Plus d’un bon restaurant a le burger à sa carte. Une bonne occasion d’accompagner ce plat d’un verre de vin.

Un kebab avec un verre de vin

Association Et pourquoi vin et fast-food ne feraient pas bon ménage? Offrez-vous un verre de bon vin pour accompagner votre hamburger, mais aussi votre kebab, fajita, etc.! Nos suggestions.

Un coca ou une bière avec un hotdog? Parfait. Pourquoi donc le vin ne conviendrait-il pas à ce type de nourriture? Il y a longtemps que le fast-food a redoré son blason. Aujourd’hui, les hamburgers sont aussi des mets pour gourmets. Certains passent même leur journée derrière les fourneaux pour offrir à leurs invités une soirée tex-mex (qui désigne une cuisine influencée par les spécialités texane et mexicaine et dont les plats typiques sont les fajitas, le chili con carne, les nachos, etc.). Il est donc temps d’aborder sans complexe la question de l’accord de ce genre de cuisine avec les vins.
Dans toute sa diversité, le fast-food (hamburgers, mais aussi kebabs, fajitas, sandwichs, entre autres) séduit les habitués, mais aussi des curieux, des gourmands, des enfants ou des «fraîchement convertis».
Les particularités de cette cuisine résident dans une composante légèrement sucrée et des arômes intenses. Les mets sont en général tendres sous la dent et servis avec des sauces onctueuses et épicées. C’est ici qu’il convient d’y réfléchir à deux fois avant de servir le vin qui les accompagnera... Notre conseil: les vins de garde plutôt nobles, forts en tanins et en notes minérales, ne sont peut-être pas le choix le plus judicieux. En revanche, les vins fruités, pas trop secs et affichant un taux d’acidité modéré, comme ceux d’outre-Atlantique, se marient à la perfection à la cuisine fast-food, qui souvent d’ailleurs n’est pas si «rapide» que son nom l’indique (fast).

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Hamburger ou tex-mex?

Un bon hamburger, composé de viande de bœuf de qualité glissée entre les deux moitiés d’un petit pain tendre au goût légèrement sucré, servi avec un accompagnement et relevé d’une sauce épicée sera encore meilleur avec un cabernet sauvignon de Californie ou d’Australie. Surprenant? Tentant. Pour accompagner un burger au poulet, préférez un gewurztraminer léger. Avec un burger au poisson, optez pour un pinot blanc pétillant ou un bourgogne blanc.
Vous êtes plutôt un adepte de tex-mex et raffolez de fajitas, burritos, tacos, tortillas et enchiladas? Jouez la carte de l’opulence. Les plats traditionnels à base de haricots, de bœuf et de guacamole, souvent agrémentés d’épices comme le piment jalapeño ou le chili et relevés d’une pointe de coriandre, appellent des vins charpentés et généreux. Un malbec argentin sera bienvenu.

Les rosés aiment l’été

Des vins corsés donc, qui collent bien à l’image que l’on se fait ici des habitants d’Amérique latine. Vus de nos contrées en effet, les Mexicains et les Argentins sont fougueux. Gardez toutefois cette opinion pour vous en présence de personnes originaires de ces pays; vous n’aimeriez pas non plus qu’on vous dise que les Suisses et les Suédois se ressemblent… Mais en matière de vin, inutile de faire ces différences: le plaisir est sans frontières! Les spécialités sud-orientales dégustées sur le pouce telles que kebab, pide, lahmacun et compagnie sont aussi très appréciées en Suisse.
Que vous les mangiez debout ou confortablement attablé, n’oubliez pas que ces mets viennent de pays où l’on boit du vin, du moins où l’on en buvait à une certaine époque. N’hésitez donc pas, avec votre lahmacun, à commander un vin pas trop corpulent mais bien aromatique, une syrah, un primitivo ou un chianti. En été, un rosé fruité et bien frais sera un excellent choix. Les rosés s’entendent à merveille avec ces plats car ils réunissent des composantes de saveurs très différentes tout en les complétant. Autrement dit: à l’heure où la cuisine fast-food ne se consomme plus debout dans la rue mais avec couteau et fourchette au resto, il n’y a pas de raison de se refuser un bon verre de vin avec ce type de mets.

L’ami des tapas

L’experte

Le monastrell est un cépage espagnol que l’on rencontre aussi sous le nom de mourvèdre. Il est ici associé à de la syrah et du tintorera, un enfant du grenache. Situées à une altitude d’environ 750 m, les parcelles bénéficient ainsi de nuits fraîches, ce qui permet aux raisins de ne pas mûrir trop prestement. Cet assemblage est élevé dans des barriques de chêne français, puis conditionné dans de belles bouteilles modernes. Sa robe est d’un rouge soutenu et lumineux, son bouquet délivre des odeurs de petits fruits confits et sa bouche illustre le tout, en rondeur avec une finale chaleureuse. Ce vin affiche un caractère méditerranéen par son teint coloré, corsé, tout en simplicité.
À servir légèrement rafraîchi en apéritif avec des tapas espagnols, jambon ibérique, olives et tortillas.

Yecla DO Campo Arriba, 2013

Prix: 9 fr. 95/75 cl
Origine: Espagne/Murcie
Cépages: monastrell, syrah, tintorera
Maturité: 2016-2018
Disponible: dans les grands points de vente ou sur:
www.coopathome.ch

.

Stefan Fehlmann

Rédacteur

Photo:
Alamy, Beatrice Thommen-Stöckli, SP
Publication:
lundi 25.04.2016, 13:25 heure

Retrouvez toutes nos recettes