La plage de Grand’Anse 
est l’une des plus belles de 
La Réunion. Mais réduire l’île 
à l’unique aspect balnéaire serait une grave erreur…

La Réunion: terre de merveilles

Voyage L’île française de La Réunion est une terre de différences et 
de mélanges. Une oasis métisse entre plage et montagne pour des vacances en famille, en amoureux ou entre amis. Aventure et douceur 
de vivre pour tous!

Cette terre au large de Madagascar résonne comme l’idéal d’un Suisse en hiver: une île où l’on noierait le stress de fin d’année dans des eaux turquoise. Si le cliché se vérifie sur place, réduire celle que l’on surnomme «l’île intense» à une unique alignée de cocotiers serait une grave erreur. La Réunion, c’est avant tout un volcan, un paradis pour les randonneurs de tout niveau, une faune et une flore exceptionnelles, et une mixité culturelle qui se retrouve partout. En commençant par la langue et la cuisine créoles, miroirs du formidable métissage de cette terre souriante, patrimoine mondial de l’Unesco.

Une Dodo à la main

On découvre facilement cette île, aussi grande que le canton du Tessin, en rayonnant depuis un point de base. «L’idéal est d’habiter une semaine sur la côte est, une semaine sur la côte ouest, conseille le guide réunionnais, Philippe Techer, passionné de marche et de musique. Comme ça, on découvre tous les aspects et paysages de La Réunion en escapades d’un jour. Et le soir, on peut profiter du bord de mer en sirotant une Dodo (ndlr: la bière réunionnaise) ou un Ti’punch. Ça fait partie des vacances!» Et vous réaliserez que deux semaines dans ce paradis vert ne suffisent évidemment pas!

Reportage réalisé avec le soutien d’Air Austral, de l’office du tourisme réunionnais et de Manta Reisen.

www.manta.ch

Carnet de route

Durée du séjour: 10–15 jours
Où loger: une semaine de chaque côté de l’île
Balnéaire: sur la côte ouest
Se déplacer: difficile de se passer d’une voiture
Manger: privilégier les produits «péi» (locaux) et les tables fermières
Langue: français et créole
Bon à savoir: c’est le paradis du canyoning et de la rando
Faire la fête: à Saint-Gilles et Saint-Pierre
Ville: une journée à Saint-Denis (marché et bâtiments coloniaux)
Must: vol en hélico autour de l’île (dès 200 €)

Les climats réunionnais

Les amateurs de cascades et canyoning seront comblés.

«Quand la température descend endessous de 20 °C, je mets le chauffage dans la voiture!», lance Philippe, sachant parfaitement qu’à pareil climat je me balade en tongs… Les amateurs de chaleurs s’y rendront durant l’été austral, entre décembre et avril. Le thermostat tourne autour des 30 °C, mais l’humidité est plus importante, surtout en janvier et février. Le climat est plus sec entre mai et octobre, avec une température moyenne de 18–20 °C, et moins de pluie. En altitude le thermomètre peut par contre frôler les 5 °C. Une période très agréable, avec moins d’affluence.
Le temps varie fortement d’un endroit à l'autre, ce qui explique la grande biodiversité de l'île (forêts primaire et tropicale, savane, déserts minéraux…). La côte est et le sud sauvage, soumis au climat océanique, sont plus pluvieux, mais aussi plus verts et plus sauvages. Tout y pousse! Ne manquez pas de visiter le jardin des parfums et des épices à Saint-Philippe (voir la vidéo sur notre site). L’ouest, protégé par la montagne, reste sec. C’est le côté le plus peuplé de l’île. On y trouve les plages, celle de l’Hermitage est réputée, et des lieux pour sortir et faire la fête. Sachez-le: les Réunionnais adorent le karaoké. Révisez vos classiques et mettez-vous au tubes locaux de maloya!

Au cœur de l’île: le volcan

Pour grimper sur le volcan le Piton de la Fournaise, on traverse des étendues de laves séchées.  

