«La façon dont vous parlez de votre jalousie…»

Alain Valterio, psychologue analyste jungien

Alain Valterio, psychologue analyste jungien
Alain Valterio, psychologue analyste jungien

Je suis en couple depuis peu. Et j’ai toujours gâché mes anciennes relations, à cause de ma jalousie et de mon manque de confiance en moi. Aujourd’hui je suis avec un homme que j’aime, j’en suis vraiment amoureuse, mais pour moi c’est trop beau pour être vrai! Je doute souvent, j’en viens même à pleurer le soir dans mon lit! Mon copain change à certains moments, il devient plus distant et me délaisse… Je me sens perdue et c’est ce que je lui reproche mais il ne comprend pas! Cette relation me fait du mal, mais être sans lui m’en fait aussi! Comment trouver la réponse à mes questions? Lola (19 ans)

La façon dont vous parlez de votre jalousie montre que vous êtes prête à admettre qu’elle vous dépasse complètement et qu’elle n’est pas motivée objectivement. Les psychologues diront que
chez vous, la jalousie est un symptôme. Elle est comme une sorcière à l’intérieur de vous qui n’en fait qu’à sa tête pour tout détruire sur son passage et vous faire souffrir. «Jalousie» se balade dans votre âme comme un ver dans la pomme avec une parfaite autonomie. Or, celle qui doit être autonome, ce n’est pas elle, mais vous!
Dès lors, pourquoi ne pas donner un petit coup de pouce à votre quête d’autonomie en vous imposant de petites parenthèses de célibat? Je ne vous dis pas: Quittez votre copain! mais peut-être que vous pourriez défier «Jalousie» en la prenant à son propre jeu. Il y a fort à parier que votre temps libre, vous l’employez en priorité à vous retrouver avec votre copain. Parce que vous êtes amoureuse, il n’y a rien de plus important pour vous que d’être avec lui le plus souvent possible. Et si vous preniez un petit morceau de ce temps, ne serait-ce qu’une soirée par semaine, en vous imposant l’épreuve, à vous et à votre copain, de ne pas être ensemble?  
Ce serait le moyen de mettre «Jalousie» en thérapie en lui disant: «Jalousie, espèce de sorcière! Tu es plus forte que moi. Eh bien, vas-y! Prends tout. Ce soir, je devrais être avec mon copain mais je choisis de rester seule. Alors, vas-y, dévore-moi! Et tu finiras par crever d’indigestion!»
On peut imaginer ce qui va se passer dans votre tête en de pareils instants. «Jalousie», c’est sûr, va sortir le grand jeu. On l’entend d’ici faire ses petites allusions. «Tu es bien folle de laisser ton amoureux sans surveillance, tu ne t’imagines tout de même pas qu’il ne va pas en profiter!»
Puis elle va s’épuiser. Un enfant finit toujours par se lasser d’un jouet.

Alain Valterio répond dans sa chronique à l’une de vos questions
Le blog d'Alain Valterio

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Publication:
lundi 02.02.2015, 15:00 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?