1 von 7


Érigé en 1958 à 
l’occasion de l’Exposition universelle, l’Atomium 
est à mi-chemin entre la sculpture et l’architecture.

Figure de proue de pirogue, bois, îles Trobriand, Papouasie-Nouvelle-Guinée, fin xixe siècle. Musée de l’Afrique centrale.

Masque, bois, Archipel Bismark, Papouasie-Nouvelle-Guinée, xixe siècle. Musée royal de l’Afrique centrale.

Figurine, fibres végétales, terre, Vanuatu, xixe siècle. Musée royal de l’Afrique centrale.

Statue, moai du dieu des pêcheurs de thons, Pou Hakanononga. Basalte, Île de Pâques, Chili, xive siècle.

Figurine os et cheveux humains, Îles Marquises, Polynésie Française, xixe siècle.

Bandeau frontal, dents de dauphin, perles de verre européennes, fibres de coco, Îles Marquises, Polynésie Française, fin xixe siècle.

Bruxelles: pour les mordus d’art

Escapade Entre chine, achats coups de cœur et pièces d’exception à admirer, 
Bruxelles accueille les passionnés 
d’art du monde entier. Idées 
pour un week-end artistique 
hors norme. 

Celles et ceux qui connaissent la Belgique le savent: chiner est là-bas un véritable sport national. Les brocantes, marchés aux puces et aux antiquités sont légion, qu’ils soient mensuels, hebdomadaires, et même quotidiens. Le Plat Pays est un vivier pour les passionnés d’art ancien ou contemporain. Une caverne d’Ali Baba pour tous les budgets. Autant dire qu’il faut faire un peu (même beaucoup!) de place dans sa valise. Voire même ne pas hésiter à se débarrasser de quelques effets personnels auxquels on ne tient pas spécialement (ce qu’on ne ferait pas pour une ravissante petite huile sur toile du XIXe siècle...). 

Trouver la pièce rare

Avec ses centaines de marchands d’art et brocanteurs répartis dans toute la ville, Bruxelles s’impose comme la destination parfaite pour les chineurs de tous bords. Mais saviez-vous que la capitale européenne accueille aussi la première foire internationale d’art de l’année? La Brafa (Brussels Art Fair) donne toujours le coup d’envoi fin janvier (lire les pages suivantes). Une bonne occasion de se laisser tenter par une escapade bruxelloise (comptez environ 1 h 15 en avion aux départs de Genève, Bâle et Zurich).
Entre chine sympa, pièces d’exception et expositions artistiques du moment à ne pas rater, tour d’horizon de ce que les passionnés d’art, de culture, de «broc’» et de chine peuvent faire durant un week-end.

1. Exposition Oceania

http://www.cooperation.ch/_Bruxelles_+pour+les+mordus+d_art ​Bruxelles: pour les mordus d’art

Les premiers colons, originaires d’Afrique, s’installèrent en Papouasie et en Australie. C’était 60 000 ans avant notre ère. Depuis, la conquête de l’homme par les océans n’a eu de cesse de façonner notre histoire. Oceania nous convie sur les traces des explorateurs de jadis. Cartes, maquettes de bateaux, archives et plus de 250 objets sont à admirer. Dont une statue issue de l’île de Pâques. Exceptionnel. Jusqu’au 29 avril 2018 au Musée du Cinquantenaire.

2. Les puces de Bruxelles

http://www.cooperation.ch/_Bruxelles_+pour+les+mordus+d_art ​Bruxelles: pour les mordus d’art

C’est place du Jeu de Balle dans le quartier des Marolles que les célèbres puces de Bruxelles – le Vieux Marché – se tiennent chaque matin de 6 h à 14 h (15 h le week-end). Des traces écrites datant de 1640 évoquent un marché de vieilleries ouvert le mardi et le jeudi. Autant dire que cette tradition remonte à plusieurs siècles. Aujourd’hui environ 500 marchands s’installent chaque jour. On peut aisément se faire plaisir à partir de quelques euros.

3. Le quartier du Sablon

http://www.cooperation.ch/_Bruxelles_+pour+les+mordus+d_art ​Bruxelles: pour les mordus d’art

C’est LE quartier des antiquaires par excellence. La visite vaut assurément le coup d’œil. Des dizaines de professionnels exposent dans leurs galeries des objets et des meubles d’exception particulièrement haut de gamme. Le week-end, la place du Grand Sablon accueille le marché des antiquités et du livre reconnaissable avec ses tentes rayées de rouge et de vert, les couleurs de la ville. Ici les pièces et livres exposés sont triés sur le volet.  

4. Urban Projects

http://www.cooperation.ch/_Bruxelles_+pour+les+mordus+d_art ​Bruxelles: pour les mordus d’art

Changer de perception visuelle et vivre une expérience physique temporaire: Christo et Jeanne-Claude ont placé l’art à la portée de tous. Voici la première rétrospective depuis 1981 des projets urbains du célèbre couple d’artistes. Un choix resserré de quelque 80 œuvres originales – maquettes, dessins et collages – sont à découvrir. À voir jusqu’au 25 février 2018 à l’ING Art Center. 