C’est le volcan aujourd’hui endormi, le Piton des Neiges, qui a fait surgir l’île au milieu de l’océan et l’a façonnée en couches de laves. Plus haut sommet avec ses 3071 m, il s’est effondré sur lui-même il y a des milliers d’années, donnant naissance à trois cirques naturels exceptionnels: Salazie, Cilaos et Mafate. Les plus motivés passeront de l’un à l’autre au cours d’une rando de plusieurs jours. Les autres peuvent les rejoindre en voiture, à l’exception de Mafate qui n’est accessible qu’à pied. Mais l’effort vaut le détour, et ne vous étonnez pas si vous croisez des Réunionnais, haut-parleur sur le sac, marcher en chantant. Allez jusqu’au village de La Nouvelle (2 h 15 de marche), et passez une nuit dans un gîte (l’un d’eux a un jacuzzi!), et réveillez-vous au chant du coq. L'occasion de goûter un plat traditionnel fait avec les légumes du jardin et le fameux coq de la basse-cour. Et avec un peu de chance, vous passerez la soirée à écouter des randonneurs chanter du maloya au son d’une guitare et du kayamb.
Le Piton de la Fournaise, au sud de l'île, est l’un des volcans les plus actifs au monde. On y accède en voiture le long d’une route au cœur d’un paysage minéral de lave séchée. Le dernier bout se fait à pied. Un chemin facile mène au profond cratère. Attention: certaines laves séchées sont aussi tranchantes que des couteaux. Les coulées sont également visitables avec un spéléologue et la Cité du Volcan permet de saisir de manière ludique le phénomène volcanique.

Pique-nique dominical

Une visite au marché pour découvrir les nombreux produits «péi» est indispensable.

Le pique-nique du dimanche est un rendez-vous obligatoire, ancré dans la culture réunionnaise. Chacun y amène son «cari», plat de viande ou de poisson cuit dans de la tomate fraîche et des épices. Les mélanges d'épices – ail, oignon, thym, curcuma (appelé «safran péi»), gingembre et poivre principalement – font la spécificité de chaque cuisinier. Les plats ne sont pas forcément très relevés – on peut demander un supplément de piment pilé – mais les équilibres entre épices et aliments de base sont un régal.
Les viandes – poulet, porc, mais aussi bœuf, canard ou gibier – sont parfois boucanées, c’est-à-dire fumées, ou cuisinées en civet. On accompagne les plats de riz, de manioc, de patates et de brèdes, des feuilles de différents types (cresson, blette, chayote, songe…) cuites comme des épinards. La grande diversité de produits «péi», c’est-à-dire locaux, disponibles parfois en très petite quantité, offre une multitude de spécialités à découvrir, comme le canard à la vanille, les rougails, samoussas, le miel vert, le café Bourbon pointu, tous les fruits et bien entendu le rhum local, pur ou arrangé, c’est-à-dire aromatisé à la cannelle, au gingembre, etc.
Si les origines indiennes, asiatiques et africaines se retrouvent, les Réunionnais, apprécient de boire un verre de rouge (français ou sud-africain) et de servir du fromage. À la française.

Histoire d'un métissage

À l’époque coloniale, tout nouvel arrivant devait se convertir au catholicisme, mais pouvait pratiquer sa propre religion. Ici un temple hindou.

Déserte, La Réunion a été peuplée à partir de 1644 par les Français – «Z'oreilles» en créole – qui importaient des esclaves d’Afrique, les «Cafres». Plus tard sont venus les «Z'arabes», musulmans d'Inde, les «Malbars», des Tamouls, et les Asiatiques. «Toutes les cultures se sont mélangées, commente mon guide. Il y a une grande tolérance et il n’y a pas de rancœur entre communautés. Certaines personnes pratiquent même plusieurs religions.» Un métissage qui se retrouve dans le puzzle imagé et chantant qu'est le créole. Bonjour se dit «bonzour», pourquoi «akoz», la nuit «le fénoir», caméléon «landormi», suppositoire «bonbon lafess'»…

Le secret des poivres

Partick Fontaine explique l’origine des poivres verts, rouge, noirs et gris. Il fait pousser des dizaines d’épices, de fleurs, fruits et de la vanille dans son jardin forêt sur l’île de la Réunion, au large de Madagascar.

