Mark Ronson (39 ans) est très nostalgique d’Amy Winehouse.

«Je pense beaucoup à elle»

Musique Mark Ronson, l’ancien producteur d’Amy Winehouse, est N° 1 partout avec son tube cuivré «Uptown Funk!» Rencontre.

Mark Ronson s’est rendu malade et a même perdu quelques cheveux en réalisant son nouvel album. «J’ai senti la pression. Je savais que je jouais gros avec ce disque et qu’il devait être le meilleur de ma carrière», confie le producteur anglais dans la pénombre de son studio londonien.
Célèbre pour avoir starifié Amy Winehouse avec l’album «Back to Black» et fait grimper Lily Allen et Adele dans les charts, il avait fait profil bas ces dernières années. «Après mes premiers succès, j’étais devenu le cliché ambulant du musicien qui sort tous les soirs. Mais on se lasse vite de faire la fête et puis on se fait vieux, aussi.»

«

On se lasse vite de faire la fête, on se fait vieux»

Mark Ronson, producteur

Assagi et marié (à l’actrice et chanteuse française Joséphine de La Baume), le Pharrell britannique s’est mis en tête de «rappeler aux gens que je suis un grand producteur».
Mission accomplie: son tube festif Uptown Funk! fait danser la planète, de la France aux USA, en passant par l’Angleterre et la Suisse.
«Avoir Bruno Mars au chant fait toute la différence», admet ce grand amateur de musiques noires. Mais il n’attrape pas la grosse tête pour autant. «Ce succès ne change rien à ma vie. Je ne me retrouve pas soudain dans un jet privé avec P. Diddy en route pour Las Vegas, même si l’idée ne me déplairait pas!»
La star de 39 ans n’a pas non plus oublié son ancienne complice, tragiquement disparue en 2011. «Il m’arrive parfois d’être dans un magasin avec ma femme et d’entendre une chanson d’Amy. Cela peut être très dur sur le moment. Je pense beaucoup à elle.»

Album: des airs de funk et de soul

Mark Ronson ne manque pas d’ambition dans «Uptown Special», son troisième album. Le Britannique s’offre la voix de Bruno Mars sur les cuivres de «Uptown Funk!», Stevie Wonder à l’harmonica et Michael Chabon, lauréat du prix Pulitzer, comme parolier. Impossible de ne pas se trémousser dans ce vibrant hommage au funk et la soul des années 1970 et 1980. L’ombre de James Brown flotte sur l’électrique «Feel Right» et celle de Chakha Khan sur «I Can’t Lose». On reprend son souffle avec deux ou trois plages planantes. Un must.

«Uptown Special», dist. Sony Music.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Miguel Cid

Rédacteur

Photo:
SP
Publication:
lundi 02.02.2015, 13:50 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?