August Nadler avec une truite arc-en-ciel bio.

Une vie dédiée aux truites arc-en-ciel bio

Poissons Depuis des décennies, August Nadler tient une pisciculture bio à Rohr (AG). Pour notre plus grand bonheur, et celui des hérons cendrés.

En cette journée hivernale, il fait froid à Rohr. August Nadler y semble indifférent. Stoïque, il revêt d’abord ses pantalons étanches en néoprène, puis entre dans l’eau. Il avance dans l’un des quatre canaux à la végétation sauvage où grouillent d’innombrables truites. Elles quémandent à manger dès qu’on y met les pieds. Rien ne vient troubler la sérénité de cette scène, pas même les hérons cendrés, qui se fondent harmonieusement dans le paysage. August Nadler ne les porte pas particulièrement dans son cœur. «Avant, on n’en voyait presque pas ici. Maintenant, les jours de grande affluence, ils sont une trentaine à se rassembler dans les parages. Et ils ont faim.» Pour leur couper l’appétit, il a tendu des filets de protection aux mailles étroites au-dessus des canaux. C’était sans compter sur le castor qui, il y a un certain temps, a élu domicile dans le voisinage et perce de grands trous dans les filets, créant ainsi de formidables occasions pour les hérons. Comment l’en empêcher? «Au moins, le castor est végétarien», dit-il laconiquement. Quant aux hérons, on ne peut leur en vouloir, car dans ces canaux naturels nagent des poissons de qualité irréprochable et, évidemment, certifiés bio par le label Bourgeon.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Un authentique pionnier

L’élevage de truites de la famille Nadler a été la première pisciculture du genre en Suisse et a obtenu la certification bio en 2001. «J’ai participé à l’élaboration du règlement avec Coop et Bio Suisse», souligne avec fierté le patriarche aujourd’hui âgé de 67 ans. Et d’ajouter: «Pour nous, cela n’a toutefois pas impliqué de changements majeurs puisque, dès le départ, nous avions opté pour une approche très respectueuse de la nature.»
Chez les Nadler, cette philo­sophie prévaut depuis trois générations. En 1912, le grand-père, droguiste, vendait déjà des poissons. L’élevage dans sa configuration actuelle date des années 1930. Dans les canaux, on trouve environ 70% de truites arc-en-ciel, initialement importées d’Amérique au XIXe siècle et aujourd’hui très prisées des consommateurs. On dénombre encore des ombles chevaliers et une poignée de truites de rivière indigènes, dont les ventes sont peu significatives.

Du travail plein les bras

August Nadler tire sa fierté non seulement de la haute qualité de ses poissons, mais aussi du fait qu’il les élève lui-même. Chaque année, il incube environ un demi-million d’œufs. Au total, ce sont quelque 100  000 truites arc-en-ciel qui naissent, dont les 60% sont achetés par Coop pour la gamme Naturaplan.
La journée d’August Nadler commence à sept heures du matin. Elle se termine quand tous les canaux sont propres, les poissons soignés et nourris, avec des aliments bio sans additifs chimiques. Pas étonnant qu’il aime manger du poisson. «Au moins une fois par semaine. Après tout, c’est le meilleur moyen de contrôler leur qualité.» Mais même les meilleures choses ont une fin. Malgré leur passion pour les truites, le pisciculteur et son épouse commencent à envisager la retraite.

Le poisson bio chez Coop: un triomphe pour le saumon

Source Coop Société coopérative; infographie Caroline Koella

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/161
Toutes les paroles aux actes
Stefan Fehlmann

Rédacteur

Photo:
Patrick Lüthy, DR
Publication:
lundi 29.01.2018, 12:30 heure

Retrouvez toutes nos recettes