1 von 9


Christine Reich joue avec ses petits-fils Noé (à droite) et Aaron dans le salon. 
La grand-maman les garde tous les jeudis.

Christine Reich et son petit-fils Aaron nourrissent des chèvres au parc animalier d'Olten (SO).

Francine et Nesti Zaugg avec leurs petits-enfants Julian, Elisha, Cassius et Lily devant leur maison d'Enges (NE).

Nesti Zaugg (65 ans) adore faire du foot avec ses petits-enfants (ici Julian, 2 ans et demi).

Kurt et Isabelle Mäder avec leurs petits-enfants Steljane et Kilian, dans leur jardin à Cologny (GE).

Isabelle Mäder (64 ans) joue avec son petit-fils Kilian (4 ans).

Grand-maman et petit-fils affichent une belle complicité.

La famille Mäder à l'heure du goûter avec une tarte aux pommes maison.

Kurt Mäder (66 ans) aide sa petite-fille Steljane (8 ans et demi) à faire ses devoirs.

Les grands-parents s’investissent au quotidien

Société Les grands-parents jouent un rôle capital 
dans de nombreuses familles. La garde des petits-enfants est une activité enrichissante mais très exigeante, qui nécessite tact et compromis. Témoignages.

En Suisse, la hausse de l’espérance de vie prolonge les relations entre les générations. Les femmes deviennent grands-mères à 62 ans, les hommes grands-pères à 66 ans, selon les chiffres de l’Office fédéral de la statistique (valeur médiane); 59% des grands-parents voient leurs petits-enfants au moins une fois par semaine et seuls 1% n’ont jamais de contacts avec eux. L’étude «Social Change in Switzerland», qui vient de paraître, a montré que la part des mères qui travaillent a triplé depuis les années 1980. En Valais, le taux des jeunes mères actives est ainsi passé de 18% en 1980 à 69% en 2010-2014. Nombre de grands-parents sont sollicités pour garder leurs petits-enfants lorsque les deux parents travaillent ou de manière ponctuelle. Selon le «Rapport des générations en Suisse», la valeur pour l’économie de la garde par les grands-parents s’élève à 2 milliards de francs par an.

«

J’aime sortir 
avec les enfants. 
Ils ont besoin de 
se dépenser»

Christine Reich (70 ans), grand-maman

«Un amour profond»

À Olten (SO), Christine Reich est une grand-maman débordante d’énergie qui ne fait pas ses 70 ans. Chaque jeudi, elle garde ses deux petits-fils Noé (4 ans) et Aaron (2 ans). Le vendredi, elle se rend à Küsnacht, dans le canton de Zurich, pour garder leurs cousins de 2 ans et demi et 3 mois. Un emploi du temps chargé qu’elle ne perçoit pas comme une contrainte. «J’ai la chance d’être en bonne santé. J’adore passer du temps avec mes petits-enfants! C’est beau d’avoir cette possibilité. Ça m’apporte beaucoup au quotidien. Je donne beaucoup mais je reçois aussi beaucoup en retour. C’est un amour profond; la famille continue à travers les petits-enfants», commente la grand-maman, enseignante retraitée. «Les discussions, c’est génial! Les enfants racontent des histoires extraordinaires. Hier, par exemple, nous sommes allés en Inde!» s’exclame Christine Reich. Mélomane, la grand-maman joue du violon dans un orchestre. Elle adore cuisiner, bricoler, lire des histoires, chanter ou jouer de la musique avec Noé et Aaron. «Aujourd’hui, nous allons au parc pour nourrir les chèvres. J’aime beaucoup sortir avec les enfants, même s’il ne fait pas beau. Ils ont besoin de se dépenser!» Le grand-papa étant encore actif professionnellement, Christine Reich garde ses petits-fils seule: «Quand il rentre, Armin adore jouer avec eux!» La grand-maman souligne qu’il faut «beaucoup de tolérance des deux côtés pour que la relation entre les grands-parents et les parents se passe bien. Certaines règles sont différentes chez eux et chez nous mais si on explique les choses, les petits-enfants comprennent très bien.»

