«Combien ça fait?» – «Vingt francs.» Les enfants aiment jouer aux marchands.

Un amusant négoce de môme

Une exposition au Musée suisse des enfants, à Baden (AG), montre que le commerce est très présent dans la vie des petits. Le point avec Daniel Kaysel, conservateur du lieu.

Trois fillettes jouent à la marchande au Musée suisse des enfants de Baden, en Argovie. «Voici 2 kg de légumes, 20 fr., s’il vous plaît!» – «Voilà!» – «Merci!»
La vieille épicerie du musée a tout d’une vraie. «Elle remporte un grand succès auprès des plus jeunes», indique Daniel Kaysel, conservateur du musée. Il affirme que les enfants s’y amusent plus qu’avec les scanners modernes ou les ordinateurs avec des quiz sur les jouets. «Depuis toujours, ce sont les jeux de rôle qui amusent le plus les enfants. Ils peuvent se projeter dans le monde des adultes et les imiter.» Le fait qu’ils ne paient pas «pour de vrai» est sans importance.
L’exposition temporaire L’évolution du commerce retrace l’évolution du commerce à travers six mises en scène, du troc à la vente à l’étal, aux crieurs et à l’épicerie du coin pour en arriver aujourd’hui au magasin moderne, au supermarché et au commerce en ligne. Il n’y a pas un aspect de la vie économique qui ne trouve sa réplique dans les jouets pour enfants. Ceci montre bien que quelle que soit l’époque, le commerce a toujours fait partie du quotidien des petits. «Les jouets pour enfants représentent toujours avec fidélité le monde des adultes», explique Daniel Kaysel.
Le «jeu du magasin» a évolué au fil des années, trouvant un écho chez les filles comme chez les garçons.
Selon le conservateur du musée, «les enfants apprennent beaucoup grâce à ce jeu, notamment le rapport à l’argent. Ils se font une idée des prix, se familiarisent avec l’emballage et l’origine des marchandises, ils apprennent également à négocier, peser, compter et encaisser.»

Daniel Kaysel dirige le Musée des enfants de Baden.

Si l’apprentissage du calcul à l’école s’avère laborieux pour de nombreux enfants, il se fait presque naturellement dans le cadre du jeu. «En fait, jouer à la marchande est également une façon ludique de s’entraîner au calcul», analyse le conservateur du musée argovien. Il constate que le troc est très présent dans le quotidien des plus jeunes: «A la récréation, les écoliers échangent leurs jouets, leur goûter, ou leurs images Panini.»
Chez les adultes, du reste, le troc fonctionne toujours, comme en témoignent quelques exemples frappants de l’exposition. Le Canadien Kyle MacDonald a par exemple réussi à atteindre l’objectif qu’il s’était fixé en 2006: échanger toutes sortes d’objets avec des internautes jusqu’à pouvoir avoir une maison. Il avait commencé par un simple trombone…
Le Musée des enfants a ouvert ses portes en 1985 à Baden. Les fondateurs, Sonja et Roger Kaysel, ont rassemblé tout au long de leur vie des objets ayant trait à l’enfance.
Au fil des décennies, ils se sont constitué une collection exceptionnelle retraçant 300 ans de culture de l’enfance et regroupant des objets du quotidien, des jouets au matériel pédagogique de la crèche et de l’école, sans oublier les livres jeunesse.
L’exposition permanente présente environ un quart de la collection. «Le reste est stocké aux archives en attendant d’être déballé et présenté lors d’une exposition temporaire», conclut Daniel Kaysel.
A quelques pas de la vieille ville de Baden, ce musée vivant est un lieu de découverte, d’expérience et de jeu qui fascine petits et grands.


L’exposition «L’évolution du commerce» est ouverte jusqu’en décembre 2014 au Musée suisse des enfants de Baden (AG), entre Bâle et Zurich. Ce musée est ouvert du mardi au samedi de 14 h à 17 h et le dimanche de 10 h à 17 h. Plus d’informations sur Internet (site en allemand):
www.kindermuseum.ch

Renseignements en français  concernant le musée sur place, dans le guide rédigé pour les visiteurs.

Jeu de la marchande

Comment recevoir un minimagasin

Les enfants aiment les jeux de rôle, surtout quand ils peuvent se mettre dans la peau des «grands»! A partir de la fin de la semaine prochaine, on trouvera chez Coop un «jeu du magasin» moderne, avec un panier de courses et des marchandises semblables à celles qui atterrissent «en vrai» dans les paniers. Les enfants vont s’amuser avec ces articles miniatures. Il y en a vingt en circulation. Pour que les petits puissent vraiment jouer aux marchands, il leur faut un magasin. On peut en acheter un, ainsi que des petits paniers et des articles miniatures, dans 148 grands points de vente Coop (minimagasin pour 24 fr. 90, minipanier de courses pour 16 fr. 90).
Si l’on est membre du club Hello Family de Coop, on bénéficie d’une offre spéciale. On peut avoir un bon gratuit pour un minipanier de courses avec 20 articles miniatures et prendre part à un tirage au sort avec 1000 minimagasins en jeu.

Comment participer?

  • Sur Internet: www.hellofamily.ch/panierdecourses et s’enregistrer pour cette promotion.
  • Acheter trois fois en août des courses pour au moins 50 fr. et présenter sa carte Hello Family.
  • Avec le bon qu’on recevra début septembre pour obtenir gratuitement un minipanier de courses avec vingt articles miniatures.


Tous les membres Hello Family peuvent participer au tirage au sort pour gagner des minimagasins. Ils doivent s’annoncer séparément.

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Thomas Compagno

Rédacteur

_

Publication:
lundi 29.07.2013, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?