Les livres des saisons de Rotraut Susanne Berner, ce sont des heures de jeu assurées. Ici, Cristina avec son fils Emile et son filleul Nicolas.

Histoire intemporelle sans paroles

Les livres des saisons de Rotraut Susanne Berner connaissent le succès depuis dix ans. Vendu à plus de 100 000 exemplaires dans le monde, chaque album de la série séduit parents et enfants.

Les livres des saisons de l’illustratrice allemande ne contien-nent aucun texte. Ils racontent pourtant une multitude d’histoires. Séduisants par leur dessin, riches d’innombrables personnages et détails, ils permettent aux enfants d’explorer le monde, dès le plus jeune âge, et aux parents d’interagir avec eux en découvrant sans cesse de nouvelles pistes, au fil du temps.

La série compte cinq volumes – printemps, été, automne, hiver et nuit – tous constitués de sept doubles pages, qui reprennent, à chaque saison, le même paysage urbain – l’immeuble, la ferme, la gare, deux quartiers du centre-ville, le supermarché et le parc de détente. Les pages sont truffées d’objets, de véhicules, d’animaux et de personnages. Chacun des volumes met en scène d’innombrables saynètes de la vie quotidienne, qui créent de petites histoires au fil des pages. Les personnages reviennent également volume après volume, permettant aux enfants de connaître toujours un peu mieux la vie des protagonistes. Ainsi, la jeune femme enceinte du Livre de l’hiver devient une mère épanouie dans Le Livre de l’été…

Rotraut Susanne Berner, auteure des livres des 4 saisons.

Rotraut Susanne Berner, auteure des livres des 4 saisons.
Rotraut Susanne Berner, auteure des livres des 4 saisons.

Cette richesse a conduit Francine Bouchet, la directrice des Editions La Joie de lire, à Genève, à acquérir les droits pour le monde francophone: «Je cherchais des livres qui me rappelaient ceux de mon enfance, des livres pleins de choses. Cet ensemble est d’une grande cohérence. Il se nourrit d’un aller-retour constant avec la réalité, c’est un très beau reflet du monde et les livres présentent un procédé narratif très ambitieux.»

Après avoir fait paraître chaque saison dans son format original, La Joie de lire vient d’éditer, en avril, Le Livre des 4 saisons, qui réunit, pour les dix ans de la série, dans un format légèrement plus petit, quatre des cinq volumes parus – la nuit n’y est pas. La Joie de lire annonce encore un pop-up des saisons en fin d’année et un leporello en 2014.
A l’image des lecteurs, les éditeurs ne se lassent pas de ces livres des saisons, qui provoquent un émerveillement de longue durée! Les enfants eux-mêmes ne sont pas les derniers à en redemander: «Ils tirent les parents par la manche pour leur montrer ce qu’ils n’ont pas encore découvert dans les livres», note Francine Bouchet.

L’imagination au pouvoir

On peut inventer toutes sortes d’histoires sur la base du dessin.

Cristina, mère d’Emile (2 ans et trois mois) analyse: «A chacun de ses nouveaux intérêts dans la vie, il retrouve ses découvertes dans les livres des saisons: il y a eu les animaux, puis la mécanique, les moyens de locomotion… Pour faire le tour de ce qu’on peut trouver dans ces pages, il y en a pour des années.»
Une fois que les enfants sont en mesure d’identifier la plupart des éléments représentés, les livres deviennent encore plus riches. Ils peuvent commencer à comprendre les saynètes qui parcourent les pages. Marc, père de quatre enfants, dont Léonor (3 ans), poursuit la réflexion: «A son âge, elle est en mesure de suivre les personnages de page en page pour comprendre les scènes.» Même son de cloche chez Paolo, père de Mattia (2 ans) et de Nicolò (4 ans): «Mes enfants adorent ces livres. Nicolò suit les histoires de chacun des personnages de volume en volume. Il prend aussi du plaisir à les raconter à son frère.»
De l’avis des parents, c’est aussi la liberté que les ouvrages laissent à chacun qui compte. «Ces livres forcent à imaginer ce qui se passe. Au début, ça déstabilise un peu. On est habitué à lire ce qu’on trouve dans les livres. Mais on y prend goût. J’invente une histoire et Léonor n’est pas toujours d’accord. Ça permet le débat», explique Marc. Paolo est du même avis: «Comme il n’y pas de texte, on se sent très libre. Chacun construit sa propre histoire et on peut en inventer une nouvelle chaque soir.»

Des livres qui résument le monde

Les germanophones ont un nom spécifique pour le type de livres publiés par Rotraut Susanne Berner: «Wimmelbuch», terme utilisé pour qualifier des livres qui grouillent de détails, de personnages et de vie. Dans le genre, on connaît la série «Où est Charlie», tout aussi truffée de détails et de personnages que les livres des saisons, mais avec une texture narrative moins complexe. En Allemagne et en Suisse alémanique, les livres d’Ali Mitgutsch sont unanimement appréciés et considérés, avec ceux de Rotraut Susanne Berner, comme des modèles du genre. La plupart ne sont parus que chez des éditeurs allemands (Editions Ravensburger) – mais c’est sans importance puisqu’ils sont sans textes. Les livres d’Ali Mitgutsch, qui a également consacré une série aux saisons, sont vraiment superbes. Ce sont également des mondes en eux-mêmes. Les «Wimmelbücher» sont de lointains descendants des tableaux de Jérôme Bosch et de Pieter Bruegel l’Ancien.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Charly Veuthey

Rédacteur

_

Publication:
lundi 01.07.2013, 15:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?