Nombreuses sorties en famille

Autre famille, autre fonctionnement. Francine (64 ans) et Nesti Zaugg (65 ans) vivent dans une métairie sur les hauteurs d’Enges (NE). Ils ont quatre petits-enfants: Lily (10 ans et demi), Elisha (7 ans et demi) et son petit frère Julian (2 ans et demi), ainsi que Cassius (5 ans). «Nous faisons de nombreuses activités avec nos petits-enfants: foot, cirque, on va voir leurs spectacles», explique le grand-papa, qui a repris les rênes de l’Hôtel du Chasseur à Enges il y a un an, une seconde carrière à l’âge habituel de la retraite. «Mon mari est hyperactif! Nous ne gardons pas nos petits-enfants de manière fixe mais nous dépannons volontiers», complète son épouse Francine.
Nesti Zaugg, ancien joueur de LNA au FC La Chaux-de-Fonds, aime jouer au foot avec ses deux petits-fils, fans de Manchester United: «Julian est incroyable! Il n’a pas encore 3 ans mais joue déjà très bien. On les adore ces enfants! Nous avons cette chance d’être en bonne santé et de pouvoir être actifs. Nous allons, par exemple, les voir courir au Tour du canton.» Lily apprécie ces moments: «Parfois, je passe une semaine de vacances ici ou je viens le mercredi après-midi ou le week-end. J’aime faire des activités et me promener avec mes grands-parents.»

À Enges (NE), Francine et Nesti Zaugg font de nombreuses activités avec leurs quatre petits-enfants mais ne les gardent pas de manière fixe.

Une fatigue importante

Parmi les grands-parents en Suisse, 24% gardent régulièrement leurs petits-enfants dont 20% au moins une fois par semaine (30% des grands-mères et 15% des grands-pères). Les grands-parents consacrent en moyenne 312 heures par an à cette activité non rémunérée précieuse pour les familles, tant au niveau de l’organisation que du budget. Ils transmettent expérience, savoir et valeurs à leurs petits-enfants. Si plusieurs études montrent que leur garde ponctuelle est bénéfique pour la santé physique et mentale des grands-parents, une surcharge peut occasionner fatigue et stress (lire l’interview en page 17). Ainsi, certaines situations familiales font que les seniors sont énormément sollicités. C’est le cas de Marie-Madeleine Knuchel (60 ans), qui travaille à 100%, à Genève. Cette grand-maman d’un garçon de 6 ans et d’une fillette d’1 an les garde régulièrement la nuit, ses deux filles travaillant souvent à ces moments-là: «J’ai eu jusqu’à six nuits dans la semaine avec un ou deux enfants à la maison. C’est une charge. C’est difficile, je suis très fatiguée. J’ai envie d’être une mamie, pas une maman. Je le dis à mes filles. D’un autre côté, j’ai une très belle relation avec mes petits-enfants, nous sommes très proches. C’est riche et intense. Du coup, la situation est ambivalente. Je m’en accommode et essaie de prendre le bon côté des choses.»

Isabelle et Kurt Mäder s’occupent de leurs petits-enfants, Steljane 
et Kilian, deux jours par semaine chez eux, à Cologny (GE).

«Les petits-enfants, c’est la vie»

À Cologny (GE), Isabelle (64 ans) et Kurt Mäder (66 ans) s’occupent de leurs petits-enfants Steljane (8 ans et demi) et Kilian (4 ans) les jeudis et vendredis, lorsque les parents travaillent. Leurs autres grands-parents les gardent les lundis et mardis. «Ça rend service aux parents. On les garde depuis tout petits. Les petits-enfants, c’est la vie. On profite maintenant, c’est trop chou de les voir grandir. On a beaucoup de chance», commente la grand-maman. Et d’ajouter: «Maintenant, c’est plus contraignant avec les horaires d’école de Steljane. Avant, on était plus libres. On est presque obligés d’être deux, car seul c’est très astreignant.» Isabelle Mäder juge que c’est «fatigant parce qu’il faut toujours être à l’affût mais c’est aussi vivifiant!»
La grand-maman souligne qu’il est important de parler avec les parents: «Il faut oser discuter même si ce n’est pas facile. On aime les gâter. Je leur fais des cadeaux et leurs parents trouvent parfois que c’est trop.»

