sur 17 mètres, en montée, avec une pente de 5%. En 2015, il a déplacé un autobus de 12 tonnes sur 21 mètres et réuni 1300 francs, plus du double de l’année précédente. On ne connaît pas encore le défi qu’il affrontera en 2016, tant le type de véhicule que le lieu restant à définir. La recette est entièrement reversée à Greenhope. Son record personnel? Le déplacement d’une locomotive et trois wagons, soit 91 tonnes.

www.greenhope.ch

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

texte:
Mélanie Haab et Giorgia Von Niederhäusern
Photo:
DR
Publication:
lundi 18.07.2016, 13:57 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?