1 von 9


Le Bildmuseet, musée de l’image, abrite des œuvres étonnantes.








Un week-end à Umeå

Capitale européenne de la culture 2014, la ville du 
nord de la Suède a concocté un programme faisant 
la part belle aux arts vivants tout au long de l’année. 

Å? Bienvenue en Suède. Le «å» se lit «o», Umeå se prononce donc «iouméo». La ville se situe au bord de la mer Baltique, à son endroit le plus étroit, 300 km au-dessous du cercle polaire. Si elle ne connaît pas le soleil de minuit, en été, les nuits sont néanmoins très courtes. Vers 19 h, ce 21 juin, l’astre entame une longue descente qui ne s’achèvera que sur le coup de 23 h. Le ciel ne s’assombrit pas totalement pour autant. Le lever de soleil a, lui, lieu à 2 h 21 et se colore de rose. Devant les établissements de nuit, le ballet des taxis débute à peine. Les Scandinaves fêtent comme il se doit ce jour le plus long: des concerts ont lieu partout et la journée est chômée. Dans les restaurants, on sert un menu spécial de la mi-été: du hareng en entrée, et du filet de renne accompagné de purée en plat principal.

L’entrée de l’hôtel de ville, côté fleuve.

La ville a été fondée en 1622. Il s’agissait, pour le roi, de rassembler la population en un seul lieu, afin de faciliter la récolte d’impôts. En 1888, un incendie ravage les trois quarts de la cité. Reconstruite en damier, ses rues élargies accueillent quelque 3000 bouleaux afin d’éviter la propagation du feu, d’où son surnom de «ville des bouleaux». Un imposant hôtel de ville est bâti, orienté vers le port d’où débarquent les visiteurs. 

Ci-contre, le centre culturel, qui sera inauguré en novembre.

Lorsque le train arrive à Umeå, en 1896, le bâtiment principal de la ville tourne le dos à la gare. «Il était inenvisageable d’accueillir ainsi le roi, qui viendrait en train! Alors les architectes ont créé une deuxième entrée officielle côté nord», raconte Christina Andersson, la guide. 

A droite, 
les «Troncs flottants», une expo éphémère.

Plus tard, en 1951, la ville obtient le droit de recevoir le dépôt légal de chaque livre publié en Suède. Sa bibliothèque grandit à toute vitesse et bientôt, une université est fondée, qui accueille aujourd’hui près de 30 000 étudiants.
La population double en quarante ans pour atteindre 114 000 habitants. La moyenne d’âge est de 37 ans (grâce aux étudiants et à la politique familiale suédoise). «Jusqu’à il y a quelques années, il ne se passait rien en été, car les étudiants partaient. Depuis, des restaurants ont ouvert des terrasses, et on peut profiter des longues soirées», explique Christina Andersson.

Des manifestations culturelles ont été lancées, ce qui vaut aujourd’hui à Umeå le titre de capitale européenne de la culture 2014, avec Riga. Des théâtres en plein air, des concerts, du tango, des œuvres éphémères… se tiennent tout au long de l’année. Un centre culturel sera inauguré en novembre, et accueillera une statue de Stieg Larsson, qui a grandi ici. Durant l’hiver, malgré les journées très courtes, la vie suit son cours. «Les vélos circulent toute l’année, avec des pneus neige quand nécessaire. Mais cela n’empêche pas les chutes!» sourit la guide.

Bons plans:  à voir, faire et goûter

Le musée Västerbotten 

A dix minutes à pied du centre-ville, le musée Västerbotten (du nom de la région) reconstitue l’habitat traditionnel local. Conçu comme notre Ballenberg, le parc permet aux visiteurs de pénétrer dans des maisons où le temps s’est arrêté. Ici on prépare le pain à la main, là on sculpte un couteau à beurre. Plus loin, un homme fauche l’herbe à la faux.

A l’intérieur du bâtiment principal, l’histoire de la région est retracée. Les murs accueillent aussi le musée du ski: la plus vieille paire exposée a 3000 ans. La championne Anja Pärson, fraîchement retraitée, vit à Umeå.

Västerbottens Museum, parc Gammlia. Le parc est ouvert 24 h/24 h, le musée de 10 h à 17 h, entrée gratuite.

www.vbm.se

Un hôtel comme autrefois

L’hôtel Stora Hotelett, sur la grand-rue, a rouvert ses portes il y a trois mois, après de grands travaux de rénovation. Il a retrouvé le style qui était le sien lors de son ouverture, en 1892. Il accueillait, d’un côté du bâtiment, la bonne société en villégiature, et de l’autre côté les marins, ce qui lui conférait une ambiance très spéciale. Le premier propriétaire, Gotthard Zetterberg, a donné son nom au restaurant de l’établissement. On y sert des spécialités de la région, dont le fameux médaillon de renne, dans un cadre de lustres et de velours.

www.storahotelletumea.se

Le musée de la guitare

C’est l’histoire de deux frères jumeaux qui aimaient les guitares et se sont mis à les collectionner dans les années 1970. Michael et Samuel Åhndén ont mis tout leur argent de poche dans leur passion, ils ont même incité leurs parents à hypothéquer leur maison en garantie. Plus tard, ils ont parfois préféré céder leur voiture pour s’offrir la perle rare, plutôt que de revendre un instrument. A la demande de la ville, ils ont ouvert, en février, un musée qui présente des modèles des années 1950 et 1960. Attention, si vous leur demandez des précisions sur une guitare, vous en aurez pour des heures!

Guitars – The Museum, Vasagatan 18-20, visite guidée tous les jours à 12 h. Entrée 125 kr. Dans le restaurant–bar du rez-de-chaussée, la musique de Johnny Cash tourne en boucle.

www.guitarsthemuseum.com

Infos pratiques

Y aller: vols au départ de Genève et Zurich, via Stockholm. L’aéroport d’Umeå se situe à 4 km de la ville, des taxis et un bus permettent de rejoindre le centre.

Sur place: tout est accessible à pied. L’office de tourisme, situé au centre-ville, donne tous les renseignements pratiques.

A goûter: le renne, l’élan, le fromage Västerbotten, la bière Norrlands et les pâtisseries suédoises.

A télécharger: Umea2014, l’app officielle de la ville, disponible en anglais pour iOS et Android.

A savoir: Umeå sert de porte d’entrée de la Laponie suédoise, qui peut se visiter avec une voiture de location.

Mélanie Haab

Rédactrice

Photo:
Mélanie Haab / Office du tourisme d'Umea / Guitars - the museum
Publication:
lundi 14.07.2014, 08:40 heure