1 von 14


À 62 ans, Don Carlos est plein d’énergie. Il possède deux petites plantations de canne à sucre. En tant que membre de la coopérative, il apporte sa récolte à la sucrerie locale où elle est directement transformée.













Exotique: canne à sucre du Costa Rica

D’ici fin 2015, Coop prévoit d’achalander son assortiment de sucre de canne uniquement avec du sucre Fairtrade. Visite d’une coopérative au Costa Rica.

Dans la plantation, les cannes à sucre dépassent nos têtes d’au moins trois mètres. Alfonso, un ouvrier agricole, saisit la plus proche et, d’un coup de machette, la coupe à ras du sol. D’un geste sûr, il la débarrasse de ses feuilles sèches et dépose la tige au cœur frais et juteux au bord du champ.
La canne à sucre appartient à la famille des graminées, comme le blé, le seigle, le riz, le maïs et le bambou. La récolte de la canne à sucre est un travail éprouvant. «Je ne peux me protéger du soleil et de la poussière qu’en couvrant chaque centimètre de mon corps, déclare le jeune homme de 23 ans. Le travail est pénible, mais ici, je le fais volontiers.»

«

La récolte de la canne à sucre est un travail éprouvant mais, ici, je le fais volontiers »

Alfonso, cultivateur au Costa Rica

Comme ses collègues, il travaille à la saison pour la CoopeVictoria, une coopérative agricole de Grecia, au Costa Rica. Elle cultive surtout du café et de la canne à sucre, dont elle extrait le sucre.
Si Alfonso et ses collègues travaillent volontiers pour la coopérative, c’est notamment parce qu’elle leur met un logement avec eau courante à disposition. Leurs familles bénéficient en outre d’une cantine pour les repas de midi, d’un dispensaire avec un médecin, d’une école pour les enfants de 6 à 12 ans, de cours d’ordinateur pour adultes, d’une bibliothèque ainsi que de terrains de football et de basket.

Plus de 20 000 tonnes de sucre

Les premiers à profiter de cette infrastructure sont les 3000 membres de la coopérative. Les conditions avantageuses qu’elle propose aux petits paysans lui ont valu le label Fairtrade en 2010.
Mais il n’y a pas que les acquis sociaux: «La CoopeVictoria de Grecia doit être rentable», rappelle Wenceslao Rodríguez, son directeur général. Lui-même est un ancien cultivateur. Depuis qu’il a repris les rênes de l’entreprise, ce gestionnaire de 54 ans n’a cessé d’optimiser les processus de la production sucrière. Durant la saison de la récolte (novembre–avril), CoopeVictoria transforme 200 000 tonnes de canne à sucre en un peu plus de 20 000 tonnes de sucre.

En bref: ce que signifie FairTrade

Produit et commercialisé équitablement

Le label de qualité Fairtrade de la Fondation Max Havelaar (Suisse) est décerné aux matières premières provenant des pays du Sud qui sont produites dans le respect de normes sociales et écologiques strictes.
L’organisation FLO-Cert contrôle que les directives Fairtrade soient respectées tout au long de la filière. Ce label garantit aux agriculteurs de régions défavorisées un prix minimum ainsi qu’une prime Fairtrade destinée à financer des projets
communautaires. Le programme aide aussi à améliorer les conditions de travail des ouvriers dans les
plantations. L’origine des produits et leur producteur figurent sur l’emballage s’il est assez grand. Ils peuvent être consultés sur le site Internet de Max Havelaar (www.maxhavelaar.ch) grâce au numéro de traçabilité (FLO-ID).

www.coop.ch/maxhavelaar