Madeleine Gay, ingénieur ETS et vigneronne de l’année 2008: «Un vin est une terre, un savoir-faire issu du terroir. Boire du vin, c’est d’abord boire local.»

«Le vin raconte la terre et les hommes»

Ingénieur ETS en viticulture, Madeleine Gay est l’œnologue en chef de Provins Valais, premier producteur de vins suisses. Elle nous encourage à redécouvrir les cépages autochtones, synonymes de qualité et  d’authenticité.

Coopération. Quels sont les défis de la production viticole suisse?
Madeleine Gay. Les défis sont nombreux pour la viticulture suisse, à commencer par les coûts de production. En Suisse, du fait de la configuration du sol, on travaille dans les vignes manuellement. L’utilisation de machines est très difficile, voire impossible à certains endroits, d’autant plus que les surfaces sont petites. En comparaison avec l’Australie, ou les pays d’Amérique du Sud et du Nord, nos vignerons font de l’horlogerie. Et puis la main d’œuvre est chère. Un autre grand défi est le renouvellement des cépages.

Quel est le degré de pression des vins étrangers sur les vins suisses?
Il y a une très grande concurrence. Plus de 67% des vins consommés en Suisse proviennent de l’étranger. Il faut savoir que jusque dans les années 2000, les vins blancs suisses étaient protégés: on importait alors essentiellement des vins rouges. Avec l’ouverture des frontières, tous les vins de la planète ont pu être importés. Soudain, les consommateurs suisses se sont retrouvés avec plein de vins exotiques à leur table, et ce à des prix qu’il est difficile de concurrencer.

Considérez-vous cette situation comme préoccupante? Vers quoi allons-nous?
Depuis plusieurs années, la consommation de vin est en baisse. Les Suisses boivent moins de vin, mais de meilleurs crus. C’est pourquoi Provins est si rigoureux au niveau de la qualité et s’efforce dans ses campagnes de promotion de rappeler les avantages des vins suisses. Beaucoup de cépages autochtones comme la petite arvine ne sont pas, ou peu connus, et nous avons tout intérêt à les faire connaître, car ils sont uniques au monde.

«

La proximité est un critère de choix majeur pour un amateur de vin»

Quelles sont les principales qualités des vins suisses?
Une de leurs qualités principales est leur traçabilité. On peut remonter tous les stades de la production jusqu’au vignoble, qui est aussi strictement contrôlé selon des normes précises. Cette proximité est un critère de choix majeur pour un amateur de vin. En outre, la Suisse présente une mosaïque de vins différents unique au monde: la palette est impressionnante. Leur dénominateur commun est leur qualité.

Les régions linguistiques se boudent-elles lorsqu’il s’agit de vin?
Non, bien au contraire. Valais et Vaud sont de grands producteurs, mais ils sont dépendants des régions alémaniques, qui consomment beaucoup de vins venant des cantons romands. A l’inverse, les régions romandes consomment très peu de vins alémaniques – non parce que nous les boudons, mais parce que les Alémaniques sont de petits producteurs. Pour les trouver, il faut les chercher et commander leurs vins. Et ça vaut la peine, parce qu’il s’agit de véritables perles.

S’intéresser au vin du pays, c’est une question de fidélité?
Oui, on peut le dire ainsi. Un vin, ce n’est pas seulement le contenu d’une bouteille; un vin est une terre, un paysage, une histoire souvent centenaire qui est racontée, un savoir-faire issu du terroir. Boire du vin, c’est d’abord boire local! Quand vous êtes en vacances à l’étranger, il ne vous viendrait jamais à l’idée de boire du vin suisse. Vous allez goûter les crus du pays en question. Parce que le vin est comme un livre ouvert: il raconte beaucoup de la terre et de la société d’où il provient.

Comment évolue le goût chez un individu?
Il évolue avec l’entraînement du palais. Au début, quand on commence à s’intéresser au vin, il nous faut des vins fruités, accessibles comme on dit, des arômes plaisants qui flattent immédiatement le goût. Petit à petit, et après quelques années d’expérience, on commence à accepter la présence de tanins; on recherche des vins plus complexes, plus matures.

«

Avec le temps, on s’intéresse à des vins complexes, plus matures»

Est-il vrai que le goût des femmes et des hommes diffère sur les vins? Il est dit que les femmes préfèrent les crus plutôt légers.
Un amateur de vin est un amateur de vin. Il n’y a pas de différences entre hommes et femmes en ce domaine. J’ai remarqué que les femmes aiment généralement les vins rouges, très tanniques, très corsés, avec structure. Etonnant, hein? Même les sommeliers font l’erreur de proposer systématiquement aux dames de petits vins comme ils disent, de petits rosés, c’est-à-dire quelque chose de simpliste. Ce sont des a priori, des étiquettes, et c’est une erreur.

Quels sont vos goûts?
J’essaye de boire des vins très différents; je m’intéresse à des cépages et à des régions différents afin d’avoir toujours les sens en éveil. Vous savez, on s’habitue très vite à un vin que l’on aime, et on a tendance à ne plus consommer que ce vin-là. C’est dommage, compte tenu de la richesse du monde du vin et des découvertes que l’on peut faire.

Provins

Depuis 1930

Provins est le premier producteur de vins suisses. Coopérative de producteurs fondée en 1930, elle représente environ le 23% de la production valaisanne, et le 10% de la production suisse. Plus de 4000 sociétaires et fournisseurs de vendanges y amènent chaque année environ 10 millions de kilos de raisin. Provins a également mis en place un service de location de vignes qui couvre 240 hectares de vignes. Provins est présent dans tout le Valais moyennant trois sites de réception de vendanges, deux caves extérieures et une centrale d’encavage et de vinification. Le siège principal est à Sion.

www.provins.ch

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Pablo Roberto Jimenez Davila
Photo:
Charly Rappo/arkive.ch
Publication:
lundi 29.07.2013, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?