Alfred Ferris (48 ans) laboure régulièrement le sol caillouteux d’Aranda de Duero avec une charrue tirée par un cheval.

Espagne d’un autre temps

Vin tempranillo Afin de choyer la nature qui la fait vivre, la famille Peñalba a opté pour la viticulture biologique et la biodynamie. Rencontre à Aranda de Duero.

Un cheval au milieu des vignes! C’est à peine si l’on en croit ses yeux lorsqu’on aperçoit, au cœur du domaine espagnol de Torremilanos, à une heure trente en voiture au nord de Madrid, derrière son cheval attelé à une charrue un agriculteur occupé à travailler la terre.
Mais il s’agit bel et bien de la réalité: «Je souhaite m’affranchir toujours plus des machines dans les vignes», explique Ricardo Peñalba, du domaine de Torremilanos. «Pour moi, la culture durable ne signifie pas seulement renoncer aux produits chimiques ou aux engrais synthétiques, mais également puiser dans les traditions. Je considère que c’est un devoir culturel.»

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Labour à l’ancienne

Lorsqu’il a entendu parler d’un homme qui cultivait ses champs à la main chez un ami arboriculteur de Valence, il a pris contact avec l’intéressé. Depuis, Alfred Ferris et son cheval se rendent régulièrement à Aranda de Duero, dans la région viticole du Ribera del Duero, afin de labourer le sol dans les rangées de vignes étroites de la famille Peñalba.
Cette méthode ne représente qu’un procédé de viticulture biologique parmi tous ceux que Ricardo Peñalba met en œuvre depuis qu’il s’est lancé dans l’aventure en 2000. Ses parents ont repris 25 ans auparavant le domaine de Torremilanos, alors pratiquement à l’état sauvage. Depuis, leur tempranillo équilibré leur a permis de se forger une excellente réputation dans la région.

Ricardo Peñalba (38 ans), viticulteur au domaine de Torremilanos

«

Puiser dans les traditions, un devoir culturel»

Ricardo Peñalba (38 ans), viticulteur au domaine de Torremilanos

«À 22 ans, j’étais censé me préoccuper de marketing et de vente. Mais au cours de mes études, j’ai découvert l’approche biologique de l’agriculture», explique Ricardo Peñalba.
Il a tout de suite été fasciné et  a commencé par obtenir de son père qu’il lui laisse quelques mètres carrés afin de mettre en œuvre les techniques biologiques de culture: «Au début, il m’a pris pour un fou, mais lorsque mes méthodes se sont avérées fonctionner, j’ai pu étendre peu à peu l’exploitation durable à d’autres parcelles.»

Faucons et aigles surveillent les grappes en été et en automne: ils effraient les plus petits oiseaux.

Aujourd’hui, l’ensemble du domaine de 190 hectares est certifié selon les directives strictes de Bio Suisse. Bien que les rendements soient quelque peu inférieurs à ceux obtenus avec la culture conventionnelle, toute la famille encourage Ricardo dans son choix. Sa mère, María Pilar Pérez de Albéniz (73 ans), affirme: «Aussi folles les idées de Ricardo puissent-elles me sembler quelquefois, je le soutiens.»
Ce dernier laisse l’herbe pousser au milieu des pieds de vigne. C’est seulement lorsqu’elle dépasse les vignes basses qu’elle est fauchée ou enfouie dans le sol. Ainsi, les bio-organismes, les vers de terre et autres petits animaux s’installent et rendent la terre meuble.

En harmonie avec la nature

Vivre dans la plus grande harmonie possible avec la nature, c’est cette démarche qui pousse le viticulteur à explorer sans cesse de nouvelles idées. Désormais, grâce à sa femme, guérisseuse-naturopathe, il a découvert la théorie anthroposophique de la biodynamie. Ce mode d’agriculture implique de prendre des mesures de prime abord saugrenues: «Nous remplissons par exemple des cornes de bœuf de purin de vache et les enfouissons sous terre à l’automne. Lorsque toute l’énergie vitale se retire dans le sol pendant l’hiver, les cornes doivent comme pouvoir se recharger», indique le viticulteur.

Améliorant l’action du compost, une préparation comprenant des fleurs de pissenlit donne de la force à la vigne.

Que lui apporte cette méthode que beaucoup considèrent un tour de passe-passe? Il répond que bien sûr sa famille et lui souhaitent s’assurer un bon revenu. «Mais en premier lieu, il importe que les sols, les plantes et les raisins, autrement dit la nature au milieu de laquelle nous avons la chance de vivre, aillent bien. Ce n’est qu’à cette condition que nous pouvons également en profiter.»

Un tonnelier expérimenté fabrique entre 200 et 400 barriques chaque année et maintient ainsi la tradition.

www.mondovino.ch/p-lopez

Un vin puissant

Ricardo Peñalba vinifie exclusivement pour Coop le rouge Naturaplan Bio Carmiña Ribera del Duero DO. Il s’agit d’un tempranillo puissant et complexe, qui a reposé douze mois en barrique. Il a un bouquet de baies noires, de vanille et de caramel, des tanins mûrs et un fruité intense. Il accompagne bien les viandes grillées, les pâtes ou les fromages à pâte dure. 10 fr. 95/75 cl.

www.mondovino.ch

Avec des tapas

L’experte

Marie Linder, spécialiste en vin

Marie Linder, spécialiste en vin
Marie Linder, spécialiste en vin

Finca Gaeta est un vin d’un rouge éclatant aux reflets violets, avec beaucoup de larmes qui tapissent le verre, synonymes d’un cru riche et mûr. Ce tempranillo de Valence est élevé dans des barriques de 225 litres.
Il plaira aux amateurs de vins corsés et chaleureux, avec un bel équilibre entre le fruité et les tanins, de la puissance et un côté un peu brut. À boire légèrement rafraîchi en accompagnement de tapas, telles que poissons frits et légumes marinés, ou avec une paella de viande et de fruits de mer. Il y a plus de vingt ans, Coop lançait la première marque bio du commerce de détail suisse. Année après année, de nouveaux produits enrichissent la gamme Naturaplan, qui certifie une production en culture biologique. La famille des vins Naturaplan s’est aussi agrandie, avec une qualité confirmée.

Naturaplan Bio Tempranillo Finca Gaeta Reserva Valencia DOC, 2010

Prix: 9 fr. 95/75 cl
Pays: Espagne
Région: Valence
Cépage: tempranillo
Maturité: 2016-2018
Disponible: dans les grands points de vente ou sur:
www.coopathome.ch

.

www.mondovino.ch
Markus Kohler
Photo:
Laura León, Paco Santa María, DR, Oliver Roth/Food-Styling-Bilder.com
Publication:
lundi 23.05.2016, 13:25 heure

Concours photo:

Bon appétit!

Les gagnants sont connus!

Les votes sont terminés. Félicitations aux gagnants du concours «Bon appétit»!

Vers le concours

Retrouvez toutes nos recettes