Comment adapter le buffet classique de petit-déjeuner aux touristes indiens, chinois et des pays du Golfe?

Petit-déjeuner: le goût des autres

Hôtellerie Le repas du matin fait partie de la carte de visite d’un hôtel. Pas facile de satisfaire les
palais les plus éloignés des nôtres.

Les Suisses et les citoyens des pays d’Europe restent les principaux touristes dans notre pays. Pour cette clientèle-là, nul besoin de se creuser la tête pour trouver le petit-déjeuner idéal. Une offre de qualité qui fait la part belle aux produits locaux est toutefois très attendue. Mais comment faire plaisir aux touristes provenant des pays arabes, de l’Inde et de la Chine, trois groupes fortement représentés en Suisse? Voici quelques pistes que tentent de respecter certains hôteliers afin d’améliorer leur accueil matinal tout en sachant qu’il est impossible de plaire à tout le monde.

Les principaux chiffres et conseils pour la branche proviennent de brochures réalisées par Suisse Tourisme et hotelleriesuisse. Celles-ci sont destinées à l’accueil de ces trois clientèles.

Les touristes indiens 

http://www.cooperation.ch/_Petit_dejeuner_+le+gouet+des+autres ​Petit-déjeuner: le goût des autres

Parmi les pays européens, la Suisse, avec ses paysages de carte postale représentés dans nombre de films bollywoodiens, reste la destination numéro un pour ces touristes qui voyagent de plus en plus. L’année dernière, ils ont généré 599  062 nuitées selon les chiffres de l’Office fédéral de la statistique. Curieux de découvrir d’autres gastronomies, ils peinent toutefois à passer plus de deux jours sans plats indiens. Ainsi, cuisiner indien, bien épicé, avec des huiles et bouillons végétaux, s’avère nécessaire pour plaire à cette clientèle. De plus, comme beaucoup d’Indiens sont végétariens, il serait judicieux de prévoir suffisamment de plats sans viande. Le matin, ils prennent volontiers un petit-déjeuner copieux, composé de mets chauds (omelettes, galettes de légumes, crêpes, etc.). La nourriture froide altérerait la digestion selon les principes ayurvédiques. Pour cette clientèle exigeante, la qualité de l’alimentation est centrale car synonyme d’équilibre et de bonne santé.

Les touristes chinois

http://www.cooperation.ch/_Petit_dejeuner_+le+gouet+des+autres ​Petit-déjeuner: le goût des autres

La Suisse est l’une des destinations européennes favorites de cette clientèle également en plein essor (1   277   977 nuitées en 2016): 40% d’entre elle s’y rend en hiver et 60% en été. Il faut se lever tôt pour offrir un petit-déjeuner à ces touristes qui mangent entre 7 et 8 heures. «Je mets toujours beaucoup de fruits, du thé et de l’eau chaude lorsque l’on accueille des touristes chinois. Ils amènent souvent leur bol de nouilles sur lequel ils versent de l’eau chaude», explique Pedro Da Silva, directeur de l’Hôtel Jade à Genève. Pour ces touristes, il est peu concevable de ne pas manger chinois durant leur séjour à l’étranger. Compléter le buffet traditionnel avec du porridge, des œufs (bien cuits), des légumes sautés et laisser à disposition de l’eau chaude. De façon générale, ces touristes préfèrent les mets liquides et mous. Prévoir des baguettes en plus des couverts, mais ne pas les planter dans la nourriture car cela porterait malheur. Cette clientèle apprécie aussi un service rapide, mange vite et quitte la table immédiatement après le repas. 

Les touristes des pays du golfe

Cette clientèle a comptabilisé 959 467 nuitées en 2016. Longtemps attirée par Genève, elle a depuis peu migré vers une nouvelle destination favorite: Interlaken. Et pour cause: les prestataires touristiques de cette ville ont redoublé d’efforts pour satisfaire cette clientèle importante qui dépense en moyenne, par jour et par personne, 430 fr., soit presque trois fois plus qu’un touriste suisse (environ 160 fr.) Menus en langue arabe, plats halal dans les restaurants et même croisières avec menu halal… Ces opérations séduction commencent à porter leurs fruits même si quelques hôteliers font de la résistance estimant que c’est aux touristes de s’adapter et non l’inverse. À l’Hôtel Jade de Genève, on ne va pas jusqu’à proposer des plats halal, mais en été, lorsque 50% de la clientèle vient des pays arabes, la viande ne fait pas partie du buffet de petit-déjeuner. «S’il y a de la viande de porc à proximité d’autres aliments, ils ne vont rien manger», a constaté le directeur. Et contrairement à la clientèle chinoise, ces touristes prennent leur petit-déjeuner tard, vers 10-11 heures. Ainsi, compléter le buffet avec des fruits, des jus, de l’eau plate et signaler les sortes de charcuterie et les produits carnés qui contiennent du porc s’avère être la solution la plus simple. 

Jasmina Slacanin

Rédacteur

Photo:
StockFood, Alamy
Publication:
lundi 23.10.2017, 13:17 heure