Le Vaudois Steeve Fleury en action. Ici, aux championnats du monde à Lima au Pérou.

«Chaque fois, une aventure»

Quadruple champion suisse de stand up paddle, Steeve Fleury glisse quasiment tous les jours sur l’eau. Entretien.

Coopération. Champion suisse incontesté, quel est votre secret?
Steeve Fleury. Je rame d’abord pour le plaisir et quasiment quotidiennement par toutes les conditions météorologiques. Cette pratique assidue m’a permis d’assimiler beaucoup d’aspects techniques et des mouvements très travaillés pour optimiser ma vitesse.

Comment et où avez-vous commencé ce sport?
Tout jeune, le surf me fascinait. Je savais que je voulais en faire, mais habitant en Suisse, j’ai dû mettre mon rêve en stand-by. En 2007, je suis parti trois mois en Australie pour apprendre le surf. A mon retour en Suisse, j’étais perdu et il me fallait absolument retrouver un contact quotidien avec l’eau. J’avais vu des articles et des publicités sur le stand up paddle et je me suis dit que c’était exactement ce qu’il me fallait pour le lac. J’en ai commandé un et il ne me restait plus qu’à apprendre et à ramer!

Où le pratiquez-vous?
Principalement sur le Léman ainsi qu’en mer. J’ai toujours une planche dans ma voiture afin d’y aller n’importe quand et n’importe où. Je pars trois mois l’hiver au Maroc ou au Portugal et un mois l’été en Espagne ou en France. Entre deux, je vais ponctuellement voir les vagues. Je privilégie l’Europe afin d’y aller avec mon amie, mon petit bus et toutes mes planches.

Qu’est-ce que vous apporte ce sport?
C’est une passion qui est liée à la pratique du surf ou du surf en stand up paddle. J’y pense tous les jours, j’en rêve et, du coup, j’oriente mes choix de vie en fonction de ça. Il n’y a pas vraiment besoin de partir pour se sentir ailleurs. Dès que je me mets sur ma planche et que je vogue sur le lac, c’est une aventure qui commence et, même si on fait le même parcours ce n’est jamais la même chose. Le vent, les vagues, le ciel, l’eau, les oiseaux, les poissons, les algues et les arbres, tout change à chaque fois.

Et la sensation de liberté?
Elle est immense. Par exemple, lorsqu’on se trouve au milieu du lac en fin de journée automnale et qu’on réalise qu’on est seul sur l’eau. Depuis cet endroit, on contemple la civilisation, on voit littéralement le monde bouger!

Quels conseils donneriez-vous aux débutants?
Choisissez une journée sans vent avec un plan d’eau lisse. Soit vous prenez un cours et c’est carrément bénéfique afin d’acquérir rapidement les bases et positions (pour être efficace la technique de rame demande un long apprentissage), soit vous vous renseignez longuement sur le Net et vous tentez de vous rappeler de tous les conseils que vous avez lus ou vus. Mais au final, vous devrez quand même une fois ou l’autre prendre un cours. Personne n’y coupe!

Portrait 

Surfeur dans l’âme

Steeve Fleury (34 ans) habite à Gilly (VD). Micromécanicien de formation, il «privilégie un emploi libre et variable à un emploi fixe». Son côté artistique? «Je dessine, peins, bricole. Je fais aussi de la musique et des performances.» Il collabore avec un magasin de sports nautiques à Morges et donne des cours de stand up paddle. Il participe aussi à des activités bénévoles avec des enfants. «Une manière de leur montrer qu’il est possible de vivre différemment, car le plus important est de faire ce qu’on aime, peu importe ce que c’est.»

Notre article sur le Stand Up Paddle et notre vidéo à Lutry
Le blog vidéo de Steeve Fleury

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Alain Wey

Rédacteur

Photo:
Darrin Vanselow
Publication:
lundi 18.08.2014, 00:00 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?