1 von 11


Ce jeune visiteur découvre de près un Idea leuconoe de Malaisie.

La végétation luxuriante nous fait vite oublier que nous sommes à Chiètres (Kerzers, FR).

On peut approcher des centaines d’espèces de papillons de très très près.

Pause repas pour un des spécimens.

Trouvez les papillons qui se cachent!

La Spatule rosée ne montre aucun signe de timidité.

Les iguanes d’abord!

Au Zoé Zoo on peut caresser les animaux.

Cette espèce dans se belle robe bleue répond au nom de Myselia cyarinis.

Le Nocturama impressionne nombre de visiteurs

Qui a peur des chauves-souris? Photo ©Emmanuel Rey

Papiliorama: petits et grands enfants

(Re)découverte Des papillons multicolores qui dansent au-dessus de votre tête, des chauves-souris qui vous frôlent, des iguanes qui croisent votre chemin: nul besoin de prendre l’avion pour trouver ce petit paradis.

Il suffit de se rendre à Chiètres (Kerzers), en pleine campagne fribourgeoise. Ici, les visiteurs (45% de Romands), principalement des familles, apprécient le contact direct avec la nature. Plus de 300 espèces (papillons, oiseaux, tortues, poissons, chauves-souris, etc.) évoluent librement dans les différents espaces. S’il est interdit de toucher ces êtres fragiles pour des raisons évidentes, on peut les approcher de très près. Et les petits adorent! Mais pas seulement. «Les enfants qui avaient l’habitude de venir au Papiliorama reviennent aujourd’hui avec leurs propres enfants», constate Caspar Bijleveld, biologiste et directeur des lieux depuis 2001. Mais ce passionné, engagé dans de nombreux projets pour la biodiversité, fait partie de la jungle depuis fort longtemps puisqu’il a construit en 1986, à l’âge de 16 ans, la toute première maquette du Papiliorama.
Aujourd’hui, cette fondation connue loin à la ronde accueille quelque 260 000 visiteurs par année.

Un Kallima inachus d’Asie  s’offre une pause sur un bananier à Chiètres (FR).

Slalom de chauves-souris

En plus de la célèbre serre luxuriante qui offre un ballet de papillons d’une grande poésie, d’autres espaces valent le détour. À commencer par l’impressionnant Nocturama. Attention, peureux s’abstenir! Plongé dans l’obscurité, le visiteur découvre des espèces qui vivent la nuit, comme les célèbres chauves-souris.
Ces dernières loin d’être timides, volent au-dessus des têtes des visiteurs et slaloment même entre leurs jambes! «N’aie pas peur», lance un enfant du haut de ses 3-4 ans à sa mère qui avance lentement en se couvrant le visage avec ses mains. Et l’odeur de «bête» qui y règne ajoute à nouveau une touche d’authenticité à l’aventure.
Le Jungle Trek mérite également une visite. Cette copie conforme de Shipstern, une zone de 8800 hectares protégée par le Papiliorama au Bélize (Amérique centrale) dépayse par sa forêt d’arbres exotiques gigantesques. La semaine dernière, la plus grande fleur du monde, l’Arum titan (87 kg), a élu domicile à la fondation. Son éclosion tant attendue est prévue en décembre.
À l’extérieur, un zoo avec des animaux que l’on peut caresser et des espaces de jeux originaux invitent à prolonger la visite. Comme les enfants peinent souvent à mettre fin à cette grande journée, le Papiliorama organise des anniversaires thématiques pour les plus de 6 ans (lâcher de papillons fraîchement éclos, nourrissage de chauves-souris, etc.) ou des événements le mercredi après-midi.

Les toucans font partie des nombreuses espèces évoluant librement au Papiliorama.

D’où viennent les papillons du papiliorama?

Commerce équitable
10% des papillons se reproduisent sur place. Pour les autres, des agriculteurs indépendants regroupés en coopératives, des Philippines, du Costa Rica, de Malaisie, de Colombie ou encore du Kenya les font se reproduire dans leur pays et les envoient sous forme de chrysalides, par avion, dans des boîtes protégées. Le Papiliorama impose 80% des espèces car elles sont à l’aise en serre. Pour les 20% restantes, les agriculteurs sont libres d’envoyer celles qu’ils souhaitent. «L’argent versé à ces producteurs est souvent leur seule source d’argent liquide», souligne Caspar Bijleveld, directeur du Papiliorama.

Dans le petit zoo en plein air, on peut croiser Ziggy le cochon hurleur.

Un restaurant où les enfants sont rois

Märlipinte a 25 ans
Chiètres est LA destination pour les enfants. En plus du Papiliorama, le centre du village héberge la Märlipinte, un restaurant qui fête cette année ses 25 ans. Tout est aménagé pour que les enfants s’y sentent bien. Une carte spécialement dédiée, des sets de coloriages, des salles de jeu sur trois étages… Bref, ici les bambins sont rois. Mais les parents aussi. Le vendredi et samedi soir, ainsi que le dimanche la journée, les adultes peuvent prolonger leurs repas tandis que des étudiants s’occupent de leur progéniture à travers divers ateliers (jeux, maquillage, etc.).

www.maerlipinte.ch
Jasmina Slacanin

Rédacteur

Photo:
Jasmina Slacanin, DR
Publication:
lundi 26.09.2016, 13:57 heure