1 von 5


On pense qu’un mécanisme est mis en place pour que l’on oublie nos rêves.

Lorsque l’on place notre main à côté de cette main en plastique qui est chatouillée par un pinceau, nous commençons à ressentir des chatouillis sur notre propre main… Dingue non ?

Une pièce du musée est consacrée aux miroirs et à la conscience de soi.

Machine à fabriquer des rêves.

Les berceuses, quelles qu’en soient leurs origines, restent d’excellents moyens pour s’abandonner dans les bras de Morphée.

Mystère: la science
 des rêves

Zzzzz L’univers onirique fascine depuis la nuit des temps. Artistes, psychanalystes, chercheurs: tous y ont trouvé une source inépuisable d’explorations. Mais aujourd’hui encore, le rêve ne nous a pas dévoilé tous ses secrets.

L’exposition «Dans la tête» au Musée de 
la main nous offre 
un voyage au pays des songes.   

L’exposition «Dans la tête» au Musée de 
la main nous offre 
un voyage au pays des songes.   
http://www.cooperation.ch/_Mystere_+la+science_+des+reves L’exposition «Dans la tête» au Musée de 
la main nous offre 
un voyage au pays des songes.   

Le Musée de la main à Lausanne, qui fête cette année ses 20 ans, nous plonge dans différents états de la conscience à travers une exposition intitulée «Dans la tête», à découvrir jusqu’au 29 juillet 2018. L’espace dédié au rêve fait partie des points forts de la visite. Au premier étage, une immense machine avec un nuage au sommet intrigue (photo page 87). Il s’agit d’une installation ludique où l’on peut programmer un songe en faisant tourner des manivelles. Apaisant, effrayant ou bizarre. Le visiteur construit le rêve de ses rêves. La machine s’active. Le nuage s’illumine, gronde. Une balle descend par un tuyau portant notre songe retranscrit sur papier… 

À quoi ça sert?

Au fil de l’exposition, les visiteurs apprennent notamment qu’ils rêvent en moyenne huit à dix ans dans leur vie. Et cet état ne concerne pas uniquement les humains, puisque les animaux connaissent eux aussi des songes. Si la définition du rêve est relativement simple, «une expérience mentale que l’on fait pendant le sommeil», sa fonction, au contraire, nous plonge dans le noir total. «C’est une grande question, explique la doctoresse Francesca Siclari, cheffe de clinique au Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil du CHUV, qui a participé à l’élaboration de l’exposition. On ne sait même pas pourquoi on dort. Comprendre alors pourquoi on rêve est un mystère encore plus grand.» Différentes théories existent, mais aucune avec des preuves scientifiques. Certains chercheurs estiment que le rêve n’est pas une expérience qui survient pendant le sommeil mais que l’on s’invente au moment du réveil. Certains affirment que le rêve a lieu pendant le sommeil, mais qu’il ne sert strictement à rien, tandis que d’autres pensent que les rêves jouent un rôle clé dans l’apprentissage émotionnel, qu’ils représentent une sorte de réalité virtuelle où l’individu peut se permettre d’apprendre et d’échouer sans danger.
On pense que la grande majorité des personnes rêve. Mais combien d’entre elles s’en souviennent? «Il est probable qu’un mécanisme est mis en place pour que l’on oublie. Si l’on se souvenait de tout ce que l’on avait rêvé, on commencerait probablement à confondre le rêve et la réalité. Quelque chose est là pour nous protéger de cela», explique Francesca Siclari.

«

Les songes les plus 
fous se créent durant 
le sommeil paradoxal»

Dresse Francesca Siclari (38 ans), cheffe de clinique au CHUV

Dresse Francesca Siclari (38 ans), cheffe de clinique au CHUV

Le bon timing

Certains moments restent plus propices aux songes que d’autres. Cela varie en fonction de l’instant où le rêve se produit. C’est durant le sommeil paradoxal, qui arrive le matin, à la fin de notre cycle du sommeil, où les songes les plus longs, les plus fous, les plus complexes et les plus bizarres se créent. Au contraire, dans le sommeil profond, en début de nuit, on ne rêve que dans 50% des cas.
Parmi les multiples sujets qui divisent les scientifiques figurent les rêves récurrents.Ces derniers interviennent souvent à la suite d’un traumatisme: «Certains pensent qu’ils sont utiles dans l’élimination de ce traumatisme. Au contraire, d’autres estiment qu’il s’agit d’un dysfonctionnement se produisant lorsque le traumatisme n’est pas correctement traité», explique la chercheuse.
La fonction du rêve hante les scientifiques. Mais peut-être plus pour longtemps car de nouveaux outils permettent d’analyser l’activité cérébrale. La science quitte ainsi progressivement le champ de la phénoménologie pour étudier et comprendre les mécanismes. Toutefois, même si un jour tout mystère autour du rêve s’envole, nos songes demeureront toujours autant imprévisibles.

Et si une machine pouvait fabriquer 
nos rêves en fonction d’une recette personnalisée qu’on lui fournirait?

Agenda du musée

L’atelier créatif pour les enfants (5–6 ans) «Mes sens me jouent des tours» aura lieu les mercredis après-midi (14 à 16 h) 17 janvier, 7 février, 7 mars, 2 mai et 6 juin 2018. On y découvre comment le cerveau se trompe parfois, comment nos sens peuvent être induits en erreur, comment reconnaître ce qu’est la réalité, un rêve ou une fausse perception. Sur inscription. Prix: 10 fr.

L’atelier intitulé «À quoi tu rêves», destiné aux 7–8 ans, décortique nos nuits. «Que se passe-t-il dans mon cerveau quand je dors? Et lorsque je rêve? Est-ce que les oiseaux dorment? Est-ce que les chats rêvent de souris?» font partie des questions à élucider. Rendez-vous les mercredis après-midi (14 à 16h): 31 janvier, 28 février, 28 mars, 25 avril et 30 mai 2018. Sur inscription. Prix: 10 fr.

La «Night du Petit Nouvel-An» (dès 16 ans), une soirée festive sur le thème de l’hypnose et la méditation se déroule le 11 janvier 2018 (19h à minuit). Au programme: «Un cocktail de culture avec DJ, performances et expériences dans une ambiance à haut risque de rencontres». Prix: 5 fr.

Détails et réservations

Le rêve et sa symbolique ont fait l’objet de nombreuses scènes de films.  Parmi les plus célèbres, citons La Maison du docteur Edwardes
d’Alfred Hitchcock (1945) avec l’impressionnant rêve de Gregory Peck. Pour cette séquence de psychanalyse, centrale dans le film, le réalisateur a souhaité collaborer avec Salvador Dalí qui a dessiné cette scène.  

Avant lui, en 1939, Le Magicien d’Oz (1939) nous conte le long rêve de Dorothy (Judy Garland).

Si en film, le songe est difficile à montrer, il en est tout autrement en dessin animé.  

Quand Dumbo rêve d’éléphants roses sur une musique de Sun Ra… Une scène qui aurait probablement été censurée aujourd’hui :

Pour finir, l’hilarant film hongrois On Body and Soul (Ours d’Or à Berlin cette année), actuellement au cinéma, réunit deux inconnus dans un même rêve. Sauf que dans ce dernier, ils ne sont plus humains, mais sous forme de cerfs. 

Faîtes de beaux rêves !

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Jasmina Slacanin

Rédacteur

Photo:
Camille Scherrer, Anne-Laure Lechat, DR
Publication:
lundi 04.12.2017, 12:45 heure





Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?