Du vieux bourg de Grottammare, on jouit d’une vue magnifique sur la ville moderne ainsi que sur le rivage de l’Adriatique.

Une terrasse sur l’Adriatique

Site touristique et balnéaire renommé, Grottammare est un concentré d’art et d’histoire. La ville du centre de l’Italie mérite aussi une visite pour la richesse de sa cuisine à base de poisson.

Au centre de la place Felice Peretti – qui est devenu le pape Sixte V en 1585 – se dressait un oranger. Au printemps, ses parfums ravissaient les habitants du bourg. En automne et en hiver, il offrait de délicieux fruits. Une famille choisie au hasard devait s’occuper de l’arbre et, en récompense, était exonérée de l’impôt. Grottammare était l’endroit le plus septentrional de l’Italie qui pouvait se vanter de cultiver des oranges: son blason en comporte deux, aux côtés d’une tour circulaire crénelée, en mémoire de l’ancien phare du port.

Aujourd’hui, nous raconte Liliana Mattioli qui nous accompagne dans les ruelles du centre historique, il ne reste du mythique oranger que le nom donné au théâtre (Teatro dell’Arancio). Fierté de la ville durant quelques siècles, celui-ci a pratiquement été détruit en 1918, lorsque l’épidémie de fièvre espagnole a contraint les survivants à utiliser, pour construire des cercueils, le précieux bois d’acajou du mobilier et des rangées de loges. L’édifice a été restitué au bourg en 2004 après une restauration. Il accueille aujourd’hui de petites représentations et des concerts.

Grottammare sur la carte de l'Italie

sur le Torrione della Battaglia.

En plein après-midi, le centre de la vieille ville (Grottammare Alta) exerce une attraction fascinante. Par cette  chaleur, ruelles et petites places sont désertes. Seuls des chats viennent ronronner aux pieds des touristes. Ce n’est qu’à la tombée de la nuit que, comme par enchantement, le bourg prend vie et que les dallages anciens, parcourus par d’innombrables générations, s’animent sous les pas de familles avec enfants, de jeunes amoureux, d’artistes et d’intellectuels en quête de paix, loin des fracas du tourisme assourdissant qui occupe le bord de mer, quelques centaines de mètres plus bas.

La statue du pape Sixte V.

Environ 150 personnes vivent dans la vieille ville enchanteresse qui fait partie des «Bourgs les plus beaux d’Italie». Ces habitants ont redonné vie et voix à l’antique Grottammare.  Outre le pape Sixte V, la ville a vu naître le sculpteur Pericle Fazzini (1913-1987), célèbre pour sa Résurrection de la salle des audiences papales de Paul VI à Rome. Dans le Torrione della Battaglia (Donjon de la Bataille), une ancienne tour de guet érigée pour contrer les invasions des pirates turcs, se trouve le musée consacré au célèbre sculpteur. Il abrite les maquettes en bronze, les lithographies et les précieux bijoux en argent et en or dont Pericle Fazzini avait fait don à son modèle et muse inspiratrice Lisa Schneider. Après la visite du musée, il est vivement conseillé de faire une halte au restaurant Borgo Antico. Aménagé dans un vieux pressoir du XVIIe siècle restauré, il fait face à l’Adriatique.

L’enseigne du restaurant Borgo Antico.

Le chef Lamberto Langiotti saura vous ravir avec sa cuisine créative et ses spécialités de viandes et de poissons, que vous accompagnerez peut-être d’excellents vins locaux tels que le Rosso Piceno superiore ou un Verdicchio bien frais. Le restaurant, qui offre une vue à couper le souffle, est aussi le siège d’activités cultu-relles et d’expositions d’art contemporain.

Depuis les murailles de Grottammare Alta, on aperçoit la ville moderne, qui compte plus de 15 000 résidents. Ceux du haut y ont déménagé en plusieurs vagues après un éboulement qui, en 1779, a gravement endommagé la roche. Aujourd’hui, le littoral de Grottammare Bassa est un centre balnéaire renommé proposant de nombreuses activités culturelles et ludiques.

La place Felice Peretti.

Plusieurs personnalités célèbres ont séjourné à Grottammare Alta, notamment Jérôme Bonaparte, le jeune frère de Napoléon, Giuseppe Garibaldi ou encore le roi Victor-Emmanuel II. Même Franz Liszt y a passé des vacances en 1868, attiré par les eaux thermales et le climat. «Les six semaines passées à Grottammare resteront pour moi l’un des meilleurs et plus doux souvenirs...», écrivit le grand compositeur hongrois.

Une céramiste au travail.

Infos pratiques

Où dormir:

B&B Tre Finestre sul Mare
Grottammare, Via S. Lucia 10
Tél. (+39) 328 3332077
mail: Caterina@casabagnara.it

Casa Pazzi
Grottammare
Via Sotto le Mura 5
Tél. (+39) 0735 736617

Où manger:

Ristorante Borgo Antico
Grottammare
Via S. Lucia 1, 63013
Tél. (+39) 0735 634357

Osteria dell’Arancio
Grottammare
Piazza Peretti, 1
Tél. (+39) 0735 631059

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Photo:
Giliola Chisté | Texte: Saverio Verrascina
Publication:
mardi 10.09.2013, 10:08 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?