A Cabreúva, au Brésil, l’unité de recyclage a traité récemment son 200 000e réfrigérateur.

Recyclage de vieux frigos

Au Brésil, une installation pilote, construite avec le savoir-faire suisse, permet l’élimination de vieux réfrigérateurs. Ce qui est une évidence chez nous reste exceptionnel hors des frontières européennes.

La plupart des matériaux qui composent un frigo peuvent être recyclés. Le fer, par exemple, est refondu et transformé en acier pour le secteur de la construction. La laine de verre est réutilisée dans les isolations thermiques. Le plastique est broyé en paillettes pour servir ensuite de matière première à la fabrication de divers articles, tels que des tuyaux de drainage. Même le compresseur, qu’on trouve dans chaque réfrigérateur, peut être réutilisé, notamment pour gonfler les pneus des voitures dans un garage. Seuls les chlorofluorocarbures (CFC) utilisés com-me fluides réfrigérants ne sont pas recyclables aux termes du Protocole de Montréal de 1987.

Le risque qu’ils trouvent preneurs au marché noir est donc grand. Ils sont en effet moins chers que les réfrigérants modernes et toujours utilisables dans les nouveaux modèles de réfrigérateurs. «C’est pour cette raison que nous procédons à l’incinération des CFC sur place», souligne Heinz Gfeller, directeur suppléant de Fair Recycling. Depuis 2010, la Fondation suisse pour le climat exploite une installation de recyclage des réfrigérateurs dans l’Etat de São Paulo, au Brésil. Les CFC récupérés y sont incinérés au terme du processus de recyclage.

La destruction définitive des CFC est l’élément-clé de tout recyclage respectueux de l’environnement. Les CFC font partie des pires gaz à effet de serre. Utilisés dans le circuit de réfrigération des frigos, ils produisent un effet de serre pouvant être 10 600 fois supérieur à celui du CO2! Le recyclage dans les règles d’un seul réfrigérateur permet d’éviter des émissions nocives pour le climat équivalant à celles que produit une voiture parcourant 10 000 kilomètres.

Comme ces gaz détruisent la couche d’ozone, ils ont été proscrits par le Protocole de Montréal. Cet accord international interdit progressivement la production et l’utilisation de ces substances. Grave lacune: il y manque une disposition régissant l’élimination des CFC. Cela fait de ces gaz des polluants oubliés.

Dans les pays en développement – et même dans les pays émergents – le recyclage des réfrigérateurs se limite à les collecter pour les passer au broyeur de voitures. Résultat: les CFC s’échappent librement dans l’atmosphère. A Cabreúva (ville de l’Etat de São Paulo), les choses se passent différemment. Jusqu’ici, on y a recyclé 200 000 réfrigérateurs.

Grâce à cette élimination de gaz à effet de serre, la société exploitante Fair Recycling a droit à des certificats d’émissions. En lui rachetant de tels certificats, les entreprises compensent les émissions de CO2 liées à leurs activités. Quant aux recettes provenant de la vente de ces certificats, elles permettent à Fair Recycling de financer l’exploitation de ses installations et la collecte des vieux frigos.

Coop a été l’un des principaux bailleurs de fonds ayant participé au financement de l’installation de recyclage. Le projet ne se limitait pas à la construction de l’installation, mais englobait aussi la mise en place de la logistique de ramassage. Fair Recycling propose aux fabricants de boissons et de glaces de remplacer leurs vieux frigos par des modèles modernes et de recycler les équipements usagés dans ses propres installations. Les groupes énergétiques brésiliens sont d’ailleurs tenus par la loi d’investir dans l’efficacité énergétique.

Ces prochaines années, on espère augmenter le nombre des frigos recyclés à Cabreúva: de 150 000 actuellement, on pense pouvoir atteindre 200 000 unités par année. «Difficile de progresser plus vite, estime Heinz Gfeller. Il faut être réaliste: les gens ne changent pas leurs habitudes du jour au lendemain.»

Matériaux recyclables qui composent un réfrigérateur

  • L’aluminium sert à créer de nouveaux produits de la même matière.
  • Les compresseurs sont réutilisés dans les garages pour gonfler les pneus de voitures.
  • Le cuivre est fondu et réutilisé sous forme de cuivre ou d’alliage.
  • Le polyuréthane. Ce matériau isolant est utilisé comme combustible sous forme de pellets dans les cimenteries ou comme matière de charge dans les briqueteries.
  • Les aimants sont éliminés avec la ferraille. Celle-ci représente 40% des matériaux recyclés.
  • Les plastiques sont broyés en paillettes qui servent par exemple à la fabrication de tuyaux d’arrosage.
  • La laine de verre est utilisée comme isolant thermique dans le secteur du bâtiment.
  • La ferraille est fondue et transformée en profilés d’acier destinés à l’industrie du bâtiment.
 

Réduction du CO2

Coop prend les devants, suivez-nous!

Coop s’engage en faveur du climat et veut atteindre la neutralité carbone d’ici fin 2023. Elle établit ainsi de nouvelles références en matière de politique climatique. Concrètement, cela signifie que, d’ici 2023, Coop réduira ses émissions de CO2 en diminuant sa consommation d’énergie et en ayant recours aux énergies renouvelables – à hauteur de 50% de plus qu’en 2008 – le reste des émissions étant compensé. Pour savoir comment vous pouvez contribuer vous aussi à la lutte contre le réchauffement climatique, consultez les sites Internet suivants:

www.coop.ch/developpementdurable
www.les-petits-trucs.ch
Thomas Compagno

Rédacteur

Photo:
Fotolia, SP
Publication:
lundi 11.11.2013, 10:17 heure