Le patron de Hag, Heinz Urech, contemple ce modèle fidèle à la locomotive originale des CFF jusque dans les moindres détails.

Un petit bijou 
sur les rails

Une locomotive des CFF est l’ambassadrice, depuis le mois dernier, des produits «Ma région» de Coop à travers toute la Suisse. Le fabricant de modèles réduits Hag a mis cette locomotive sur les rails, à l’échelle H0.

Les adeptes de modélisme ferroviaire connaissent bien Stansstad (NW). En effet, c’est dans cette localité qui borde le lac des Quatre-Cantons que se trouve l’entreprise Hag Modellbahnen GmbH. Depuis 1944, on y fabrique des modèles réduits de wagons et de locomotives.
Crise oblige, il y a deux ans, Hag a transféré le siège de l’entreprise de Saint-Gall à Stansstad, en Suisse centrale, pour que Polytrona, entreprise spécialisée dans l’électronique et sise dans cette localité, puisse la prendre sous son aile.

Mission difficile pour Jessica Beerli en tenue antistatique: la pureté est le mot d’ordre dans la cabine de vernissage.  

Cette reprise a été une aubaine. Fournisseuse de longue date, Polytrona connaît en effet parfaitement les besoins de Hag.
Le déménagement n’a pas été une mince affaire, on l’imagine bien. Il a fallu tout transporter, des installations de production aux pièces de rechange, soit un volume total équivalant à 14 camions de déménagement…
A présent, la production tourne de nouveau à plein régime. La réputation de Hag en termes de qualité et de précision a largement dépassé nos frontières. Développé il y a plus de vingt-cinq ans et toujours d’actualité, le moteur de type 88 est par exemple devenu une légende.

Une fabrication complexe: 
de nombreuses étapes sont nécessaires pour passer 
de l’ébauche 
au modèle réduit fini.

Parmi les nouveautés, la locomotive des CFF arborant le label «Ma région» de Coop suscite toutes les convoitises.
Pour mettre sur rails ce modèle spécial à l’échelle H0, il a fallu déployer de l’expérience et le souci du détail. Ça commence avec le moulage en fonte injectée d’une locomotive Re 460, un standard des CFF, assorti d’une ébauche du design de Coop sur papier. La vernisseuse Jessica Beerli (20 ans) applique plusieurs couches de peinture sur le modèle pour reproduire le style du label «Ma région». S’ensuit la pose du logo de Coop. Le patron de Hag, Heinz Urech (55 ans), est fier de voir sa jeune collaboratrice partager son enthousiasme pour le modélisme ferroviaire.

Chaque détail compte: loisir et travail ne font plus qu’un pour Eduardo Alvarez.

L’étape de la peinture n’est pas la seule où chaque détail compte. La plaque doit aussi arborer le même numéro que la locomotive originale des CFF.
Sur le plan technique, ce modèle réduit est un pur bijou: des tampons à ressort à la commande numérique en passant par les feux de circulation activables, mais aussi l’éclairage de la cabine de conduite.
Malgré son poids plume d’environ 600 g, cette mini-loco démarre aussi doucement que le modèle original de 84 tonnes. La perfection a un prix: le modèle réduit «Ma région» coûte 700 fr. Il faut rajouter 50 fr. pour acquérir les animations sonores. «La passion du modélisme s’exprime de différentes manières. Il y a les amateurs de technique et ceux qui accordent plus d’importance au rendu visuel pour faire rouler leurs trains au milieu de magnifiques décors reproduits avec soin. On trouve aussi des collectionneurs qui sont contents à la seule vue de ces petits bijoux miniatures parfaitement fidèles à l’original», commente Heinz Urech. Il connaît personnellement beaucoup de clients, même les inconditionnels des produits de l’entreprise depuis sa création il y a septante ans.
Aujourd’hui, les modèles réduits de Hag sont disponibles dans le monde entier. Outre les quelque 80 revendeurs spécialisés en Suisse, l’entreprise compte 145 partenaires à New York, Miami et San Francisco, mais aussi à Singapour et Tokyo.

La qualité et 
la précision sont aussi 
de rigueur à l’intérieur, 
sur la partie mécanique et électronique.

Pour garantir à terme le fonctionnement de ses modèles exceptionnels, le fabricant a son propre stock de pièces de rechange, 1900 au total, des roues aux antennes de toit. L’entreprise assure également le service, du nettoyage à l’installation de systèmes numériques modernes sur d’anciens modèles, en passant par le camouflage soigné des traces d’usure.
Par ailleurs, en sa qualité d’entreprise d’apprentissage accueillant des employés de commerce et des polymécaniciens, Hag veille à ce que la passion du modélisme ferroviaire soit transmise aux générations futures.

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Martin Winkel

.

Photo:
Heiner H. Schmitt
Publication:
lundi 31.03.2014, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?