Au Marché de Martigny, les clients apprécient le self-service et la fraîcheur des plats et des boissons.

Un matin au Marché

Restoroute À Martigny, le restaurant Marché du Relais Saint-Bernard accueille les visiteurs depuis 1992. L’endroit, apprécié par les touristes de passage, compte aussi une fidèle clientèle de la région.

Dimanche matin, peu après 9 h. Le soleil réchauffe la région de Martigny et le parking du Relais Saint-Bernard témoigne déjà d’une belle activité. Les voitures sont nombreuses et deux autocars occupent les places réservées aux gros véhicules.
À l’intérieur du restaurant Marché, la clientèle est à cette heure surtout composée de touristes et de gens de passage. Les visiteurs qui arrivent en Valais après de longues heures de route croisent ceux qui repartent tout bronzés. Mais tous savourent le petit-déjeuner qu’ils ont choisi parmi le vaste assortiment. Pain, tresse, croissants et douceurs pour les uns, fromage et charcuterie pour les autres. L’essentiel étant pour chacun de trouver son bonheur. Côté boissons, le café et le thé ont bien sûr la cote, tout comme les jus de fruits frais.

Les jus de fruits sont pressés tout au long de la journée.

Bientôt 10 h À l’entrée du restaurant, une jeune femme presse des agrumes, avant d’enfoncer les verres dans de la glace pilée: «Orange blonde, orange sanguine, pamplemousse et pomme/kiwi: quatre sortes de jus sont à disposition.» Avant de préciser que les fruits qu’on peut voir dans les restaurants Marché ne sont pas là pour le décor. Tous seront pressés dans la journée. Branle-bas de combat soudain: deux autocars supplémentaires viennent de s’arrêter.
Le restaurant est pris d’assaut et une file d’attente fait face au distributeur de café. Helmut Haingartner, responsable de l’établissement, est habitué: «Nous accueillons plus de 3000 autocars chaque année. Certains chauffeurs nous donnent un coup de fil pour annoncer leur arrivée. D’autres nous font la surprise…»

10 h 30 La plupart des clients ont repris leur route. Les employés profitent de ce répit momentané pour débarrasser les plats du petit-déjeuner. Place au repas de midi. On s’affaire autour du buffet de salades. Près d’une vingtaine de variétés seront proposées aujourd’hui. Une employée installe des bacs de glace pilée sur lesquels seront posés les saladiers.
Plus loin, alors que les viandes sont prêtes à rejoindre le gril, on prépare les légumes chauds et les divers accompagnements. À voir les quantités préparées, les röstis semblent avoir la cote. Comme le précise le patron, le Marché mérite son nom: «Ici, on sert vraiment la cuisine du marché. On n’a pas de tomates en hiver, mais en été. Idem pour les fraises, les framboises et les abricots. On fait juste une petite entorse pour Pâques. On dispose de fraises pendant une très courte période, car la demande est énorme de la part de nos clients. Une fois cette exception passée, on utilise uniquement les fruits de la région. Les fraises et les abricots que l’on sert sont cultivés juste à côté.»

Au milieu des tables, une fontaine distribue gratuitement de l’eau du réseau.

Au milieu des tables, une fontaine distribue gratuitement de l’eau du réseau.
Au milieu des tables, une fontaine distribue gratuitement de l’eau du réseau.

Bientôt midi Les premiers clients arrivent pour le repas. Un jeune couple veut profiter du soleil et s’installe sur la terrasse, à l’abri du vent. Les 250 places en terrasse, qui s’ajoutent aux 240 places intérieures, sont très appréciées. «Une fois installé, on oublie vite qu’on est près d’une autoroute. Durant les beaux jours, les véliplanchistes et les baigneurs sont nombreux à être attirés par le plan d’eau…», commente le patron.
Les randonneurs et autres promeneurs apprécient également l’endroit qu’ils atteignent en passant sur le grand pont de bois. «Nous sommes ouverts 365 jours par an et nous accueillons environ un million et demi de visiteurs par année. Si les touristes représentent la grande majorité de la clientèle, le patron relève toutefois que les gens de la région représentent les 20%. «Nous accueillons des Américains, des Asiatiques et de nombreux Anglais qui se rendent à Verbier. Il ne faut pas oublier que la première chose que les visiteurs voient en arrivant en Valais, c’est nous. Et la dernière, c’est aussi nous…»

Le chef veille à tout

Bureau, gestion d’une cinquantaine de personnes, cuisine, machine à café, jus, sandwiches, traductions: Helmut Haingartner a l’œil sur tout: «Je suis là pour résoudre tous les défis qui se présentent.» À la tête du restaurant Marché de Martigny depuis 2003, il a passé sa jeunesse en Autriche où il a fait un apprentissage de cuisinier. «Après ma formation, je me suis engagé plusieurs saisons dans des stations autrichiennes, avant de me décider à partir faire une petite saison pour savoir ce qu’était la Suisse. Je suis arrivé à Loèche-les-Bains où j’ai rencontré ma femme. Ma petite saison dure donc depuis 27 ans…»

Les restaurants Marché Suisse SA appartiennent à Coop depuis 2014. La chaîne Marché compte dans toute la Suisse 12 restaurants, 3 bistros et 6 boulangeries nature.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Anne-Marie Cuttat

Rédactrice

Photo:
Sedrik Nemeth
Publication:
lundi 16.03.2015, 15:40 heure

Concours photo:

Bon appétit!

Les gagnants sont connus!

Les votes sont terminés. Félicitations aux gagnants du concours «Bon appétit»!

Vers le concours



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?