Les Rolling Stones en famille

Kilian adore jouer dans le jardin. «Aujourd’hui, on a cherché des marrons avec papy!», lance-t-il fièrement en montrant sa récolte. Le garçon aime aussi dessiner: «J’adore les pirates! Je suis très doué pour le dessin!» «Tu n’es pas gonflé!», rigole sa grand-maman. «J’aime venir ici car il y a plein de choses à faire. Il y a le toboggan et la piscine», confie sa sœur Steljane. «Lundi et mardi, je suis chez mes autres grands-parents. Mercredi et le week-end avec papa et maman.» La fillette a eu la chance d’aller au concert des Rolling Stones à Zurich avec ses grands-parents paternels. «C’était super!» Les Mäder gardent aussi leurs petits-enfants pendant les vacances scolaires, les parents ayant moins de vacances que les enfants. «Nous faisons des échanges avec les autres grands-parents lorsque nous sommes en voyage», précise Isabelle Mäder.
«La garde par les grands-parents, c’est important et ce n’est pas reconnu par la société», souligne le grand-papa, qui véhicule régulièrement sa petite-fille entre leur domicile et son école à Genève. Son épouse ajoute: «J’ai un neveu qui paie 2300 francs de crèche par mois…» Si la garde par les grands-parents permet des économies pour les familles, l’amour donné, lui, n’a pas de prix.

Pas d’âge pour apprendre

Les «écoles des grands-parents» proposent des espaces de rencontres et de discussions avec des ateliers pour les grands-parents et des activités intergénérationnelles. Ces associations délivrent également de précieux conseils. 

Etre Grands-Parents... aujourd'hui
Ecole des grands-parents - Neuchâtel

«Ils sont très impliqués»

Daniela Jopp, professeure associée à l’Institut de psychologie de l’Université de Lausanne, est spécialiste en psychologie de la santé et du vieillissement. 

http://www.cooperation.ch/_Les+grands_parents+s_investissent+au+quotidien ​Les grands-parents s’investissent au quotidien

Quelle influence la garde des petits-enfants a-t-elle sur la santé des grands-parents?
La garde des petits-enfants a une influence positive sur la santé mentale des grands-parents, selon l’Enquête sur les familles et les générations. Ils expriment plus d’émotions positives et moins d’émotions négatives. Une étude américaine a montré un effet positif sur les grands-mères gardant leurs petits-enfants car elles font davantage d’exercice que les autres. Selon une autre étude, les grands-parents responsables de leurs petits-enfants à plein temps ont, eux, un taux de dépression supérieur à la moyenne.

Quel rôle jouent les grands-parents vis-à-vis des parents?
Certaines études montrent que les grands-parents jouent parfois le rôle de gardien de l’équilibre familial, particulièrement si les parents éprouvent des difficultés. Cette situation peut engendrer des conflits.

Pensez-vous que le manque de structures d’accueil pour les enfants pose problème?
J’ai l’impression qu’en Suisse, les grands-parents sont en général très impliqués dans la garde des petits-enfants, souvent car d’autres formes d’accueil ne sont pas disponibles. Nous savons que la possibilité de faire appel à une forme de garde professionnelle aide dans de nombreuses situations. C’est pourquoi il est important de créer des structures d’accueil qui permettent aux grands-parents de ne pas être forcés dans leur rôle mais de passer de bons moments avec leurs petits-enfants en fonction de leur santé et capacités.

.

Recherche de témoignages pour l'étude "Vieillir ensemble"

La professeure Daniela Jopp recherche des témoignages pour une étude sur le bien-être et la qualité de vie des personnes de plus de 50 ans. Le but est de comprendre la façon dont les parents de plus de 70 ans et leurs enfants adultes vivent leur quotidien. Les auteurs de l'étude recherchent des duos composés d'un parent de plus de 70 ans et d'un enfant de plus de 50 ans prêts à témoigner lors de deux interviews à domicile. En cas d'intérêt, prière de contacter l'Institut de psychologie de l'Université de Lausanne au 021 692 38 55 ou par email: priscille.jamin@unil.ch

Commentaires (6)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Basile Weber

Rédacteur

Photo:
Heiner H. Schmitt, Xavier Voirol, Patrick Gilliéron Lopreno, DR 
Publication:
lundi 30.10.2017, 14:00 heure





Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?