Étudiant italien, Luca (24 ans) aide Claire (74 ans) au jardin en échange d’une chambre chez la retraitée genevoise.

Étudiants logés par des seniors

1 h par m2 Face à la pénurie de logements, l’Université de Genève a trouvé une parade originale: des retraités hébergent des étudiants en échange de coups de main. Reportage.

Cinquante ans. C’est la différence d’âge entre Luca (24 ans) et Claire (74 ans). Le premier est étudiant, la seconde sociologue à la retraite. Depuis trois mois, le jeune Italien de Vérone est hébergé dans la maison de la Genevoise dans le cadre du programme «1 h par m2» du Bureau des logements de l’Université de Genève. Sa chambre fait 16 m2, il s’engage à donner 16 heures de coups de main par mois à Claire, soit quatre heures hebdomadaires, surtout au jardin. «J’avais quasi jamais fait de jardinage! C’est un bon break, ça change des études», commente Luca dans un excellent français. Le jeune homme a séjourné plusieurs mois en France pour apprendre la langue de Molière.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

«Les loyers sont très élevés à Genève. J’ai essayé dans plusieurs résidences universitaires mais ce n’est pas facile de trouver une place. «1 h par m2» est un projet génial», commente l’étudiant. Il réalise un master en affaires internationales au Graduate Institute, Institut de hautes études internationales et du développement. «J’apprécie l’environnement à l’Uni, c’est très intéressant et stimulant. Genève est une ville plus pour travailler que pour s’amuser.»
Dans le jardin de la maison, Luca ramasse les feuilles mortes et balaie la route en bordure de la propriété. Il aide également Claire en lui donnant des conseils en informatique: «Elle a des questions techniques ponctuelles, par exemple pour imprimer ou transférer des données sur une clef USB.»
Claire a découvert l’existence du programme «1 h par m2» dans un journal. «J’ai trouvé le concept très intéressant et je me suis proposée. Au départ, j’avais voulu accueillir des réfugiés syriens mais je n’ai pas reçu de réponse.» La retraitée apprécie la présence de l’étudiant: «Je trouve ce système intergénérationnel très intéressant. C’est un plus d’avoir quelqu’un à la maison, et ça me rassure.»
Le duo est ravi de sa récente cohabitation. «Je craignais un peu d’héberger un monsieur! Ça se passe très bien. Quand il cuisine, il est très ordré», apprécie la maîtresse des lieux. Claire et Luca prennent parfois le repas ensemble le week-end et cuisinent alors à tour de rôle – elle a préparé une dorade et lui des spaghettis carbonara – mais chacun garde son indépendance.
«J’aime discuter. Je suis curieuse de tout! On discute politique. Je me considère beaucoup plus jeune que mon âge. J’ai toujours aimé les échanges intellectuels avec les plus jeunes», précise la thérapeute de famille. Actuellement, elle est très occupée par la rédaction d’un livre sur un secret de famille.

«

Ça me rassure d’avoir quelqu’un à la maison»

Claire, thérapeute de famille à la retraite

Pas de logement, pas de visa

Vingt-cinq tandems senior-étudiant sont aujourd’hui en fonction dans le canton de Genève. Une cinquantaine d’hôtes se sont proposés et une centaine d’étudiants se sont déjà inscrits au programme et sont en liste d’attente.
«La moyenne d’âge des hôtes est moins élevée qu’on aurait pu l’imaginer, avec deux tiers d’hôtes en dessous de 70 ans. Au-dessus de 80 ans, les résistances à la nouveauté semblent plus ancrées et les personnes d’accord de se lancer dans cette aventure sont pour l’instant moins nombreuses», constate la responsable du projet Sabine Estier Thévenoz. Cette dernière s’est fixé pour objectif d’atteindre les 100 tandems d’ici trois à cinq ans. «Chaque année, des dizaines d’étudiants renoncent à venir à Genève faute de logement. Et les étrangers qui n’ont pas d’adresse n’obtiennent pas de visa.» Les services rendus par les étudiants en échange de leur hébergement sont variés: donner des cours de musique, promener le chien ou nourrir le chat, assurer une présence en cas d’absence, faire les courses ou encore le ménage... La mission la plus originale? Réaliser des albums photos pour son hôte! C'est un étudiant français en design qui s'y colle.

Le jeune homme prodigue ses conseils en informatique dans la bonne humeur.

Un échange futé

Succès en Allemagne
Le projet «1 h par m2» de l’Université de Genève s’est inspiré du programme allemand «Wohnen für Hilfe». Il a été proposé en 2006 par une association de seniors à l’Université de Cologne et fort de son succès, il a depuis essaimé dans de nombreuses villes allemandes.
En Suisse romande, la société «Ensemble avec toit» propose également aux étudiants des logements chez l’habitant mais les modalités ne sont pas les mêmes: les étudiants devant payer une cotisation. Ils ont le choix entre des services ou le paiement d’un loyer classique.

Université de Genève: logements étudiants
Ensemble avec toit
www.entre-deux-temps.ch

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Basile Weber

Rédacteur

Photo:
Patrick Gilliéron Lopreno
Publication:
lundi 21.11.2016, 14:05 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?