Le nom de famille est parfois perçu comme un fardeau.

Patronymes: je t’aime moi non plus

Identité Certains noms de famille sont difficiles à porter. C’est pourquoi des personnes décident de changer de nom. Éclairage de deux spécialistes en psychogénéalogie et témoignage.

Samantha Dubois, infirmière-thérapeute et formatrice

Samantha Dubois, infirmière-thérapeute et formatrice
http://www.cooperation.ch/_Patronymes_+je+t_aime+moi+non+plus Samantha Dubois, infirmière-thérapeute et formatrice

Quelle importance a le nom de famille sur l’identité?
Le nom de famille rattache un individu à sa lignée. Tout comme le blason à l’origine, il est le sceau d’une appartenance, d’un héritage, d’une continuité. Il légitime la filiation, symbolise la transmission, véhicule les origines et les valeurs familiales. Le nom tout comme le prénom sont essentiels dans notre construction, ils nous font exister dans le groupe.

Comment se développe l’identité quand le nom est difficile à porter?
L’identité se manifeste essentiellement par le prénom, c’est ce qui nous diffé­rencie des autres membres de la famille avec qui nous partageons le même patronyme, donc une même appartenance. Les conséquences d’un nom difficile à porter vont commencer à se manifester lorsque l’enfant va se socialiser et être confronté aux moqueries des autres.
Il est impossible de savoir de quelle façon un individu va se développer avec un nom difficile à porter.

Rosemonde Rossel, thérapeute et formatrice

Rosemonde Rossel, thérapeute et formatrice
http://www.cooperation.ch/_Patronymes_+je+t_aime+moi+non+plus Rosemonde Rossel, thérapeute et formatrice

Comment les personnes concernées gèrent-elles le conflit entre la fierté de porter le nom de leur père et la gêne d’un nom peu gracieux?
Lorsque le nom de famille pose problème, les personnes vont plutôt focaliser sur cet aspect et oublier les aspects positifs de leur appartenance. Il y a plusieurs façons de gérer cela en fonction des ressources personnelles et de la confiance en soi. Plus la personne va donner de l’importance à ce que son nom projette, et surtout à ce que les autres en pensent, plus cela sera difficile.

La relation à son nom est-elle différente que pour une personne au nom banal?
Il n’y a pas de nom banal, car derrière chaque nom se trouve une lignée avec son histoire. Dès lors qu’il est difficile à porter, on peut trouver des stratégies conscientes ou non conscientes pour y échapper: privilégier l’utilisation de son prénom lors de présentations, partir vivre à l’étranger, se marier (pour une femme, prendre le nom de son mari) ou encore devenir artiste et utiliser un pseudonyme…

Cela influence-t-il l’histoire familiale?
Le patronyme, tout comme le prénom, peut être vecteur de repères sur l’histoire familiale passée. Porter ce nom-là est forcément en lien avec ce qui s’est passé dans les générations précédentes. À l’origine, les noms de famille évoquaient des lieux, des éléments de la nature, des caractères physiques spécifiques, des activités, des métiers, des traits de caractère, des qualités, etc. Des éléments qui peuvent avoir laissé une empreinte au fil des générations. De nos jours, la consonance d’un nom évoque surtout une origine géographique ou linguistique, mais peut aussi être associée à une personnalité ou un scandale.

Chaque nom a une histoire.

Et sur la vie privée ou professionnelle?
S’appeler Monsieur de Rothschild ou Monsieur Pittet, Madame Noble ou Madame Pahud ne projettera pas la même image. Difficile aujourd’hui d’imaginer une femme élégante et distinguée derrière la Madame Pahud de l’humoriste François Silvant ou un mendiant s’appelant Monsieur de Rothschild, et pourtant… Avoir un nom de famille perçu comme ridicule peut générer des a priori, une difficulté à être pris au sérieux, fortement compliquer l’engagement dans des professions en lien avec la clientèle ou dans un environnement sélect. Tout comme un nom réputé ou célèbre aura des conséquences, et pas seulement positives, comme le devoir d’être à la hauteur et de ne pas décevoir.

Que dites-vous aux personnes qui souffrent à cause de leur nom?
Chaque personne étant unique, nous allons lui poser des questions pour voir en quoi c’est difficile à vivre. En fonction des réponses, nous allons adapter l’accompagnement. Tout d’abord il est important de reconnaître la souffrance et de travailler sur l’acceptation car au-delà de la difficulté de porter un nom de famille «particulier», il ne s’agit finalement que d’un nom et non de la personne elle-même.

Quand est-il judicieux de changer de nom?
Quand on souffre profondément et que l’on n’arrive pas à gérer les conséquences au quotidien, la loi prévoit la possibilité de changer de nom pour des motifs légitimes. Ce n’est toutefois pas une garantie que les problèmes vont s’effacer. La personne peut se sentir libérée, soulagée ou réaliser qu’elle a mis un sparadrap sur une blessure plus profonde.

Pour en savoir plus:

www.psychogenealogie-suisse.ch
www.cetre.ch
Liste de noms insolites

Témoignage: il a changé de nom

Didier Bretin (48 ans) vit à Auvernier (NE). Cet horloger vient de changer de nom de famille. Jusqu’alors, il s’appelait Didier Cretin, un patronyme relativement courant dans l’Arc jurassien – à l’instar de Conne, Jolissaint ou Cattin – mais pas forcément facile à porter. «Il y a souvent eu des railleries et des jeux de mots. C’est fatigant à la longue. Ça dépend beaucoup de la manière dont c’est dit. Ça peut être gratuit ou blessant et ça montre le niveau de la personne en face. Il faut le prendre avec philosophie.»
Pour Didier Bretin, «le nom est un héritage, tu n’y es pour rien». Le Neuchâtelois a écrit une lettre de motivation à l’administration cantonale pour modifier son état civil. Le nouveau nom fait l’objet d’une mise à l’enquête avec possibilité de faire opposition. Il a dû payer 500 fr. de frais sans compter le changement de ses différentes cartes (bancaires, d’identité, assurances, etc.) et de son passeport. La démarche a pris environ cinq mois. Dans le canton de Genève, le Service état civil et légalisations a traité pas moins de 660 demandes de changement de nom et prénom en 2016. Un changement de nom de famille coûte 600 fr. (350 fr. pour un enfant). Changer son prénom est moins cher: il faut débourser 300 fr.

Commentaires (3)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Mélanie Haab

Rédactrice

Photo:
Alamy, DR, Getty Images
Publication:
lundi 06.02.2017, 14:01 heure





Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?