«A travers mon travail, je peux contribuer à améliorer l’environnement»: la chimiste Irene Wirz est responsable du développement de produits de lessive et de nettoyage.

Une production propre en ordre

L’élaboration d’un produit de nettoyage écologique n’est pas évidente. Nous avons suivi Irene Wirz, responsable du développement de produits de lessive et de nettoyage chez Steinfels Swiss. Reportage à Winterthour.

Les bouteilles en PET avancent à la queue leu leu sur le tapis roulant de l’installation de remplissage. Elles sont remplies par huit avec le liquide vaisselle Oecoplan Pink Grapefruit. Ensuite, elles sont étiquetées à la seconde près par la machine suivante. Un travail de haute précision.

Irene Wirz jette un œil critique sur les bouteilles: «Si l’étiquette n’est pas collée bien droit, c’est un peu ennuyeux.» Cette chimiste n’est pas particulièrement pointilleuse, mais la production lui tient à cœur. Elle travaille chez Steinfels Swiss à Winterthour (ZH) depuis dix-sept ans, dont dix en tant que responsable du développement de produits de lessive et de nettoyage, notamment Oecoplan. La marque durable de Coop comprend des produits pour WC, salle de bain et cuisine.

Irene Wirz a trouvé sa place: «Je ne suis pas une analyste. J’ai toujours été passionnée par le travail de laboratoire, les essais, les mélanges et l’expérimentation. C’est un travail créatif qui permet d’élaborer des produits intéressants avec de belles couleurs.»

«

Aucune concession n'est faite sur l'efficacité, car le client boude un produit qui ne nettoie pas bien.»

Le défi des produits Oecoplan: présenter une efficacité équivalente à celle des produits conventionnels. Ce n’est pas évident, car le choix des matières premières utilisables est fortement restreint. C’est ce qui fascine Irene Wirz: «En laboratoire, on travaille avec un millier de substances, dont seules 200 sont utilisables pour Oecoplan. Parmi celles-ci, on n’en trouve qu’une quinzaine dans le liquide vaisselle rose vif. Cela dit, l’écologie m’a toujours intéressée. A travers mon travail, je peux contribuer à améliorer l’environnement.»

Les substances de nettoyage actives, comme les détersifs, doivent impérativement provenir de matières premières renouvelables, et la bonne biodégradabilité du produit doit être assurée dans les meilleurs délais à 95% au moins. Dans le cas d’Oecoplan, il s’agit d’huile de palme de production durable certifiée. Aucune concession n’est faite sur le plan de l’efficacité, car le client bouderait un produit qui ne nettoie pas bien.

Toutefois, il n’y a pas que l’efficacité du produit qui pose problème: «Pour la ligne Oecoplan, on n’utilise que des colorants alimentaires absolument inoffensifs. Le bémol, c’est que ceux-ci ne sont pas forcément stables sur le long terme et peuvent pâlir, par exemple lorsqu’ils sont soumis à un fort rayonnement solaire», détaille la chimiste.Cela n’a aucune influence sur le pouvoir nettoyant, mais peut perturber l’acheteur. Idem avec les parfums, qui sont parfois délicats. Le client attend de son produit qu’il ait une odeur agréable, sinon il se rabat sur la concurrence. «Entre l’idée et le produit fini, il faut compter en moyenne quarante-cinq semaines, soit presque une année, explique Irene Wirz. Il ne faut donc pas minimiser l’ampleur de la tâche que représente le développement des produits Oecoplan.»

Le développement d’un nouveau produit demande à lui seul huit semaines. Puis il faut réaliser des tests de stabilité et de dégradabilité, qui durent quatre mois. Ils sont menés en collaboration avec l’Empa, le laboratoire fédéral pour l’essai des matériaux. «C’est ennuyeux de se rendre compte après deux mois qu’un produit n’est pas stable et se sépare», estime Irene Wirz. Ce genre de problème fait partie des risques du métier, mais survient heureusement plutôt rarement. En général, les œuvres de la chimiste se retrouvent sur les rayons de Coop. Oecoplan satisfait aux critères du label écologique européen. «Mais, à vrai dire, la plupart du temps, on se tient à des prescriptions nettement plus sévères en matière de durabilité.»

Oecoplan a 25 ans: par amour de l’environnement

En 1989, Coop crée la gamme Oecoplan. Elle comprend un alcool ménager. Aujourd’hui, elle compte plus de 2000 articles… Coop Oecoplan est la première ligne de produits écologiques de Suisse. L’élaboration, la composition et la provenance des produits Oecoplan sont soumises à des normes écologiques sévères, qui vont bien au-delà des exigences de la législation et d’autres labels environnementaux.

Les produits de nettoyage sont composés de matières premières naturelles et biodégradables à au moins 95%. Les articles de jardinage (fleurs, plants, terreaux sans tourbe, etc.) arborent le Bourgeon de Bio Suisse. Le papier toilette est entièrement fabriqué à partir de papier recyclé et les articles en bois sont tous certifiés FSC.

www.coop.ch/oecoplan
Stefan Fehlmann

Rédacteur

.

Photo:
Patrick Gutenberg
Publication:
lundi 07.04.2014, 00:00 heure