La Brafa, un incontournable

Foire Dans le paysage de l’art, une visite s’impose à la Brafa.

L’art contemporain et l’art ancien se côtoient avec harmonie chaque année dans les allées de la célèbre Brafa.

Être un amateur d’art – novice ou éclairé – ne veut pas pour autant dire être en mesure de s’offrir des pièces d’exception. Elles seraient beaucoup trop nombreuses de toute façon (!). C’est précisément ce qui insuffle cet attrait fascinant, voire parfois hypnotique, à comprendre des œuvres, les décortiquer, en scruter toutes les facettes et ressentir leur quintessence singulière.
Cette émotion éthérée est l’essence même de cette passion de l’art sous toutes ses formes. La Brafa permet cela. Admirer, déambuler, comprendre, échanger et, pourquoi pas, s’offrir une pièce rare. Première foire internationale d’art de l’année, cet incontournable du domaine rassemblera quelque 132 galeries et marchands d’art d’une quinzaine de pays. Archéologie, bijoux, sculpture, cadres anciens, design, céramiques, peinture, dessins originaux d’auteurs de bande dessinée, l’éclectisme des univers et la qualité des œuvres sélectionnées promettent une édition 2018 à forte valeur ajoutée et très qualitative. D’ailleurs, preuve en est que l’art ne cesse de déplacer les foules: 42  000 visiteurs ont foulé les tapis de la Brafa en 2012 pour être 61  000 en 2017.

Brafa (Brussels Art Fair), Tour & Taxis Bruxelles, du 27 janvier au 4 février 2018

Vidéo de présentation 2017 officielle

Vidéo du montage de l'exposition

Des galeristes suisses à la Brafa

  • Bailly Gallery, art moderne et contemporain, Genève
  • Galerie Philippe David, Zurich
  • Jean-Baptiste Fabre, mobilier français XVIIIe et XIXe siècles, Genève
  • Galerie Grand-Rue Marie-Laure Rondeau, aquarelles, gouaches, gravures et dessins des XVIIIe et XIXe siècles, Genève
  • Opera Gallery, art moderne et contemporain, Genève
  • Phoenix Ancient Art, art ancien, Genève
  • Galerie Schifferli, tableaux, œuvres sur papier et sculptures modernes, Genève

Trois galeries coups de cœur à visiter à Bruxelles

Galerie Meessen De Clercq, art contemporain, 
rue de l’Abbaye 2A

Olivier Meessen et Jan De Clercq

Olivier Meessen et Jan De Clercq
http://www.cooperation.ch/_Bruxelles_+pour+les+mordus+d_art Olivier Meessen et Jan De Clercq

En 2008, Olivier Meessen et Jan De Clercq ont lancé une plateforme dédiée à l’art contemporain à Bruxelles. La galerie occupe trois étages dans une maison construite en 1911 où des expositions solo et de groupe sont organisées. Meessen De Clercq a déjà présenté 70 expositions solo, 13 expositions de groupe et 12 publications, souvent des premières monographies d’artistes émergents. La galerie a participé à 47 foires internationales dont Art Basel, Frieze New York et la Fiac.

Jean Lemaire, faïences et porcelaines anciennes, rue Lebeau 11

Jean Lemaire

Jean Lemaire
http://www.cooperation.ch/_Bruxelles_+pour+les+mordus+d_art Jean Lemaire

En 1915, Victor et Valentine Michiels fondent un magasin d’antiquités. Leur fille, Lydie Michiels, s’installe en 1939 dans le quartier du Sablon. Cette galerie est reprise par sa fille, Monique Lemaire. Elle se spécialise alors dans la faïence et la porcelaine, et plus particulièrement dans les deux grands centres de production belges: Tournai et Bruxelles. Depuis 1993, cette entreprise familiale se consolide par l’arrivée du fils de Monique Lemaire, Jean, licencié en histoire. Jean Lemaire a d’ailleurs publié une série d’ouvrages et d’articles consacrés à la céramique ancienne.

Théière en porcelaine, Compagnie des Indes. Chine, période Qianlong, vers 1745

Bernard de Grunne Tribal Fine Arts, 
avenue Franklin Roosevelt 180

Bernard de Grunne

Bernard de Grunne
http://www.cooperation.ch/_Bruxelles_+pour+les+mordus+d_art Bernard de Grunne

Plongé dans l’univers de la grande sculpture d’art tribal depuis plus de 40 ans, Bernard de Grunne a assisté son père Baudouin de Grunne dans l’élaboration de sa légendaire collection d’art tribal entre 1968 et 1995. Après avoir défendu sa thèse en Histoire de l’art africain à l’Université de Yale en 1987, il a ensuite dirigé le département d’art tribal de Sotheby’s Londres et New York jusqu’en 1992. Il ouvre sa propre galerie en 1995, spécialisée en art d’Afrique, d’Océanie et d’Indonésie tribale.

Statues féminines Makonde, Tanzanie/Mozambique

Sophie Dürrenmatt
Photo:
© Emmanuel Crooy, Courtesy of the artist and Meessen De Clercq, Brussels, Vincent-Everarts, Loraine Bodewes, Frédérique Dehaen
Publication:
lundi 20.11.2017, 12:15 heure