Échauffement sur le plateau de Bretaye (1810 m) avec Caroline et Alexiane.

Un Chinois prof de ski dans les alpes

Phénomène Depuis deux saisons, Zhibo Zhang donne des cours de ski à la clientèle chinoise de Villars (VD). La Chine sur les pistes, un marché en pleine émergence. Reportage et tour d’horizon.

Alpes vaudoises, Villars. À quelque 1800 mètres d’altitude sur le plateau de Bretaye, l’École suisse de ski se démarque de ses consœurs romandes, puisqu’elle accueille pour la deuxième année un prof de ski chinois, Zhibo Zhang. Athlétique, 1 bon mètre 80, le jeune homme de 21 ans s’exprime dans un anglais rudimentaire. Il officie aussi à Villars comme accompagnateur des touristes chinois.
Sur l’initiative de Suisse Tourisme et Swiss Snowsports, huit stations de ski accueillent des moniteurs de Chine depuis la saison 2013/2014 pour dynamiser le tourisme chinois. Résultat: les réseaux sociaux, le bouche à oreille, la visibilité médiatique ont déjà porté leurs fruits. «On est en train de lancer le marché, lance Marc-Henri Duc, directeur de l’École suisse de ski de Villars. C’est le balbutiement, et le potentiel est énorme!»

Zhibo Zhang et Marc-Henri Duc, directeur de l’École suisse de ski de Villars.

Du nord-est de la Chine

«J’avais 12 ans lorsque j’ai appris à skier, lance, tout sourire, Zhibo Zhang. Ma mère adore ce sport et m’a initié!»
Le jeune skieur vient de la province de Heilongjiang (province du Fleuve du Dragon noir), au nord-est de la Chine, à la frontière russe. Il est né et a grandi à Yabuli, la première station de ski chinoise, ouverte en 1957. Où les montagnes ne grimpent qu’à 1345 mètres. Zhibo Zhang y donne ses premiers cours de ski, avant d’officier une année à Chong Li, à 160 km au nord-ouest de
Pékin. Il saisit ensuite l’opportunité de passer une saison au Japon sur l’île d’Hokkaido (où se trouve Sapporo, qui accueillit les Jeux olympiques d’hiver de 1972). De retour en Chine, il participe à la sélection de Swiss Snowsports et Suisse Tourisme au Qiaobo Ski Dome de Pékin en septembre 2013. Le sportif y empoche son ticket pour une saison en Suisse avec sept participants. Il s’envole pour Villars, tandis que ses compatriotes rejoignent Davos, Saint-Moritz, Engelberg, Grindelwald, Gstaad, Zermatt et Verbier (seule station à ne pas reconduire l’opération la saison suivante). Tout est pris en charge par les différents instigateurs (communes, écoles suisses de ski, Suisse Tourisme, marque Stöckli).

Deux hivers en Suisse

«La saison passée, Zhibo a eu régulièrement des Chinois avec deux à trois heures de leçons cinq à six fois par semaine, relève Marc-Henri Duc. Et cette année, il a déjà eu pas mal de Chinois en leçon.» Toutefois, reste le bémol de la langue anglaise, qu’il ne maîtrise pas suffisamment pour donner des cours de ski à tous les clients. «J’ai juste quelques clients qui viennent de Chine, ajoute le moniteur asiatique.
La plupart de mes élèves (90%) chinois vivent en Suisse et en Europe.» Le jeune homme a donc peu à peu endossé la casquette d’accompagnateur de touristes chinois dans la station. «J’adore ce job, c’est fantastique. Comme ils ne connaissent rien de la région, je leur fais découvrir les différents commerces. Je leur fais goûter le vin blanc d’Ollon, que j’apprécie beaucoup. Par contre, ce que je leur raconte sur la cuisine suisse ne les intéresse pas. Ils ne m’écoutent tout simplement pas. Ils sont peu friands de cuisine occidentale. Quant à la fondue au fromage, la plupart ne la trouvent pas très bonne!»

