Une vendangeuse dans le vignoble californien. La machine travaille trente fois plus qu’un homme.

Un monstre dans les vignes

Vendanges Les machines à vendanger récoltent les grappes à la vitesse de l’éclair et de façon entièrement automatique. Remplaceront-elles bientôt les ouvriers dans la vigne? Pas si sûr!

Un curieux spectacle s’offre parfois aux yeux des promeneurs flânant dans les vignobles de Suisse, une fois les vendanges terminées. Bien que les vignes ne portent plus de grappes, certaines ont gardé leurs rafles. Il s’agit d’une tige formée de brins auxquels sont normalement accrochés les grains de raisin, pour ainsi dire le squelette des grappes. Ces dernières pendillent désormais, dépouillées, aux ceps des vignes. L’œuvre des oiseaux? Le passage d’un cyclone? Non, la réponse est simple: dans ces vignes, on a eu recours à une machine pour la vendange.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Tracteur high-tech

Les machines à vendanger, aussi appelées vendangeuses dans le jargon, existent depuis plus de quarante ans. Elles sont utilisées partout dans le monde, du Bordelais à la Californie. La machine à vendanger ressemble à un tracteur surdimensionné qui ne circule pas entre les rangs des vignes mais au-dessus, les roues à droite et à gauche du rang. La mécanique se cache à l’intérieur: des baguettes en plastique y sont fixées et secouent les ceps (jusqu’à 600 coups par minute). Les vibrations font tomber les fruits, qui sont recueillis tandis qu’un ventilateur enlève les feuilles et autres parties végétales. La cave réceptionne ainsi des baies séparées au lieu des grappes entières livrées lors de vendanges manuelles.

Seul l’homme peut trier

En voilà une invention géniale. Mais la machine vendange-t-elle aussi bien qu’un homme? «Les années comme 2015, où nous avons eu droit à une récolte magnifique et parfaitement saine après un été exceptionnel, nous ne voyons pratiquement aucune différence de qualité», explique Guillaume Potterat, ingénieur œnologue à l’État de Genève. L’affaire se corse lors des années de mauvais temps: «Contrairement à une vendangeuse, un ouvrier de la vigne peut mettre de côté les baies mal mûres ou pourries.» En revanche, la machine travaille trente fois plus vite qu’un homme et peut récolter d’importantes quantités en un temps record, entre deux averses par exemple. Toujours selon Guillaume Potterat, «il est essentiel que les fruits récoltés automatiquement soient traités dès leur arrivée en cave, car le jus s’écoule des baies dès qu’on les a retirées de la rafle et commence à fermenter». Les Genevois sont familiers avec ce type de vendanges. Cela tient à leurs vignobles qui, contrairement aux coteaux valaisans, sont plutôt plats et étendus. «Nos vignerons récoltent plus de la moitié de leur vendange de façon automatique.»

Oiseaux de nuit

Changement de décor. William Drayton est responsable du vignoble chez Beringer, producteur traditionnel en Californie. La sécheresse régnant ici depuis des années, il ne se fait pas trop de souci quant à la pluie. «Nous apprécions les services de la machine à vendanger surtout lorsqu’il fait chaud.» Pourquoi donc? «Durant la journée, il peut faire jusqu’à 40 degrés dans nos vignes. Afin que les grappes arrivent fraîches et fermes à la cave, nous vendangeons pendant la nuit. La machine nous permet de travailler de façon plus rapide, plus sûre et plus rigoureuse.» La somme à six chiffres investie pour un tel appareil high-tech est donc justifiée. Une question s’impose alors: l’homme sert-il encore à quelque chose? William Drayton et Guillaume Potterat sont unanimes: «Il existera toujours des parcelles uniquement accessibles à l’homme. Et pour leurs meilleurs crus, tous les vignerons se servent volontiers de leur sécateur.»

Sécateur ou machine

Le terrain décide

On associe souvent les vendanges mécaniques avec des vins de qualité inférieure. A contrario, sur la contre-étiquette de nombreuses bouteilles, il est spécifiquement fait mention de vendanges manuelles pour attester de la qualité du vin. Ce genre d’idée reçue n’a cependant pas pu être confirmé par aucune dégustation sérieuse. Si certains facteurs comme le climat, la technique de taille, la conduite du vignoble tout au long de l’année et l’élaboration en cave influent de manière décisive sur la qualité d’un vin, la méthode de récolte en revanche ne joue qu’un rôle infime. Il existe un critère beaucoup plus déterminant pour la qualité du vin: c’est la date des vendanges. Dans les grands vignobles, les récoltes sont réalisées avec des machines, permettant de traiter de grandes surfaces en peu de temps. Ainsi, une récolte faite à la main ne donne pas forcément un grand vin. Jan Schwarzenbach, œnologue

Fines bulles

L’experte

Marie Linder, spécialiste en vin

Marie Linder, spécialiste en vin
Marie Linder, spécialiste en vin

Après cinq ans en cave, ce champagne est à maturité, tout en gardant finesse et fraîcheur. C’est une cuvée brut, issue des cépages chardonnay, pinot noir et pinot meunier. Son bouquet aux senteurs de fruits des vergers et sa bouche aérienne soutenue par de fines bulles seront parfaits en accompagnement de plats délicats, un carpaccio d’espadon relevé d’une huile d’olive de qualité, des noix de Saint-Jacques parfumées à la vanille ou encore un apéritif garni, agrémenté de petits toasts au caviar. Le centre vinicole Nicolas Feuillatte est la plus importante union de coopératives de la Champagne. Elle regroupe de nombreux fournisseurs et jouit d’un approvisionnement en récoltes exceptionnelles, cueillies sur 2250 hectares de vignes, implantées sur des terroirs aux caractéristiques bien différentes.

Champagne Nicolas Feuillatte, brut

Prix: 29 fr. 95/75 cl
Origine: France/Champagne
Cépages: pinot noir, pinot meunier, chardonnay
Maturité: 3 ans après achat
Disponible: dans les grands magasins Coop

.

www.mondovino.ch

Texte: Britta Wiegelmann

Photos: Getty Images, SP

Publication:
lundi 09.11.2015, 13:05 heure

Concours photo:

Bon appétit!

Les gagnants sont connus!

Les votes sont terminés. Félicitations aux gagnants du concours «Bon appétit»!

Vers le concours

Retrouvez toutes nos recettes