L’utilisation de filtres à eau permet d’éviter de brûler ce qui reste de forêt en Tanzanie.

Un filtre remplace le bois

Tanzanie Coop investit dans un projet de filtres à eau qui lui permet en outre de compenser ses émissions de CO2. Les paysans de Tanzanie peuvent ainsi avoir accès à l’eau potable sans avoir à brûler leurs dernières forêts.

Depuis 2008, Coop compense le CO2 émis durant le transport aérien de ses marchandises, les
livraisons à domicile de Coop@home et les voyages d’affaires. «Compenser» veut dire que l’entreprise s’emploie à réduire les émissions de CO2 ailleurs. Pour ce faire, Coop et le WWF ont lancé un nouveau projet de filtres à eau au nord-ouest de la Tanzanie, dans les districts de Karagwe et de Kyerwa. Ce procédé vise à remplacer l’utilisation de bois par la population. En effet, celle-ci doit faire bouillir l’eau pour la rendre potable. De ce fait, elle aura bientôt brûlé ses derniers arbres. Ces filtres sont vendus à un prix peu élevé par Coop et le WWF. Récemment, Bella Roscher (48 ans), responsable de projets pour le climat et l’énergie au WWF Suisse, s’est rendue en Tanzanie et a pu observer dans quelle mesure et de quelle manière les filtres sont utilisés. Entretien.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Pourquoi les Tanzaniens ont-ils besoin de filtres à eau?
En Tanzanie, l’accès à l’eau potable est limité. La population s’en procure en partie en captant les eaux souterraines ou l’eau de source. Mais même lorsque l’eau semble propre à première vue, elle n’est en fait pas consommable. Il faut d’abord la faire bouillir ou la désinfecter, par exemple avec des pastilles de chlore.

Les filtres constituent donc une bonne alternative?
Oui, et même très bonne. C’est un système simple et assez peu coûteux. L’eau traverse un filtre en céramique, où elle est débarrassée des bactéries et autres impuretés. Ainsi purifiée, l’eau devient potable sans devoir être bouillie, ce qui réduit beaucoup la consommation de bois de chaque famille. Un seul filtre diminue les émissions de CO2 de deux tonnes environ. À titre de comparaison, cela correspond à la quantité produite lors d’un vol aller-retour entre Zurich et Nairobi.

Combien coûtent ces filtres?
Pour le moment, leur prix équivaut à 14 fr. 50, soit moitié moins que ce que l’on trouve sur le marché. Coop finance l’autre moitié dans le cadre du projet. Mais ce n’est pas tout: elle finance aussi l’organisation des ventes et apporte un précieux soutien à la mise en œuvre de formations, de campagnes d’hygiène et d’une procédure de certification.

Est-ce difficile de convaincre les gens d’utiliser ces filtres?
Non. La Tanzanie dispose d’un bon système éducatif; sa population est informée. Les Tanzaniens savent que de nombreuses maladies digestives se transmettent par l’eau impure. S’ils en boivent malgré tout, c’est parce qu’ils n’ont pas le temps ou les moyens de se procurer du bois. Mais les campagnes d’information commencent à porter leurs fruits.

Comment les gens utilisent-ils l’eau ainsi purifiée?
Uniquement pour boire. Un filtre en purifie quatre à cinq litres par heure. En quatre heures, il fournit les besoins journaliers d’une famille.

Filtre À eau: réduction de Co2

Infographie Niki von Almen

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/322
Toutes les paroles aux actes
Thomas Compagno

Rédacteur

Photo:
Felix Seuffert / WWF
Publication:
lundi 03.10.2016, 14:00 heure

Retrouvez toutes nos recettes