Le rêve de Zhibo? «Voir le monde!»

Quand le ski vous tient

«J’adore le carving, faire de beaux virages et de belles courbes, s’émerveille Zhibo Zhang. J’aime aussi les sauts, mais je n’en maîtrise pas beaucoup. Je fais des grabs (ndlr: saisir les skis avec les mains), des airwalks (daffys). Pour l’instant, je ne rentre pas le 360°, j’arrive seulement au 180°. Mais je veux vraiment réussir cette figure!» Pour Marc-Henri Duc, le Chinois est un bon skieur. «Il a réussi le premier tiers de sa formation de professeur de l’École suisse de ski, le brevet fédéral, chapeauté par Swiss Snowsports.» Et de partager une anecdote: «L’année passée, une dame qui gère une agence de voyage chinoise à Lausanne a pris des leçons de ski avec Zhibo. Depuis, elle nous envoie des clients chinois!»
En fait, rien d’étonnant à ce qu’on apprenne mieux à skier dans sa langue maternelle. Le soleil a transpercé le voile nuageux. Le temps d’évoquer les rêves du jeune Chinois. «Je veux voir le monde!», lance-t-il, avec la force de sa jeunesse, le regard filant vers les cieux.

Zhibo en plein action sur la piste de la Chaux Ronde.

Zhibo Zhang: ses goûts

Cinéma. «Les films d’action américains. Avec des courses de voitures comme «Fast and Furious» ou «Transformers».

Musique. «La pop coréenne (Epik High, Yiruma, Gavy NJ, Kara, Tae In, Girl’s Day), japonaise  (Bo Peep Bo Peep) et anglosaxone (Kelly Clarkson, Sarah Connor, Avicii, Rihanna, Pink, Beyoncé, Lady Gaga).» Bref, beaucoup de girls bands!

Cuisine. «J’aime tout. La cuisine occi-dentale, chinoise, japonaise, coréenne
et thaïlandaise. Le fromage? J’adore. La fondue et la raclette aussi. Mais plus de la moitié des Chinois qui viennent ici n’apprécie pas le fromage!»

Passion. «La photographie. En été, j’aime partir en mountainbike et j’emporte toujours mon appareil photo.»

La Suisse, le coup de cœur des Chinois

La Chine est le 5e plus important marché étranger pour l’hôtellerie suisse avec une part de 5,7%, soit plus d’un million de nuitées en 2014.

Progression. Avec la France et l’Italie, la Suisse est l’une des destinations européennes les plus prisées des Chinois. Entre 2007 et 2013, le volume de nuitées des touristes chinois en Suisse a progressé de 289%. Il a atteint 994 546 en 2013 et 1,14 million en 2014 (+14,9%). Près des deux tiers des nuitées (64,4%) sont générées entre juin et octobre. Suisse Tourisme table sur 2 millions de nuitées en 2022.

L’hiver en montagne. Le marché du ski en Chine représente 5 à 10 millions de skieurs. C’est dire si le potentiel de croissance des touristes chinois skieurs est gigantesque. En hiver, les nuitées en région de montagne sont passée de 78 900 en 2011/2012 à 135   300 en 2013/2014, soit une progression de plus de 71%. Suisse Tourisme estime que ce chiffre devrait tripler et atteindre les 400 000 nuitées en 2022. Les stations qui tirent leur épingle du jeu devraient donc en être les grandes bénéficiaires. Soit: Villars, Engelberg, Saint-Moritz, Davos, Gstaad, Grindelwald et Zermatt.

Destinations-phares. En 2014, les régions de Lucerne (338 230 nuitées) et de l’Oberland bernois (257 735) ont attiré le plus de touristes chinois et affichent la plus forte progression par rapport à 2014 (+25%). Suivent les régions de Zurich (198  684), Genève (87 865) et celle du Léman (73 518).

Source: Office fédéral de la statistique

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Alain Wey

Rédacteur

Photo:
Charly Rappo/arkive.ch
Publication:
lundi 02.03.2015, 13:40 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?