Pique-nique à la créole

Le cuisinier Jacky Aroumougomnous emmène pour un pique-nique à la plage de Grand’Anse, sur l’île de la Réunion. Il en profite pour nous expliquer les fondements de la cuisine créole de La Réunion.

Les pros sur place: www.connections-reunion.com

Organisé : www.manta-voyages.ch

Où loger : pour bien découvrir tous les aspects de l’île, l’idéal est de loger de chaque côté de l’île et de rayonner depuis son point de base. Vous pourrez, avec une voiture de location, faire des excursions d’un jour et revenir le soir pour profiter de la soirée. Notre conseil : Sainte-Rose sur la côte est (accès à Salazie, Mafate, volcans, Sud sauvage) ;  Saint-Leu sur la côte ouest (Cilaos et plages).
Seules les excursions vers Mafate et Cilaos nécessitent de passer au moins une nuit sur place. Depuis Cilaos, les excursions sont nombreuses. On peut facilement rejoindre Mafate à pied.

Hôtel : il y a des hôtels de toute catégorie et de grande qualité. Voir notre onglet dédié à ce chapitre.

Location : n’hésitez pas à louer une maison. Les prix sont plus bas sur la côte est. Vous trouverez des annonces sur http://www.lequotidien.re/annonces/le-quotidien-des-annonces.html

Camping sauvage : malgré son statut de patrimoine mondiale de l’Unesco, le camping sauvage est toléré à La Réunion, à condition de ne pas prendre racine. L’île est très propre, et les gens respectueux de la nature.

Canyoning : pionnier de ce sport,  Ricaric a ouvert de nombreuses voies très impressionnantes dans l’île. C’est le plus haut spot pour le canyoning. On peut y faire des rappels de plusieurs centaine de mètres. Ricaric sera aussi capable de vous emmener dans des lieux accessibles seulement par rappel, ou hélico. Ce type d’excursion nécessite un haut niveau.
Des initiations pour les débutants et les enfants se font facilement.
www.canyonreunion.com
+ 262 6 92 86 54 85

Cour de cuisine : Sympa, professionnel et doué, Jacky vous apprendra, seul ou en groupe, les secrets de la cuisine créole. + 262 6 93 00 91 36

Nature : www.jardins-parfums-epices.com
www.jardindeden.re
www.jardinsdesmillesetunessaveurs.com

Spéléo dans la lave séchée : www.tunneldelave.com

Cité du Volcan : www.museesreunion.re

Guide : Philippe Techer + 262 6 92 95 37 03 ; Philtecher2@gmail.com
Haute montagne : www.adventures-reunion.com
Hélico : www.corail-helicopteres.com

Mafate : le gîte avec jacuzzi de La Nouvelle, accueil super sympa, très bonne cuisine.
www.letamareo.re

Côte est
Diana Dea Lodge :
En hauteur, au milieu d’un parc peuplé de cerf.
Excellent moment dans le salon avec pianiste.
Très bonne cuisine avec un Chef formé en Suisse.
www.diana-dea-lodge.re

Blue Margouillat Hotel****
Moment de calme et de repos, privacité et repas de très haute qualité.
www.blue-margouillat.com/fr

Côte ouest
Le Nautile***
Accès direct à la plage avec transat et parasols. Eaux turquoises et barrière de corail. Châteaux de sables pour les petits. Balade au soleil couchant. Masques, tuba kayak, padel à disposition. Le top.
www.nautile.re

Sud
Palm Hotel & Spa*****

Vue imprenable au-dessus de la plage de Grande-Anse. L’esprit du large. En saison on voit passer les baleines. Un moment unique. Très bon buffet déjeuner.
www.palm.re

Gilles Mauron

Rédacteur

Photo:
Getty Images, Gilles Mauron; carte Rich Weber
Publication:
lundi 04.12.2017, 12:50 heure