«Après six ans, je ne sais pas si je veux l’épouser…»

Le mariage en question
Depuis six ans je vois tous les week-ends mon ami (23 ans). Auparavant, quand nous parlions de mariage et d’enfants, ça me paraissait tout à fait aller de soi. Mais si, aujourd’hui, je devais me décider, je ne saurais que faire et je suis préoccupée de ne pas savoir, six ans après l’avoir rencontré, si je veux ou non épouser mon ami… Anna, 23 ans.

Alain Valterio, psychologue analyste jungien

Alain Valterio, psychologue analyste jungien
Alain Valterio, psychologue analyste jungien

On a tendance à penser que si la jeune mariée pleure le jour de son mariage, c’est de bonheur. En fait, c’est souvent qu’elle se dit qu’elle est en train de faire la plus grosse bêtise de sa vie. Vos hésitations à vous marier sont à mettre sur le compte d’une certaine image de la vie que les gens de ma génération ont développée chez les gens de la vôtre.
La valeur absolue que nous avons développée chez vous, c’est l’indépendance, en oubliant que parfois ce mot vous mettait en contradiction avec une autre valeur essentielle au bonheur, l’engagement.
Combien, dans ma consultation d’analyste, n’ai-je pas rencontré de ces jeunes gens qui refusaient de se marier pour toutes sortes de prétextes. Assez souvent, on évoquait un idéalisme qui se croyait au-dessus des contingences sociales. Parfois, dans ce genre d’arguments, se cachaient des motifs bien plus inavouables comme de garder une liberté que l’on perdrait en se mariant: une illusion, car lorsqu’on est ensemble depuis six ans, se séparer est aussi difficile qu’on soit marié ou pas.
La peur de se marier ne tient pas de celle de faire un mauvais choix mais de celle d’en faire un. Le mariage a la valeur d’un rite de passage, il est l’étape, symboliquement s’entend, qui nous fait passer du statut de jeune à celui d’adulte. Or le rite de passage a toujours un arrière-goût de mort. Il nous fait mourir d’un état antérieur, jeune, pour atteindre à un état postérieur, adulte.
Les héros d’aventure sont toujours jeunes et célibataires, Tintin, James Bond, Diane la chasseresse, Atalante qui refusait le mariage et d’autres. Se marier, c’est mettre à mal son complexe de héros pour entrer dans une banalité. Être banal, ça peut être très reposant!

Alain Valterio répond dans sa chronique à l’une de vos questions

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Publication:
lundi 24.11.2014, 10:00 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?